Photos du mois d’Août 2016

vendredi 5 août 2016 par WOLF Didier (Bénévole)

Lepture rouge (Leptura rubra) : Coléoptère de la famille de Longicornes (Cerambycidae). Comme on le voit ici, les adultes se nourrissent de nectar -ici sur des fleurs de sureau noir (Sambucus nigra)- mais les larves se nourrissent dans du bois de conifère mort. Ici il s’agit d’un mâle, reconnaissable à son pronotum (exosquelette qui recouvre le dos du thorax) noir et sa couleur brune, alors que la femelle est presque entièrement rousse. (Source : Insectes et araignées, coll. Nature en poche, éd. Larousse). Fabrice CADILLON

Lepture tacheté (Leptura maculata ex-Strangalia maculata) : Est un Coléoptère de la famille des Cérambycidés (ou Longicornes). Corps étroit aux élytres jaunes plus ou moins marqués de noir, antennes annelées de jaune et de noir. Les adultes sont actifs au soleil de mai à août sur diverses fleurs, de préférence blanches - Apiacées, Astéracées, ici sur Leucanthenum vulgare - où ils se nourrissent de pollen et de nectar tout en pondant leurs oeufs dans les souches pourries des feuillus, plus rarement des résineux. Xylophages, leurs larves, de type "larve-accordéon", ont une tête imposante munie de fortes mandibules qui leur permettent de forer des galeries dans le bois humide et décomposé des racines. Cycle de deux ans. C’est une espèce commune voire très commune des milieux arborés en France métropolitaine. Réjane PAQUEREAU

Grand Capricorne (Cerambix cerdo) : Ce Coléoptère qui appartient à la famille des Cérambycidés avoisine les 6 cm hors antennes. Est actuellement protégé par la Loi, même s’il tend à se raréfier dans certaines régions, il est loin d’être rare en d’autres lieux, on peut même dire qu’il s’y montre nettement plus menaçant que menacé. Sa larve atteint la taille de 7 à 8 cm de long et réalise des galeries à sa mesure dans les arbres hôtes. Les sexes sont séparés et facilement reconnaissables à la longueur des antennes, celles du mâle excédant très largement la longueur du corps, alors que celles de la femelle atteignent à peine l’extrémité abdominale. Didier WOLF

Lucane cerf-volant (Lucanus cervus) : Ce Coléoptère de la famille des Lucanidés est le plus grand et le plus imposant des insectes européens. C’est aussi le plus grand et le plus impressionnant de nos Coléoptères, le développement mandibulaire des mâles peut atteindre des proportions spectaculaires, ce qui ajoute à la ressemblance avec les bois du cervidé d’où le nom de "Cerf-volant". Il est crépusculaire, bien que les deux sexes soient aptes au vol, ce sont les mâles qui volent le plus souvent à la recherche des femelles qui le plus souvent restent au sol et sont relativement peu actives. La concurrence entre mâles est sévère et donne lieu à des joutes. Didier WOLF

Raiponce orbiculaire (Phyteuma orbiculare) : Pousse sur sol calcaire, aussi bien dans les pâtures et les prairies que sur les remblais et les pentes. Les têtes sphériques de 1 à 2 cm de large sont formées de nombreux fleurons étroits, violet, et très courbés, dont les pétales se fondent jusqu’à la base pour libérer les styles (partie centrale du pistil). (Source : Fleurs sauvages, coll. Nature en poche, éd.Larousse). Fabrice CADILLON

Epilobe hirsute (Epilobium hirsutum) : Est une grande plante formant souvent des colonies, aux feuilles sessiles, en partie engainantes, dentées, aux fleurs pourpres sur de longs pédoncules à l’aisselle des feuilles et à 4 pétales très échancrés, en grappes feuillues. Elle est appelée aussi Epilobe hérissé en raison des poils hérissés qui parcourent sa tige. Les poils des aigrettes de ses graines furent un temps exploités pour tenter de remplacer la culture du coton mais sans succès. Source :https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%8…). Fabrice CADILLON

