Les primevères

lundi 20 avril 2015 par Monique BRUN (Bénévole)

Les primevères comme les violettes, les jonquilles, les anémones fleurissent dès le début du printemps ; elles sont communément appelées coucous, primevère commune ou encore primevère des bois. Elles appartiennent à la famille des Primulacées.

La plus commune est le coucou ou Primevère officinale (Primula veris L) qui pousse sur les talus routiers, dans les prairies et aux bords des sentiers. C’est une plante herbacée vivace aux feuilles crénelées, ridées et disposées en rosette basale. La hampe de 10 à 30 cm porte plusieurs fleurs en ombelle plus ou moins unilatérale. La corolle jaune vif est constituée de cinq pétales aux lobes dentés, soudés, avec une petite tache orangée à la base. La primevère officinale était reconnue dès le Moyen-âge pour ses propriétés médicinales. Les fleurs, adoucissantes et calmantes peuvent être utilisées dans des mélanges pectoraux. Les feuilles sont anti-ecchymotiques. Toute la plante et particulièrement la racine ont des propriétés analgésiques, antispasmodiques, diurétiques et expectorantes. De plus, les jeunes feuilles et les fleurs peuvent être consommées en salade.

Primevère officinale©Albert BRUN

La Primevère commune (Primula vulgaris Hudson) est aussi une vivace de petite taille affectionnant les talus et les sous-bois ombragés. Ses feuilles en rosette basale, sont obovales, allongées, irrégulièrement denticulées ; ses fleurs sont solitaires, inodores et portées par des pédicelles longs, velus, grêles. La corolle jaune soufre assez clair, à gorge jaune d’or, est composée de lobes étalés et échancrés. La primevère commune est à l’origine de variétés cultivées ornementales qui fleurissent abondamment en fin d’hiver et au printemps dans les parterres.

Primevère commune©Albert BRUN

Il existe un hybride assez fréquent entre ces deux primevères (Primula x polyantha MILL). La Primevère des bois ou Primevère élevée (Primula elatior (L.) Hill) rappelle par son port celui de la primevère officinale, et par sa corolle celle de la primevère commune. Elle fréquente les sous-bois frais mais est plus rare que les deux précédentes. Au contact des autres primevères, elle peut s’hybrider également.

Primevère élevée©Albert BRUN

Sources : Jean-Marc Tison - Philippe Jauzein - Henri Michaud Flore de la France méditerranéenne continentale Plantes médicinales Editions Gründ


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | Espace privé | visites : 760287

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ACTIVITES  Suivre la vie du site Activités naturalistes  Suivre la vie du site • Botanique  Suivre la vie du site Portrait nature   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License