Gestion de l’eau en Poitou-Charentes... Le CESER s’exprime

dimanche 15 juillet 2012 par charentenature

Notre intervention se situe en référence aux travaux du 6ème forum mondial de l’eau qui vient de se dérouler à Marseille du 12 au 17 mars, elle tient compte du bilan d’activités 2011 de la Région Poitou-Charentes (plus particulièrement la troisième partie "L’excellence environnementale en Poitou-Charentes") et du rapport "Quel avenir pour la filière ostréicole dans les régions de la façade atlantique française ?".

Avant la lecture de ce texte, notre groupe rappelle que concernant la gestion partagée de l’eau, il est attaché à tout ce qui peut promouvoir la concertation et regrette, qu’au sein de notre assemblée, les initiatives dans ce domaine n’aient pas pu aboutir.

Selon l’ORE (L’Observatoire Régional de l’Environnement) février 2012 est le mois de février le plus sec depuis 19 ans en Poitou-Charentes. Au 11 mars, 83 % des piézomètres présentent des niveaux inférieurs à la moyenne interannuelle. La recharge des nappes est très faible compte tenu des précipitations tombées. Les sols gelés durant la première quinzaine de février ont également limité l’infiltration des eaux vers les nappes souterraines.

Nous allons donc vers une situation de crise hydrique avec des débits ou des niveaux risquant de mettre en péril l’alimentation en eau potable et le bon fonctionnement des milieux aquatiques nécessaire à la survie des espèces et aux diverses activités humaines.

Face à cette situation, qui malheureusement se répète année après année, la maîtrise des prélèvements est essentielle. Tous les utilisateurs de l’eau sont concernés : l’industrie, les collectivités, les particuliers, l’agriculture. Aussi, les mesures visant à économiser les quantités prélevées sont à privilégier.

Concernant l’irrigation des cultures, elle concentre ses prélèvements au printemps et en été. Cette activité impacte les milieux naturels, les captages d’eau potable et les activités littorales notamment la conchyliculture.

On constate chaque année que les volumes autorisés par les Préfets sont majoritairement supérieurs aux volumes effectivement prélevés. En effet, ces volumes fixés sont souvent négociés suivant les usages et non suivant les besoins réels des milieux naturels. Pour nous, il serait souhaitable que les volumes autorisés soient fondés sur des valeurs scientifiques déterminées par des études hydrogéologiques et non négociables.

Par ailleurs, le stockage de l’eau ne peut pas seul représenter la politique d’adaptation de l’agriculture au changement climatique. Il ne peut s’agir que de réponses localisées et spécifiques.

Les retenues de substitution peuvent être une réponse si le bénéfice environnemental est avéré et si le bénéfice économique global l’est également. Conformément aux recommandations de la Commission Européenne, cette solution ne doit être envisagée qu’en dernier ressort, quand toutes les solutions d’économie d’eau et d’évolution des cultures ont été utilisées.

CESER : Conseil Economique, Social et Environnemental Régional

CESER Poitou-Charentes 15, rue de l’ancienne comédie - BP 575 86021 POITIERS CEDEX

Tél : 05 49 55 77 77 Fax : 05 49 55 76 76

Courriel : com@cese-poitou-charentes.fr

Site : www.cese-poitou-charentes.fr/

Intervention du groupe "Association/Economie Sociale et Solidaire" lors de la clôture de la session de mars, le 19 mars 2012

Article extrait de la revue Charente Nature n° 285 - 1e semestre 2012


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | Espace privé | visites : 854799

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ACTIVITES  Suivre la vie du site Activités environnementales  Suivre la vie du site • Eau   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License