Lu, vu, entendu...

lundi 20 octobre 2014 par charentenature

Le Monde du 11 octobre 2014.

Le triple échec de l’écotaxe.

On ne pourra pas reprocher à Ségolène Royal son inconstance. Avant même son entrée au gouvernement, la ministre avait dénoncé « l’écologie punitive »…vis à vis des transporteurs. IL a suffit que les transporteurs menacent de bloquer les routes pour que la ministre annonce la suspension sine-die de cette écotaxe. Après la jacquerie des Bonnets Rouges de Bretagne, après la réduction de cette écotaxe prévue à l’origine sur 15 000 km, ramenée en juin à 4000 km et devenue de ce fait incompréhensible, elle est de fait abandonnée.

C’est un triple échec.

« Le gouvernement adresse un message sans ambiguïté à toute corporation, opposée à ses projets et il n’en manque pas… chacun sera un peu plus convaincu que la volonté et la capacité à réformer sont plus fragiles que jamais ».

Le deuxième échec est économique.

« Les recettes de l’écotaxe devaient financer l’’entretien des routes et surtout des projets de transports collectifs et durables. Sauf à y renoncer le gouvernement va devoir trouver des recettes alternatives et l’intention affichée de Ségolène Royal de mettre à contribution les sociétés d’autoroutes, reste à ce stade, bien nébuleuse ». Dans l’immédiat, ce sont qui sont invités à mettre la main à la poche, après l’augmentation du gazole inscrite au budget 2015.

« Et c’est compter sans les lourdes pénalités que l’état devra verser à Ecomouv’, chargée par le gouvernement Fillon, dans des conditions litigieuses, de mettre en place les portiques et de collecter l’écotaxe.

France Nature Environnement évalue le coût de cet abandon à 3 milliards d’€.

Le troisième échec est écologique.

« Inventée en 2007 lors du Grenelle de l’environnement, adoptée en 2009, à l’unanimité par les députés, l’écotaxe était fondé sur le principe « pollueur-payeur » : en l’occurrence, il s’agissait de faire payer aux transporteurs routiers la dégradation des routes qu’ils utilisent et endommagent,ainsi que la pollution qu’ils génèrent » . Ce principe cohérent est déjà appliqué dans plusieurs pays d’Europe. « Ajoutons que le renoncement du gouvernement intervient au moment même où Madame Royal défend à l’Assemblée Nationale le projet d’une loi sur la transition énergétique censé conduire la France vers un modèle moins énergivore, plus propre et plus respectueux de l’’environnement ».

Les financements abandonnés devaient permettre d’améliorer le réseau routier mais aussi de permettre un réel décollage du transport marchandises ferroviaire…

ON NE SAURAIT ENVOYER MESSAGE PLUS NEGATIF, QUI PLUS EST, UN AN AVANT LA REUNION, A PARIS, DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE CLIMAT.

Gilles MARSAT - Administrateur de Charente Nature


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | Espace privé | visites : 862490

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ACTIVITES  Suivre la vie du site Activités environnementales  Suivre la vie du site • Transports - déplacements   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License