Observatoire de l’eau

mercredi 21 mai 2014 par Gilles MARSAT (Administrateur) , LAFITTE Jean-Pierre (Administrateur)

Compte rendu de la réunion du mercredi 14 mai 2014 à la Préfecture

Cet observatoire a été présidé par le directeur de la DDT, Mr le Préfet étant retenu par une autre responsabilité. Exceptionnellement le bassin Adour Garonne était représenté, (pollution Charente ?).

L’automne et l’hiver ont connu un excédent de pluies, sauf décembre 2013, mars 2014 a connu une pluviométrie normale mais avril est déficitaire. Les piézomètres aussi bien des nappes que des cours d’eau montrent que les volumes ou les débits sont dans la moyenne des 10 dernières années.

Les deux barrages de Lavaud et Mas Chaban sont pleins.

Deux rivières sont en « alerte », l’irrigation est limitée à certains jours, des interdictions totales interviendront si le temps sec se prolonge au-delà d’une semaine ; Deux autres cours d’eau, la Nouère et l’Argence risquent, d’être mises en alerte. Il y a eu beaucoup de pluies ces derniers mois mais la situation actuelle n’est pas une garantie d’un débit satisfaisant des rivières pour la période d’été.

Des représentants des irrigants ont demandé que les arrêtés préfectoraux concernant les manœuvres de vannes restant à prendre, le soient, par anticipation, pour retenir l’eau dans une période où il y en a encore.

Des graphiques d’utilisation de l’eau en irrigation ont montré que l’eau « utilisée » était dans la plupart des cas environ 50% des « volumes autorisés » Cela semble moins le cas sur le karst.

Pour les services de l’Etat, la majorité des bassins sont en « volumes prélevables » donc ces cours d’eau en été ne devraient pas subir de mesures de restrictions au moins 8 années sur 10. Les bassins en difficulté restent le Bief, l’Auge, le Né, l’Argence, la Nouère et l’Aume-Couture. Progressivement la gestion des volumes attribués à chaque irriguant sera gérée par un organisme mis en place par la profession qui se dénommeront « organisme unique ». L’Etat gardera la charge de déterminer les volumes globaux par organisme unique et de suivre l’Etat des cours d’eau pour prévoir les éventuelles restrictions si nécessaire. Avec Jean-Pierre Lafitte nous avons demandé des précisions sur le plan d’ensemble de prévisions de réserves de substitutions sur les bassins en difficulté. Le service de la DDT nous a dit que « tout était clair » pour eux mais nous ne sommes pas convaincus par les volumes retenus pour les réserves comme pour les « volumes prélevables » envisagés pour les irrigants s’alimentant directement sur la rivière.

Charente Nature a demandé une entrevue à Mr le Préfet pour avoir une information sur sa politique de l’eau en Charente.

En Vienne l’application des mesures en « volumes prélevables » s’accompagne d’une diminution des volumes de 20 % mais en Charente c’est un mystère ? Il est vrai que le bassin « Adour Garonne » n’a pas retenue cette mesure. C’est plutôt étonnant quand on sait que les estuaires des fleuves charentais sont largement utilisés pour l’ostréiculture et la conchyliculture… Ces activités ont besoin d’eau salée mais aussi d’eau douce.

Nous avions aussi demandé que soit abordé le problème des informations parues dans la presse concernant le fleuve Charente, rivière « la plus polluée » de France.

Nous avons cru comprendre que cette pollution très importante reportée sur un point d’une carte à grande échelle et donc peu précise avait permis l’interprétation journalistique d’une grande pollution sur une grande longueur de la Charente. Il s’agirait d’une pollution effectivement ponctuelle « sur un affluent de la Soloire » et l’origine n’en serait pas déterminée.

Nous avons souhaité que les services de la Préfecture ou (et) Adour-Garonne procède à une information vérité pour que les informations données à ce jour soient explicitées. Nous n’avons pas senti un grand enthousiasme ni d’un côté ni de l’autre pour informer les charentais sur le sujet. Ce qui semble une réalité, c’est que des pollutions, pas au niveau invoqué mais réelles existent dans les cours d’eau comme la Charente. Là aussi notre souhait est que la vérité soit connue et diffusée.

Pour ceux qui disposent d’internet vous pouvez avoir toutes les informations diffusées au cours de l’observatoire sur le site de la Préfecture.

De même pour les informations, qualité ou non des cours d’eau, voir le site de l ’ Agence Adour – Garonne qui fait actuellement un diagnostic sur ce sujet.

Gilles MARSAT - Administrateur de Charente Nature

Jean-Pierre LAFITTE - Administrateur de Charente Nature


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | Espace privé | visites : 855164

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ACTIVITES  Suivre la vie du site Activités environnementales  Suivre la vie du site • Eau   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License