Ail à tête ronde (Allium sphaerocephalon) : Est une plante herbacée bulbeuse vivace (hauteur 60 cm environ). Moins connu que l’ail des ours (Allium ursinum), l’ail à tête ronde c’est un également un ail sauvage. C’est une espèce caractéristique des prairies et pelouses sur sol relativement sec et ensoleillé plus ou moins calcaire, et des pelouses méditerranéennes riches en plantes. Cet ail aime les escarpements rocailleux et les éboulis bien exposés… Le bulbe de l’ail à tête ronde a une saveur piquante, soufrée, légèrement sucrée. En cuisine, il peut agrémenter les salades et les sauces. Cuit, il parfume les omelettes. On peut aussi ajouter ses fleurs à des salades. (Source : http://www.moneden.fr/article/alliu…). Fabrice CADILLON

Campanule étalée (Campanula patula) : Cette belle campanulacée bisannuelle aux fleurs bleu-violet intense croît sur les talus, dans les haies et en lisière de bois, toujours sur terrains siliceux. Elle est assez commune dans le Nord-est de la Charente. Albert & Monique BRUN

Campanule gantelée (Campanula trachelium) : Cette campanulacée appelée aussi campanule à feuilles d’orties est vivace et croît dans les lisières, les bois clairs, les haies. Ses corolles en forme de cloche, d’abord érigées et ensuite penchées, sont bleu-violet clair parfois blanches. Elle figure parmi nos plus grandes campanules avec celle à feuilles de pêcher. Elle est assez commune. Albert & Monique BRUN

Leste barbare (Lestes barbarus) : Ne vous y trompez pas, cette demoiselle n’a rien de barbare dans ses moeurs. Elle tire son nom de sa région de découverte : le nord ouest de l’Afrique, où vivent les Berbères, était autrefois connue sous l’appellation "états barbaresques". Ce leste se reproduit dans les eaux stagnantes ensoleillées. On le retrouve assez facilement dans les marais littoraux de Charente Maritime, mais c’est une espèce peu commune à l’intérieur des terres, où les marais ont été asséchés et les mares devenues rares. (Source : Libellules du Poitou-Charentes, éd. Poitou-Charentes Nature). Fabrice CADILLON

Leste verdoyant (Lestes virens) : Ce zygoptère (= "demoiselle") est assez exigeant sur son milieu de reproduction. Il lui faut des plans d’eau stagnante et peu profonde qui puisse se réchauffer rapidement au soleil. La raréfaction des mares a un fort impact sur cette espèce, qui est classée "Vulnérable" sur la Liste Rouge du Poitou-Charentes. (Source : Libellules du Poitou-Charentes, éd. Poitou-Charentes Nature). Fabrice CADILLON

Chlorocordulie métallique (Somatochlora metallica) : Espèce peu fréquente en Charente car elle apprécie surtout les vallées boisées et les secteurs de bocage. Les larves vivant dans la vase, les débris végétaux ou dans la végétation aquatique, c’est surtout la présence d’un substrat meuble qui est déterminante pour la reproduction de cette espèce. Elle est classée "Vulnérable" sur la Liste Rouge du Poitou-Charentes. (Source : Libellules du Poitou-Charentes, éd. Poitou-Charentes Nature). Fabrice CADILLON

Oxycordulie à corps fin (Oxygastra curtisii) : Les larves de cette espèce vivent essentiellement dans le système racinaire immergé des aulnes. Or les aulnes sont fragilisés par les variations d’eau et les attaques d’un champignon parasite Phytophora, ce qui impacte directement la population de cette libellule. Il s’agit d’une espèce protégée au niveau national, qui figure dans la Liste Rouge du Poitou-Charentes avec le statut "Quasi menacé".(Source : Libellules du Poitou-Charentes, éd. Poitou-Charentes Nature). Fabrice CADILLON

