Photos du mois d’Août 2017

dimanche 6 août 2017 par WOLF Didier (Bénévole)

Phasme Gaulois (Clonopsis gallica) : Mimétique, immobile, brindille parmi les brindilles, de vert au printemps à souvent brun à l’automne, son observation en milieu naturel tient du hasard. L’insecte est exclusivement phyllophage, mangeur de feuilles, avec une préférence pour les Rosacées (Ronces, Prunelliers, Rosiers sauvages). Il apprécie les bords de route ou de chemin comme ici, avant élagage. Pas de mâles chez cette espèce, seulement des femelles qui se reproduisent par parthénogenèse. Celles-ci peuvent pondre des oeufs fertiles sans fécondation, quotidiennement, par un ou deux, de la moitié de l’été jusqu’aux 1ères gelées et qui ne donneront que des femelles. Oeufs qui tombent au sol, passent l’hiver sous les feuilles et peuvent éclore dès le printemps suivant. Parfaitement inoffensifs, pouvant être manipulés sans risque, les phasmes font l’objet d’élevage, notamment pour sensibiliser les enfants au monde des insectes. Réjane Pâquereau.

Clyte varié (Chlorophorus varius) ou Chlorophore soufré : Est une espèce plutôt méridionale de la famille des Cerambycidae(Longicornes). De chlorophorus : qui porte du jaune et varius : varié. Habituellement jaune avec des dessins et bandes noirs, l’insecte a ici le corps recouvert d’une pubescence grise, une coloration qui lui a fait perdre sa ressemblance avec un hyménoptère. Les adultes butinent de fleur en fleur, surtout sur les ombellifères. Les larves phytophages se développent en 2 ou 3 ans dans le bois sec de divers feuillus, y compris les sarments de vigne. Réjane Pâquereau.

Cétoine grise (Oxythyrea funesta) ou Drap mortuaire : Doit son nom commun à sa coloration sombre. C’est un Coléoptère trapu, de la famille des Cétonidés, noir brillant avec des taches et poils blancs. En vieillissant, l’insecte perd ses poils et certains points blancs s’estompent. Les adultes se nourrissent sur les fleurs, en particulier les ombellifères, les chardons, les centaurées, les marguerites. Cette Cétoine phytophage autait tendance à "mâchouiller" le coeur des fleurs, ce qui occasionnerait des dégâts dans les jardins ou dans les vergers de pêchers, d’agrumes ou de kiwis. Funeste donc en cas de prolifération. Son seul prédateur, la Scolie hirsute, une guêpe qui la parasite, est une espèce en voie de disparition suite à l’utilisation abusive des insecticides. Ses larves qui se nourrissent principalement de végétaux en décomposition (dans le fumier, le compost) participent au recyclage de la matière organique. Réjane Pâquereau.

Cryptocéphale modeste (Cryptocephalus hypochaeridis) : D’un vert doré très métallique, le cryptocéphale modeste mesure 7 mm de long. C’est un coléoptère de la famille des Chrysomélidés, qui fréquente les pelouses et les prés, où on le rencontre sur les fleurs (épervières - du genre Hieracium - et autres Composées jaunes), de juin à août. L’adulte se nourrit de pétales de fleurs. Source : http://loeuvreparfaite.canalblog.com/ Didier WOLF.

(Isodonte mexicaine (Isodontia mexicana) ou Sphex du Mexique : Est une guêpe entièrement noire aux ailes enfumées. L’abdomen est relié au thorax par un long pétiole courbé vers le bas. Cet hyménoptère originaire d’Amérique du Nord aurait été importé en France dans les années 60 (même plus tôt selon certaines sources). Il est actuellement en expansion vers le Nord et l’Est de l’europe, avec des avancées considérables les années chaudes. Si l’insecte se nourrit de nectar et de pollen, il est aussi spécialisé dans la capture des orthoptères. En effet, l’Isodonte mexicaine constuit son nid dans des tiges creuses, des trous ou des anfractuosités (arbres, constructions) où elle y maçonne des cellules individuelles (6 à 8). On peut la voir y transporter des sauterelles ou des grillons paralysés - particulièrement le Méconème méridional - autant de proies qui nourriront ses larves. Tout à fait inoffensive car dépourvue de dard, comme toutes les guêpes solitaires, c’est une butineuse qui fait donc partie des pollinisateurs actifs des végétaux. Réjane Pâquereau.

