Au bout de la nuit

jeudi 16 octobre 2014 par Alain BOUSSARIE (Administrateur)

Le 9 octobre 2014, un rendez-vous mystérieux est proposé au Président de Charente Nature.

Je me rends derrière l’église de Champagne Mouton pour y retrouver un animateur. De là, je suis conduit pendant 2 kilomètres sous bonne escorte sur des petits chemins à travers les bois. Mon véhicule est laissé sur le bord de route et nous nous enfonçons à pied dans les sous-bois. Il s’agit plus d’un sentier muletier que d’une avenue. Il m’est précisé que Laurent a monté un camp de base. La nuit n’est pas loin de tomber.

Dans nos pérégrinations, nous manquons de nous prendre dans des filets tendus en travers du chemin. Quel est donc l’animal mystérieux à attraper ? S’agit-il d’une chasse au mystique « dahut » ?

Mon guide est un habitué des lieux car sans hésitation, il avance au milieu des chênes. Le chant du rouge-gorge nous accompagne.

Nous arrivons devant une table dressée en travers de notre route et protégée par un toit de fortune. Deux voitures bleues de Charente Nature sont stationnées. Serions-nous dans la préparation d’une guerre secrète. Les lieux sont isolés ; aucun voisin à appeler en cas de nécessité ; les téléphones portables passent difficilement. Nous sommes déjà cinq (Laurent, Mathieu, David S., Anthony de Deux-sèvres Nature Environnement (DSNE)

La situation se complique avec l’arrivée de 6 autres personnes du Conservatoire Régional des Espaces Naturels (CREN) puis dans la nuit nous serons rejoints pas 2 autres personnes, dont Tiphanie.

Allons-nous voir surgir le loup ou un monstre inconnu ! Non, en fait, je suis ici pour voir travailler nos salariés qui réalisent une étude sur les chauves-souris. Ils quitteront les lieux vers 02 heures du matin non sans avoir prévu une nouvelle nuit complète jeudi prochain. Certains reprendront le travail dès 07 h 00.

Les filets sont là pour attraper les chauves-souris. Nous sommes à proximité immédiate d’une grotte dont je tairai le nom car suffisamment dangereuse pour y entrer seul.

Tout au long de la nuit, des va et vient incessant se feront de la table aux filets. Plusieurs dizaines de mammifères seront pris aux pièges. Certaines émettent de petits cris dans les filets, d’autres contourneront les obstacles.

Capture dans les filets

Chaque chauves-souris sera identifiée par le nom de son espèce, pesée, étiquetée, sexuée. Certaines feront l’objet d’un prélèvement de peau pour des analyses génétiques. Quand je dis étiqueté, c’est la pose d’une pastille différente sur le dessus du crâne pour mieux connaître leur activité et savoir si elles ont déjà été capturées les semaines précédentes afin de mesurer le taux de re-capture.

Au moins un monstre est saisi. Nous pouvons voir ses dents dignes d’un loup-garou. Il ne fait pas bon se faire mordre par ce vampire. La majorité est de très petite taille donc inoffensive pour l’homme.

Capture

Toutes nos captures sont relâchées dans un minimum de temps. Elles reprennent leur envol au milieu de la nuit. Batman ne s’est pas fait prendre.

Tous les personnels présents ne se laissent pas abattre car ils ont de quoi tenir un siège dans leur sac à dos. C’est un moment convivial apprécié de tous.

La nuit qui nous entoure, est angoissante sur un fond de ruisseau chantant.

Le travail se terminant, nous quittons les lieux à pas feutrés pour un nouveau rendez-vous cette fois en plein jour. David N. nous attend à 11 heures 00 à La Tâche, aux pieds des éoliennes. Ici, c’est lui le maître des lieux. Il arpente 2 fois par semaine le pied de chaque mat pour recenser la présence de cadavres de chauves-souris et d’oiseaux qui auraient pu être fauchés en plein vol par les pales des éoliennes tournant à plus de 200 kilomètres par heure.

C’est l’occasion pour ABOWIN de la présentation d’une éolienne à la population environnante mais aussi aux élus de Dordogne, Gironde, Charente Maritime et Haute Vienne où seront éventuellement installées de futures éoliennes. David répond inlassablement aux questions des élus sur la problématique écologique. Les élus regrettant qu’une association homologue à l’exception de LN87 & NE17 ne soit pas installée dans leur département. La promotion de cette entreprise n’est pas faite même s’il s’agit d’énergies renouvelables. En effet, ces installations ne sont pas toujours écologiquement parfaites. Il y a toujours un mais.

Plusieurs classes des écoles élémentaires des villages voisins viendront également visitées les lieux. Les élèves poseront de nombreuses questions à notre animateur qui répondra toujours avec le sourire.

Public devant les éoliennes

Tout au long de nos rendez-vous, nous avons apprécié le savoir-faire de nos salariés ; des vrais professionnels dignes des experts de la télévision.

Alain BOUSSARIE - Président de Charente Nature


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | Espace privé | visites : 760287

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ACTIVITES  Suivre la vie du site Activités naturalistes  Suivre la vie du site • Faune  Suivre la vie du site Mammalogie   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License