Harfang des neiges - Les ailes de l’Arctique

vendredi 7 février 2014 par David NEAU (Salarié)

Harfang des neiges de l'ile de Ré©D Wolf Ile de Ré, le 20 janvier 2014. Une vingtaine de personnes équipée de longues-vues et de jumelles profite d’un spectacle rare en France et même exceptionnel pour la Charente-Maritime. Un Harfang des neiges est posé là, à quelques centaines de mètres. Au milieu des rochers, il profite du soleil sans être incommodé par le vent, face à la marée basse où fourmillent bécasseaux, pluviers et autres courlis… Autant de proies qui s’offrent à ce rapace venu du Nord.

Le temps comme… figé dans la glace Il y a quatre ans, une Mouette blanche, autre espèce du Grand Nord, avait fait escale sur le bassin d’Arcachon, suscitant la convoitise de bien des observateurs-photographes venus des quatre coins de la France, d’Espagne et du Royaume-Uni pour l’observer. Il est des oiseaux capables de remuer ciel et terre. L’harfang en fait partie. Son observation sur la côte rétaise est une chance à saisir pour tous les amoureux de la nature. Alors, lorsqu’il nous fait face… le temps d’arrête, comme figé par le froid. Premiers émois et déjà première surprise : sa couleur. Posé au milieu des rochers, il passe facilement inaperçu. Pour sûr, c’est une femelle ; seul le mâle adulte possède un plumage presque immaculé, la femelle et le juvénile étant tachetés de brun. Appelée également Chouette harfang, la littérature mentionne de minuscules aigrettes sur sa tête, preuve de son appartenance aux hiboux. C’est un « mangeur de lièvre » (harfang en suédois) qui vole le jour, résidant sur toute la périphérie du cercle polaire, de l’Alaska à la Norvège et la Russie.

Calme mais attentif Harfang des neiges©D Wolf Deuxième surprise : une impression de sagesse se dégageant de l’animal qui porte toujours son attention aux tumultes alentours. Son plumage épais recouvre en grande partie son bec et la totalité de ses pattes. En somme, une véritable armure contre le froid. Tout comme les autres rapaces nocturnes, ses yeux ne roulent pas dans leurs orbites. Pour compenser, l’oiseau est capable de pivoter sa tête à 270 degrés, lui permettant de couvrir un maximum de surface d’un regard jaune saisissant. En fin de journée, la frénésie gagne notre femelle qui s’envole comme pour se dégourdir les ailes, à moins que la marée montante ne l’ait persuadée de gagner l’intérieur des terres. Troisième surprise : son envergure, environ 1 mètre 50 et sa carrure en vol. Quelle puissance !

Alors, une question se pose : comment est-elle arrivée sur l’ile de Ré ?

Un passager clandestin Si plusieurs oiseaux américains s’égarent en France chaque année, la traversée de l’Atlantique est fatale pour nombre d’entre eux. Certains trouvent pourtant leur salut sur des bateaux croisés au large. Ils se reposent, les petits passereaux pouvant même nourris par l’équipage. Notre Harfang des neiges est probablement arrivé du Canada en faisant halte sur différentes embarcations.

Apparemment, entre décembre 2013 et janvier 2014, un afflux remarquable d’harfangs a été noté au nord-est des Etats-Unis en raison d’une forte reproduction de l’espèce l’année dernière. D’ailleurs, d’autres individus ont été signalés en Europe, par exemple dans le nord de la France et au Danemark. Un oiseau a même été observé posé sur un porte-conteneur. L’explication de ce succès reproducteur s’explique très probablement par l’abondance de sa proie principale : le Lemming des neiges. Lorsque la population de ce micromammifère est très élevée, les harfangs pondent jusqu’à 12 œufs. Mais la taille de ponte peut se réduire à 3 à 5 œufs si les lemmings sont moins nombreux et une population très basse du rongeur empêchera toute reproduction de notre rapace, suscitant alors son exil vers des terres plus riches en nourriture.

Pour l’heure, notre femelle attire toujours autant de monde. Le 6 février, l’oiseau était toujours signalé sur la commune de la Couarde-sur-Mer. Si vous décidez de partir l’observer, nous vous prions de respecter l’oiseau et les autres personnes présentes en évitant de vous approcher de l’animal.

Harfang des neiges©D Wolf

Bibliographie :

http://fr.oldict.com/harfang/

http://www.cen.ulaval.ca/bylot/fr_e…

http://www.oiseaux.net/oiseaux/harf…

Brosset, 2014. L’oiseau des neiges. Sud-Ouest, édition du 15 janvier 2014.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | Espace privé | visites : 836387

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ACTIVITES  Suivre la vie du site Activités naturalistes  Suivre la vie du site • Faune  Suivre la vie du site Ornithologie   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License