Le compostage... la recette et on s’y met !

jeudi 4 février 2010 par Sylvie CAILLAUD (Salariée) , COIFFARD Sandra (Administratrice)

La nature… c’est elle qui a inventé la recette ! Elle compte sur les milliards de "bestioles" et organismes minuscules que l’on appelle les décomposeurs pour transformer, sans relâche, les déchets naturels présents dans le sol, en aliments indispensables à la végétation. En forêt, par exemple, les décomposeurs vivent cachés dans la litière, c’est-à-dire la couche superficielle du sol et s’activent chacun à recycler les feuilles mortes, les débris végétaux, les cadavres d’animaux, les excréments… Ils fabriquent ainsi l’humus, cette terre très riche dont se nourrissent les arbres et les plantes… un modèle de recyclage naturel dont on reproduit le mécanisme au jardin pour fabriquer son compost !

Composteur ou pas composteur ?

Actuellement les collectivités en charge des déchets proposent aux particuliers un composteur, c’est-à-dire un conteneur en plastique ou en bois, sans fond, avec un couvercle et des trappes sur les côtés pour récolter le compost quand il est à maturité. Ce composteur se met au jardin. Sachez néanmoins, qu’il est tout à fait possible de faire son compost en tas et que cela fonctionne également.

Que peut-on mettre dans son compost ?

Des déchets de la cuisine :
- épluchures de fruits et légumes
- trognons et fruits abîmés
- fleurs fanées
- coquilles d’œuf
- filtres et marc de café
- sachets de thé (sans l’étiquette)
- feuilles d’essuie tout si elles ne sont pas trop souillées
- …

Des déchets du jardin :
- herbe tondue (ne pas mettre tout d’un coup)
- petites branches
- feuilles mortes
- restes du jardin potager
- …

Les ingrédients d'un bon compost-Revue 273-274-janvier-février 2010

Quelques précautions à prendre…

- Installer son compost en contact direct avec la terre du jardin, dans un endroit mi-ombragé.

- Pour que le procédé de transformation de la matière intervienne correctement, il faut que plusieurs bataillons de décomposeurs interviennent. Et pour qu’ils fassent correctement leur travail, il faut varier le type de déchets, c’est-à-dire mettre à la fois des déchets "humides" (épluchures, fruits abîmés…) et des déchets "secs" comme les feuilles mortes, l’herbe tondue sèche… De même, il faut s’assurer d’un apport suffisant d’humidité (eau) et d’air (oxygène).

Présentation de quelques "hôtes" décomposeurs du compost

C’est grâce à eux que la magie opère ; impossible de les présenter tous, mais en voici quelques uns :

Les lombrics Les vers de terre sont très nombreux dans les sols riches en matières organiques. Ils se nourrissent de débris végétaux qu’ils absorbent avec la terre. Ils entraînent les feuilles de surface dans leurs galeries et contribuent ainsi à la fertilité des sols. Ils peuvent être nombreux dans le tas de compost. Plusieurs espèces cohabitent.

Lombric

Les collemboles Les collemboles sont des insectes sans ailes. Ce qui les caractérise est un petit organe à l’extrémité de l’abdomen, la furca, qui leur sert à sauter. Il existe de nombreuses espèces de collemboles dans le sol. Les plus grands vivent en surface (10 à 15 mm) et sont plus colorés ; les autres, plus petits et blancs, peuplent l’humus et le sol minéral. Ils se nourrissent de feuilles en décomposition, de champignons ou d’excréments d’autres animaux. Etant donné leur petite taille, il est probable que vous ne les remarquiez jamais dans votre compost !

Colembole

Les coléoptères Les larves de coléoptères ont 6 pattes, pas d’ailes et possèdent de fortes mandibules. Dans le compost, c’est la larve de Cétoine (coléoptère d’un beau vert brillant à l’état adulte, bien présent dans les jardins) que l’on rencontre le plus souvent, elle se nourrit de débris végétaux.

Larve de coléoptère

Les cloportes Les cloportes sont les seuls crustacés terrestres. Il en existe plusieurs espèces. La tête porte des antennes et les pattes (au nombre de 14) sont cachées sous le ventre. Ils se nourrissent de débris végétaux.

Cloporte

Les lithobies Ils mesurent de 20 à 30 mm. Leur corps est court avec 30 pattes et la tête porte des antennes et une paire de forts crochets à venin. Ils sont très agiles et courent parmi les feuilles mortes dans la litière de la forêt ou parmi les débris végétaux du compost. Ce sont de redoutables prédateurs qui s’attaquent, grâce à leurs crochets à venin, aux cloportes, aux insectes et aux vers. Ils font partie des myriapodes. On peut rencontrer d’autres espèces de myriapodes dans le compost comme les géophiles, les iules.

Lithobie

Les limaces Ces mollusques ont une coquille (si si !) mais cachée sous la peau du dos formant "le bouclier" ; à cet endroit, un petit trou permet à l’animal de respirer. Les limaces ne mangent pas que nos salades, on peut aussi les rencontrer sur le compost, tout comme les escargots.

Limace

Les bactéries C’est le dernier bataillon des décomposeurs. Avec d’autres micro-organismes elles transforment de manière chimique la matière restante. Après leur travail le compost est à maturité , il n’y a presque plus de "petites bêtes" dedans et il a une couleur plus sombre. De cette matière très riche, le jardin peut alors en profiter…

Valoriser ses déchets fermentescibles, c’est en moyenne 23 % de déchets en moins dans la poubelle !

Avant de se lancer… Il existe pléthore de guides et conseils sur Internet sur le sujet, voici notre sélection :
-  Le compostage individuel - guide disponible auprès de l’Ademe ou téléchargeable
- Compostage à domicile - guide disponible auprès de Calitom ou téléchargeable

Pour aller plus loin…

- Composter les déchets organiques - guide des bonnes pratiques pour la transformation des déchets de cuisine et de jardin - téléchargeable sur le portail environnement de Wallonie (Belgique)

Des contacts…

Contacter, la collectivité dont vous dépendez pour la gestion des déchets :

- Calitom - Service de la prévention des déchets - n° vert : 0 800 50 04 29
- ComAGA - Service des déchets ménagers - n°vert : 0 800 77 99 20
- Ville de Cognac - Services techniques - tél : 05 45 82 43 77
- Communauté de communes du Rouillacais - Service des déchets ménagers - tél : 05 45 96 99 43
- Smictom de Champniers - tél : 05 45 69 45 69

Sandra COIFFARD - Administratrice de Charente Nature, Membre du groupe "Prévention déchets"

Sylvie CAILLAUD - Coordinatrice d’actions "Prévention déchets"

Article extrait de la revue Charente Nature n° 273-274 - Janvier-février 2010


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | Espace privé | visites : 838262

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ACTIVITES  Suivre la vie du site Activités environnementales  Suivre la vie du site • Déchets et consommation  Suivre la vie du site Compostage   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License