La Fritillaire pintade, belle printanière

mardi 1er avril 2014 par Monique BRUN (Bénévole)

La fritillaire pintade ou tulipe à damier est une plante vivace de la famille des Liliacées.

Sa tige haute de 30 à 40 cm porte généralement quatre ou six feuilles de couleur vert-gris, lancéolées, alternes et canaliculées.

Fritillaire pintade

Sa fleur en forme de cloche retombante, le plus souvent solitaire, rarement par deux, est composée de six tépales identiques ; ses couleurs varient du pourpre sombre au blanc crémeux. La floraison débute à la mi-mars.

Son bulbe globuleux, assurant en partie la pérennité de l’espèce, contient des alcaloïdes vénéneux. Son fruit est une capsule sphérique.

Son nom latin Fritillaria meleagris vient de fritillus désignant un cornet à jeter les dés et de meleagris signifiant pintade dont le plumage est tacheté comme les sépales de la fritillaire.

Cette plante printanière porte de nombreux noms locaux comme coquelourde, chaudron, coccigrole, damier, paloube, frojhe, papelote, bonnet d’évêque, œuf de vanneau, pintadine, perrot, gogane etc….

Dans notre département, la fritillaire pintade est présente dans la majeure partie de la vallée de la Charente et de ses affluents (Argentor, Son-Sonnette, Bonnieure, Nouère, Né).

Plus au sud, les vallées de la Tude, de la Dronne, et de leurs affluents offrent souvent de belles populations.

Cependant, les sols acides de l’est du département, (Confolentais, Double Saintongeaise, alluvions du Massif Central de la Tardoire et du bandiat), les terrains alcalins tourbeux des vallées péri-angoumoisines, de la Lizonne, de l’Aume en amont d’Aigre, ne conviennent pas à la tulipe à damier.

Cette plante emblématique des prairies humides et inondables, des boisements alluviaux, considérée comme commune autrefois, est de nos jours en forte régression dans la majeure partie de son aire de répartition, en raison de la disparition de ses habitats.

En effet, les pratiques agricoles intensives, tels les drainages, la mise en culture des prairies humides, l’épandage d’engrais, les plantations de peupliers, ont entraîné la raréfaction de cette belle liliacée.

Néanmoins, en valorisant et en conservant ses habitats, en évitant de la cueillir, cette plante patrimoniale, inscrite sur la liste rouge de la flore menacée du Poitou-Charentes, peut et doit être préservée.

Documents et sites consultés :

- www.biodiversté –poitou-charentes.org

- Connaître et protéger la fritillaire pintade en Charente, publié par Charente-Nature

- Différents livres sur la flore

Monique BRUN Bénévole à la section "Botanique"


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | Espace privé | visites : 780835

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ACTIVITES  Suivre la vie du site Activités naturalistes  Suivre la vie du site • Botanique  Suivre la vie du site Portrait nature   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License