Anax empereur (Anax imperator) : Est une libellule commune en France et en Europe. De taille relativement grande, 11 cm d’envergure, reconnaissable à la couleur bleu ou vert vif de son abdomen. Fréquente principalement la bordure des points d’eau stagnants où les males patrouillent incessamment à la recherche d’une proie, ou pourchassent les mâles concurrents. Didier WOLF

Crocothémis écarlate (Crocothemis erythraea) : De la famille des Libellulidés, le mâle adulte possède un abdomen rouge luisant, large et plat vu de dessus. Les ailes postérieures sont munies d’une grande tache jaune à la base. La femelle a l’abdomen gris beige avec les yeux bleus. Fréquente les eaux stagnantes de température élevée comme les étangs, les gravières ou les bras morts. Didier WOLF

Nymphe au corps de feu (Pyrrhosoma nymphula) : De la famille des agrions, la petite nymphe au corps de feu se répartit sur toute la France. De couleur rouge vif, elle se reconnait aisément. Le mâle a des yeux rouges. Deux anneaux noirs sont visibles sur les yeux lorsque la libellule est encore immature. La femelle a un corps de couleur jaune-noir. Affectionne les eaux stagnantes où elle y pond ses oeufs entre le printemps et l’été. Les émergences débutent fin-mars et s’étalent jusqu’en juillet. Le cycle larvaire d’une libellule est de 1 an. Didier WOLF

Onychogomphe à pinces (Onychogomphus forcipatus ssp. Unguiculatus) : Anisoptère commun dans le sud de l’Europe. Le mâle possède une impressionnante pince au bout de son abdomen, et s’en sert pour tenir la femelle lors de l’accouplement. Espèce typiquement estivale, fréquente les rives des gravières et des rivières bien ensoleillées, posé sur des galets chauds. Partage son territoire avec l’Orthétrum brun. Didier WOLF

Orthétrum à stylets blancs (Orthetrum albistylum) : Cet Anisoptère est une espèce typique des eaux stagnantes de tous types, sa prédilection semble aller vers les plans d’eau récents dont les berges sont plus ou moins dénudées, telles les anciennes sablières. Ne semble pas menacée dans la région. Reconnaissable à son thorax à deux bandes bleues séparées par une bande sombre et son abdomen au bout noir, les ptérostigmas sont noirs et les cercoïdes blancs. Didier WOLF

Orthétrum bleuissant (Orthetrum coerulescens) : Est le plus petit de nos orthétrum. Avec ses longs ptérostigmas brun-jaune, beaucoup moins sombres que ceux de l’orthétrum réticulé, et sa face sombre. L’abdomen du mâle adulte est de couleur bleue, alors que son thorax reste en général brun avec éventuellement deux bandes antéhumérales blanches. Didier WOLF

Cuivré fuligineux (Heodes tityrus) : Petit papillon de la famille des Lycènes (Lycaenidae) qui se rencontre dans les prairies fleuries de plaine ainsi que dans les collines. La chenille se développe sur les plantes de la famille de l’oseille (Rumex sp). (Source : Papillons, coll. Nature en poche, éd. Larousse). Fabrice CADILLON

Azuré du serpolet (Maculinea Arion) : Lycaenidé parmi les plus grands de sa famille, se distingue par la belle couleur bleue intense de la face supérieure de ses ailes, ponctuées de tâches noires et bordées de noir. Vit sur les pelouses sèches, les lisières et clairières forestières, les friches, les coteaux et les zones alluviales ouvertes. Se localise sur des secteurs herbacés, plutôt chauds et secs. Pour effectuer son cycle de vie, a besoin de deux autres espèces bien différentes : une fourmi (du genre Myrmica) et une plante (l’Origan, de la famille des Lamiacées). Didier WOLF

