L’hiver des orthoptères

mardi 25 mars 2014 par David NEAU (Salarié)

Criquet pansu©D.Neau Si la grande majorité des orthoptères passe l’hiver à l’état d’œuf, certains adultes parviennent à survivre durant cette saison critique. Parmi eux, un criquet bien portant et une sauterelle nocturne. Zoom sur ces survivants de l’hiver, qui pourraient bien profiter du réchauffement climatique…

Un criquet ventru

Si son nom suppose un certain appétit, notre premier insecte, le Criquet pansu Pezotettix giornae, n’accumule pas de réserves de graisse pour passer l’hiver. Il doit son identité à la silhouette ramassée et ventripotente de l’espèce, particulièrement la femelle.

Présent durant les hivers doux, ne vous attendez pas à le voir aussi facilement ! Sa taille et sa couleur sont des armes très efficaces pour passer inaperçu : de un à deux centimètres selon le sexe pour une livrée généralement sombre, allant du gris brunâtre au brun foncé. En cherchant bien, il est peut-être présent dans votre jardin, dans l’herbe ou sous une pierre.

Le Criquet pansu n’est pas une espèce exigeante et fréquente de nombreux habitats. S’il peut abonder dans les fossés humides et les prairies inondables, les milieux secs sont également recherchés. Signalé en France sur les trois quart du pays (plus rare voire même absent en remontant vers le nord de la France), nous l’avons observé en Charente notamment près de la Touvre, dans les Brandes de Soyaux ainsi qu’aux carrières de Rancogne. Sa présence dans différents milieux laisse présager son abondance dans notre département et en région Poitou-Charentes, à condition de ne pas se tromper dans son identification !

Au premier abord, sa très petite taille peut piéger le néophyte qui risque de le confondre avec un juvénile d’autres espèces de criquets. Ses ailes ont également la particularité d’être très réduites (à l’état de moignon), donnant l’impression de ne pas être entièrement développées. Pour autant, notre Criquet pansu adulte possède bien des ailes aux nervures en damier typique de la maturité, alors que les nervures des ailes des juvéniles sont uniquement horizontales, sans quadrillage.

Autre caractéristique aidant à l’identification de l’espèce, la présence d’un petit tubercule sous la tête, entre les deux pattes avant. Il partage ce critère avec deux autres espèces plus grosses appartenant aux caloptènes.

JPEG - 621.7 ko
Couple de Criquets pansus©D.Neau
Le mâle, plus petit, se maintient sur la femelle.

Et que dire en période de reproduction, où le couple s’observe très fréquemment en tandem dans la journée, le mâle étant solidement accroché sur le dos de la femelle ?

Le Méconème scutigère est également solidement accroché, mais au revers d’une feuille. A la différence du Criquet pansu, voici une espèce nocturne… et loquace !

Une sauterelle en armure Méconème scutigère, mâle©L.Debordes

La nuit tombée, le feuillage persistant des haies de laurier s’anime d’insectes cuirassés : des Méconèmes scutigères Cyrtaspis scutata. Cette espèce arboricole se cache sous les feuilles en journée et devient active la nuit pour chasser de petits insectes (pucerons, chenilles…).

Appartenant à la famille des sauterelles (longues antennes et ovipositeur de la femelle très développé), notre noctambule se reconnait immédiatement grâce à une combinaison de critères typique de l’espèce. Outre sa livrée verte piquée de points jaunes, on distingue nettement en arrière de la tête un bouclier (son pronotum) très développé, atteignant la moitié du corps. D’où son autre nom de Sauterelle à carapace.

Notre méconème serait-il protégé pour livrer bataille ? Peut-être… mais la lutte sera sonore ! Les « chanteurs » sont répartis à plus ou moins grande distance et marquent leur présence par des sons que l’on pourrait comparer à des claquements de doigts ou le tic-tac d’une horloge. Ces stridulations émises autour de 22 KHz dépassent le seuil limite d’audition de l’oreille humaine, estimé à 20 KHz. La bataille se fait donc dans le silence.

Equipés de détecteurs à ultrasons, c’est grâce à ces stridulations que les entomologistes se sont aperçus que le Méconème scutigère n’était pas si rare en France. Dans l’hexagone, il est signalé du sud à la façade atlantique jusqu’en Vendée ; en Charente, Vienne et Deux-Sèvres ainsi qu’en Ille-et-Vilaine et dans la Sarthe. Il s’avère également que les adultes survivent en hiver et ont une grande résistance au froid, certains individus ayant été trouvés à Niort par des températures atteignant -7 à -9°C. En lieu et place des détecteurs, il est également possible de découvrir les adultes en brassant le feuillage des arbres.

En période hivernale, la nature (aidée de l’homme…) lui offre toujours le gîte et le couvert : une douceur des températures permettant la survie de ses proies et des arbres et arbustes d’ornement qui ne perdent pas leurs feuilles. Idéal pour la vie d’un Méconème scutigère qui s’est reproduit autour du mois de septembre et qui pourra survivre jusqu’au printemps suivant.

Méconème scutigère, femelle©L.Debordes

Le Criquet pansu et le Méconème scutigère sont à découvrir durant les prospections que nous vous proposons dans le cadre de la réalisation de l’Atlas des orthoptères, porté en région par Poitou-Charentes Nature, avec le soutien financier de la Région Poitou-Charentes, de la DREAL, du FEADER et de l’Union Européenne.

Si vous souhaitez participer à nos sorties de formation et collaborer à la réalisation de l’atlas des orthoptères du Poitou-Charentes, n’hésitez pas à contacter David Suarez ou David Neau, chargés d’études à Charente Nature, au 05.45.91.89.70.

Bibliographie/Webographie :

* Bellmann H., Luquet G., 2009. Guide des sauterelles, grillons et criquets d’Europe occidentale. Les guides du naturaliste. Delachaux et Niestlé. 383 p.

* A. Griboval, 2005 (2). Recherche sur le terrain et identification sonore des Orthoptères. Insectes, n°125.

* http://tela-orthoptera.org/wakka.ph…, consulté le 18.03.2014.



Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | Espace privé | visites : 780835

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ACTIVITES  Suivre la vie du site Activités naturalistes  Suivre la vie du site • Faune  Suivre la vie du site Entomologie   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License