Journées mycologiques de Chabanais
Quand Charente Nature prend l’accent limousin

lundi 27 octobre 2008 par Claude PARIS (Bénévole)

Il y aurait fort à parier que le Sire Jean de la Quintinie, s’il était encore de ce monde, trouverait que le choix de sa petite ville natale, Chabanais, comme théâtre de l’exposition mycologique annuelle de Charente Nature, était fort judicieux et qu’il s’en réjouirait. Ce fut en effet un personnage important de l’époque du Roi Soleil et nous possédons de lui un portrait gravé par le Flamand Edelinck, qui grava également des célébrités comme le Roi lui-même, Bossuet, Pascal, Racine, La Fontaine, c’est dire qu’il se trouve là en fort bonne compagnie. Personnage important, La Quintinie l’était par ses connaissances et son expérience concernant les arbres fruitiers, et l’art d’organiser des potagers — et non pas n’importe lesquels, ceux de Versailles, de Chantilly, de Vaux, de Sceaux et de Rambouillet. Un homme de la Nature donc, même si sa Nature était celle revue et corrigée par la raison humaine, et non celle, plus insaisissable et indépendante, qui préside au monde des champignons.

Les 25 et 26 octobre 2008 ont donc vu la section mycologique de Charente Nature s’installer au cœur de la Charente limousine, morceau bien particulier de ce patchwork qu’est le département, et qui fleure encore bon ses attaches limousines, par ses châtaigniers emblématiques, par son robuste granit, par les inflexions traînantes du parler de ses habitants. L’exposition s’est déroulée dans la salle des fêtes de Chabanais, sise au bord de la Vienne, près du pont qui l’enjambe et qui, lors de son élargissement, créa bien des soucis pour la circulation routière.

Bords de Vienne-M.Chevalérias-Charente Nature La salle est claire et harmonieuse dans ses proportions. A partir de l’entrée, à droite, des panneaux pédagogiques (ou humoristiques) sur les champignons ; devant, une longue table sur laquelle les mains talentueuses de l’association Nature et Accueil avaient composé un décor sylvestre mariant mousse, feuilles et branches. En contiguïté, la médiathèque et son choix de livres. Et puis, exposition dans l’exposition, les bois sculptés de Paulette Verquin et son art de faire chanter les formes. Le visiteur studieux avait abondante matière à lire et méditer en continuant sa marche le long des panneaux, jusqu’à celui de la philatélie consacrée aux champignons. Tout à côté, la table dressée par R. Bégay et consacrée aux lichens. A gauche, toujours à partir de l’entrée, un stand fort coloré tenu par les "Randos" de Chabanais, et qui précède la librairie de Charente Nature. Enfin, le long du front de scène, d’autres panneaux encore. A l’intérieur de ce cadre, la salle proprement dite offrait cinq rangées de tables, présentant les champignons dûment étiquetés et classés selon leurs genres. Une originalité : à gauche, tout au fond de la salle, une pièce réservée à la détermination, protégée des distractions diverses, avec vue, s’il vous plaît, sur la Vienne, qui faisait sa Charentaise, avec son cours nonchalant et lisse, mais son odeur caractéristique, que l’on reconnaît où que l’on se trouve, à Eymoutiers, Limoges, Chabanais, Châtellerault ou ailleurs… Cependant, les déterminateurs n’ont guère eu le loisir de humer la Vienne ou de laisser glisser leur rêverie au fil de l’eau.