Grand nègre des bois (Minois dryas) : Nymphalidé discret et sombre, assez imposant, dont le dos des ailes est de couleur brun foncée tirant sur le noir chez le mâle. Le dessus est brun-noir avec 2 gros ocelles noirs pupillés de bleu à l’aile antérieure. La femelle est plus grande, plus pâle et avec des ocelles plus grands que le mâle. Vole à faible hauteur et se cache parmi la végétation en journée. Les mâles défendent un petit territoire et les deux sexes sont assez sédentaires. Didier WOLF

Bombyle (Bombylius sp) : Leur corps velu et le vrombissement de leurs ailes évoque un bourdon tandis que leur capacité au vol stationnaire évoque plutôt un syrphe. Alors syrphe ou bourdon le bombyle ? En réalité, la famille des bombyles appartient à l’ordre des diptères et sont donc apparentés aux mouches. Leur trompe, de taille impressionnante, ne sert en fait qu’à pomper le nectar tout en restant en vol stationnaire. Il s’agit ici très probablement de l’espèce la plus commune et répandue dans nos régions : le Grand bombyle (Bombylius major). (Source : Insectes et araignées, coll. Nature en poche, éd. Larousse). Fabrice CADILLON

Sphinx-Gazé ou Sphinx du Chèvrefeuille (Hemaris fuciformis) : Est un Hétérocère (papillon de nuit) de la famille des Sphingidés qui vole uniquement de jour, en plein soleil, le long des orées forestières, en clairière comme celui-ci, sur les pelouses ou les friches maigres, essentiellement sur le calcaire. Trapu, vivement coloré, ce petit "Sphinx-colibri" butine en vol stationnaire, les pattes antérieures en appui sur la fleur visitée. Adulte, ses ailes bordées de brun-rouge sont devenues transparentes, ayant perdu toutes leurs écailles. Les chenilles vivent surtout sur les chèvrefeuilles, trahissant leur présence par les trous qu’elles y découpent. L’imago vole de la mi-mai à la mi-juin puis de nouveau en août dans les régions les plus chaudes. Cependant l’espèce serait en forte régression dans toute la moitié Nord de la France. Réjane PAQUEREAU

Decticelle bariolée (Roeseliana roeselii) mâle : Les prospections naturalistes se poursuivent en vue de la rédaction d’un atlas régional des orthoptères (sauterelles, grillons, criquets et courtilières). Cette sauterelle se rencontre régulièrement dans les endroits humides à végétation abondante. Si la température est suffisante, elle est active de jour comme de nuit. Le chant du mâle est un bourdonnement doux et régulier constitué de phrases souvent longues, parfois interrompues par de courtes pauses. Il rappelle un forage rapide. Il n’est pas audible à une distance de plus de dix mètres. Fabrice CADILLON

Criquet noir ébène (Omocestus rufipes) : Criquet de la famille des Acridiés. Les mâles de 15 mm en moyenne ont le dos noir et l’extrémité de l’abdomen rougeâtre. Les femelles quant à elles, sont plus grandes (18 à 20 mm) brunes avec une face dorsale verte. Peu exigeant, on peut le rencontrer dans différents milieux : endroits secs comme les pelouses arides, rocailleuses, mais aussi des endroits plus humides comme les prairies, les friches, etc. Dans le sud, les adultes apparaissent d’avril à juin puis en août-septembre. Didier WOLF

Renard roux (Vulpes vulpes) : Ce canidé est reconnaissable à son museau allongé, ses oreilles pointues et triangulaires et sa queue touffue, souvent terminée par une touffe de poils blancs. Son pelage, à dominante rousse, peut aller du jaune isabelle au marron foncé. Ses yeux marron orangé sont fendus d’une pupille verticale typique. Sa vie est essentiellement nocturne : sa vue est particulièrement bien adaptée à la vision nocturne. Derrière les cellules photosensibles de ses yeux, il possède une membrane supplémentaire (le tapetum lucidum) qui réfléchit la lumière à nouveau à travers l’œil, doublant ainsi l’intensité lumineuse des images. A noter toutefois que l’animal serait incapable de distinguer certaines couleurs et éprouverait quelques difficultés à repérer une silhouette immobile. Son ouïe est si développée qu’il peut percevoir des fréquences très basses comme celles émises par une souris remuant dans l’herbe ou un lombric rampant sur le sol. Il est capable de localiser des sons dont la fréquence est comprise entre 700 et 3000 Hz. Didier WOLF


Portfolio

Lepture rouge, 14_07_2016, Péreuil, Fabrice CADILLON Lepture tacheté, 30_06_2016, Chérac, Réjane PAQUEREAU Grand Capricorne, 31_07_2016, ANAIS, Puyfrançais, Didier WOLF Raiponce orbiculaire, 14_07_2016, Roullet Saint-Estèphe, Fabrice (...) Epilobe hirsute, 07_2016, Péreuil, Fabrice CADILLON Ail à tête ronde, 14_07_2016, Roullet Saint-Estèphe, Fabrice CADILLON Campanule étalée, 11_07_2016, Saint Quentin-sur-Charente, Albert & (...) Campanule gantelée, 23_07_2016, Dirac, Albert & Monique BRUN Campanule gantelée, 23_07_2016, Dirac, Albert & Monique BRUN Leste barbare, 15_07_2016, Châteauneuf sur Charente, Fabrice (...) Leste verdoyant, 26_07_2016, Guizengeard, Fabrice CADILLON Leste verdoyant, 26_07_2016, Guizengeard, Fabrice CADILLON Chlorocordulie métallique, 26_07_2016, Guizengeard, Fabrice CADILLON Oxycordulie à corps fin, 15_07_2016, Châteauneuf sur Charente, Fabrice (...) Anax empereur, 16_07_2016, Givreras, Le Tâtre, Didier WOLF Crocothémis écarlate, 30_07_2016, La Rochefoucauld, étang d'Olérat, Didier (...) Nymphe au corps de feu, 21_07_2016, ANAIS, Les Champs du moulin Onychogomphe à pinces, 30_07_2016, La Rochefoucauld, étang d'Olérat, (...) Orthétrum à stylets blancs, 30_07_2016, La Rochefoucauld, étang d'Olérat, (...) Orthétrum à stylets blancs, 30_07_2016, La Rochefoucauld, étang d'Olérat, (...) Orthétrum bleuissant, 30_07_2016, La Rochefoucauld, étang d'Olérat, (...) Cuivré fuligineux, 26_07_2016, Guizengeard, Fabrice CADILLON Azuré du serpolet, 25_07_2016, Jauldes, Combe à Roux, Didier WOLF Azuré du serpolet, 25_07_2016, Jauldes, Combe à Roux, Didier WOLF Azuré du serpolet, 25_07_2016, Jauldes, Combe à Roux, Didier WOLF Grand nègre des bois, 26_07_2016, Jauldes, Combe à Roux, Didier (...) Bombyle, 25_07_2016, Péreuil, Fabrice CADILLON Sphinx-Gazé, 23_07_2016, Sainte-Sévère, Réjane PAQUEREAU Decticelle bariolée, 13_07_2016, Péreuil, Fabrice CADILLON Decticelle bariolée, 13_07_2016, Péreuil, Fabrice CADILLON Decticelle bariolée Macroptère, 16_07_2016, Le Tâtre, l'étang, Didier (...) Criquet noir ébène, 28_07_2016, La Couronne, Champ Martin, Didier (...) Renard roux, 25_07_2016, Tourriers, Les Bouchauds, Didier WOLF Renard roux, 25_07_2016, Tourriers, Les Bouchauds, Didier WOLF Renard roux, 30_07_2016, Tourriers, Les Bouchauds, Didier WOLF
Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | Espace privé | visites : 861255

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Photos du mois   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License