Marie Chevalérias-Charente Nature Le choix de Chabanais s’explique, comme diraient les historiens, par des causes lointaines et des causes immédiates. Causes lointaines et même primordiales : c’est un principe, auquel tient G. Heuclin, qu’il faut explorer toute la Charente pour tirer richesse de sa diversité. Ainsi l’ouest, le sud et le centre ont vu se dérouler des expositions annuelles, mais jusque là l’est n’avait figuré qu’une fois au tableau. Causes immédiates : G. Heuclin se trouvait un peu à court de lieu qui fût nouveau. C’est alors que P. Barraud a proposé Chabanais et cette proposition répondait à trois critères : peu d’interventions jusque là en Charente limousine ; c’est un pays que l’auteur de la proposition connaît très bien ; enfin, les relations qu’il a avec le Maire de Chabanais étaient un facteur très favorable pour un bon déroulement de la manifestation. P. Barraud s’est donc particulièrement investi et cela a porté ses fruits. Déjà, le lundi 20 octobre, P. Barraud et G. Heuclin ont fait une intervention auprès des écoliers du primaire : le matin P. Barraud seul sur le terrain, l’après-midi tous les deux dans les classes. Résultat : des élèves extrêmement intéressés. Quelques jours avant l’exposition, une réunion préparatoire a eu lieu, à laquelle assistaient le Maire de Chabanais, Charente Nature, l’association Nature et Accueil avec laquelle existent depuis longtemps des liens encore renforcés par l’exposition de Champagne-Mouton il y a deux ans, deux institutrices, l’association Rando chabanoise, dont les membres se sont dévoués sans compter tout au long de ces journées, au point que l’un d’entre eux a tenu à passer la nuit de samedi à dimanche dans la salle d’exposition pour veiller à la sécurité du lieu ; le fait est digne d’être rapporté. Le samedi matin a été occupé par la mise en place des champignons récoltés, soit la veille, soit dans la matinée même. Là encore nous citerons le rôle majeur des "Randos", épaulés par des volontaires, notamment des parents d’élèves. Grâce à eux, la recherche a été fructueuse. Heureusement, l’équipe des mycologues était au complet pour déterminer les espèces apportées. Ainsi, l’après-midi pouvait voir s’ouvrir l’exposition. Deux visites commentées par P. Barraud étaient organisées, suivies par un public nombreux et varié. Ce même après-midi arrivait de Bellac (87) un fidèle et brillant compagnon de la Société Mycologique du Limousin, Serge Dunis, qui a offert son précieux concours. Le dimanche s’est déroulé comme prévu. Deux groupes sont partis à 9 heures, l’un ayant pour objectif l’observation de la Nature, l’autre le ramassage et sa pédagogie, chaque groupe étant guidé par les "Randos" et encadré par Charente Nature, c’est-à-dire Marie Chevalerias et Édith Galland pour le premier, P. Barraud, R. Lagarde et A. Lucin pour le second, tandis que J.-P. Dupuy, M. Forestier et G. Heuclin restaient en salle pour déterminer les champignons qui leur étaient présentés et compléter l’exposition. Les sorties ont eu lieu dans les bois de M. de Richemont à Étagnac ; qu’il soit remercié d’avoir bien voulu autoriser leur accès. Les deux groupes ont totalisé environ une soixantaine de participants. A midi a eu lieu le traditionnel vin d’honneur, moment de convivialité et aussi occasion pour chaque responsable de s’exprimer publiquement. M. le Conseiller Général J.-M. Judde a témoigné par sa présence l’intérêt qu’il portait à la manifestation. M. le Maire M. Gealageas a souligné dans son allocution l’importance de l’exposition pour Chabanais. Le président de Charente Nature, G. Marsat, a présenté l’activité de l’association. R. Eude a brièvement rappelé le soutien de Nature et Accueil a de telles manifestations. Le responsable de la section mycologique de Charente Nature, après avoir amusé les auditeurs, par exemple en faisant part de son inquiétude face à la chute du CAC 40, c’est-à-dire, bien entendu, du Coefficient d’Accroissement des Champignons calculé sur les 40 espèces les plus répandues, a plus sérieusement remercié tous ceux, associations et personnes, qui ont coopéré pour la réussite de l’exposition et ont effacé les craintes et les difficultés inhérentes à une œuvre de ce genre. Et à ce sujet nous n’oublions pas le rôle important du Conseil Régional et du Conseil Général qui ont soutenu cette exposition par leurs subventions, sans lesquelles elle n’aurait pas eu lieu : qu’ils soient sûrs de la gratitude de tous ceux qui avaient à cœur de réussir l’entreprise.

Accueil des personalités-Marie Chavalérias-Charente Nature L’après-midi a vu un public témoignant curiosité et intérêt pour le monde de la mycologie. Petits et grands ont pu participer à un concours doté de prix, un concours fort bien organisé auquel s’est consacré R. Eude ; il fallait le voir s’affairer, le visage décoré de champignons, tel un Sioux sur le sentier de la guerre. C’était là un aspect de la participation du "Local des Jeunes", lui aussi partie prenante de l’exposition. Le résultat est que 227 espèces ont été exposées, dont 4 nouveautés à l’inventaire de la Charente : Leccinum nucatum et L. roseotinctum, déterminés par S. Dunis, Russula fuscorubroides et Lepiota grangei. Les genres Leccinum, Russula, Lactarius ont été bien représentés. Les agaricales ont totalisé 117 espèces. Dans l’ensemble, une diversité convenable, de quoi satisfaire l’intérêt du public pour ce monde étrange des champignons. Que dire d’autre sur cette exposition, sinon que les responsables peu auparavant éprouvaient de vives inquiétudes car le contexte météorologique ne laissait pas espérer une récolte convenable ; que l’ardeur opiniâtre de tous les participants a balayé ces craintes ; qu’enfin ces deux journées laisseront dans l’esprit de tous, responsables, organisateurs, visiteurs le souvenir agréable d’une belle réussite.

Claude PARIS - Bénévole à Charente Nature, Membre de la section "Mycologique"


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | Espace privé | visites : 860362

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ACTIVITES  Suivre la vie du site Activités naturalistes  Suivre la vie du site • Mycologie   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License