Punaise à pointes sombres (Carpocoris fuscispinus) : Cette punaise est une des plus brillamment colorées, d’un jaune tirant sur l’orangé ou sur le vert. Elle possède un pronotum très saillant, notamment les côtés postérieurs qui sont effilés et pointus.Le pronotum est orné de 4 bandes sombres qui partent de la tête et sont divergentes. Des différences de coloration existent suivant les populations et au sein d’une même population. Le 1er article des antennes est orange ou jaune verdâtre, les 4 segments suivants sont noirs. Cette punaise affectionne les scabieuses, les chardons et les ombellifères. Elle vit dans l’ensemble du Bassin méditerranéen, atteint la Moravie au Nord et la Perse à l’Est. Source : insectes.lecolebuissonniere. Didier WOLF.

Dectique à front blanc (Decticus albifrons Fabricius, 1775):Figure parmi l’un des plus gros Orthoptères d’Europe. En vue du futur atlas des Orthoptères en Poitou-Charentes, de nombreuses prospections ont permis de le découvrir en Août 2015 sur 3 communes charentaises. Depuis, au fur et à mesure de nos recherches, il s’est avéré que d’autres communes abritent cette belle sauterelle. Cette espèce méditerranéenne fréquente les milieux chauds et secs, comme les fruticées basses, les talus embroussaillés, les jachères. Cette sauterelle, appartenant à la famille des Tettigoniidae, est adulte en juillet et se montre jusqu’en novembre. Elle se nourrit de végétaux et aussi d’insectes grâce à ses mandibules puissantes. Sa stridulation diurne permet de la repérer ; de même, sa taille imposante de 32 à 38 mm, fait qu’elle ne peut pas passer inaperçue lorsqu’elle se faufile entre les herbes hautes. Elle est de couleur brune, mouchetée de noir et tachée de crème, mais jamais verte. Source : Guide des sauterelles, grillons et criquets d’Europe occidentale. H.Bellmann & G.Luquet, 2009. Delachaux Niestlé. Albert & Monique BRUN.

Guimauve à feuilles de chanvre (Althaea cannabina) : Est une grande vivace de la famille des Malvacées, commune dans la région, hôte des broussailles, bords de fossés et talus routiers. C’est une herbacée plus ou moins ramifiée à fleurs rose guimauve et feuilles finement découpées évoquant celles du chanvre. Son nom de genre Althaea, du grec "je soulage" fait allusion aux propriétés médicinales de plusieurs d’entre elles, dont la Guimauve officinale (Althaea officinalis). Réjane Pâquereau.

Guimauve officinale (Althaea officinalis) ou Mauve officinale ou Mauve blanche : Est une grande Malvacée toute veloutée-blanchâtre, à tiges dressées. Toutes les parties de la plante sont comestibles ou médicinales. La Guimauve a été utilisée pendant des siècles en sirop pour apaiser la toux et les maux de gorge, en infusion pour les maux d’estomac, l’asthme, les troubles intestinaux. Elle faisait partie des 94 plantes que les domaines royaux se devaient de cultiver à l’époque de Charlemagne (Capitulaire De Villis). On en a extrait le mucilage des racines pour produire la pâte de guimauve, une friandise composée aujourd’hui principalement de sucre et de gélatine. Althaea officinalis appécie les sols riches, profonds et frais en bordure des cours d’eau, des étangs, en zone maritime (prés salés). Ses fleurs blanc lilas sont pollinisées par les insectes et ses graines, très légères, réunies en disque, sont dispersées par les pluies et les eaux courantes. Réjane Pâquereau.

Scabieuse colombaire (Scabiosa columbaria L.) : Appelée aussi colombière à petite tête, appartient à la famille des Caprifoliacées (anciennement les Dipsacacées). Ses feuilles inférieures, spatulées et velues sont presque entières ; les supérieures sont lyrées à pennatiséquées (à segments atteignant quasiment la nervure médiane). Ses capitules à cinq lobes de couleur bleu-clair parfois blanche, s’épanouissent de juin à octobre. Cette espèce vivace est commune et se rencontre dans les sous-bois clairs, les prairies et les pelouses arides. Elle est très visitée par les bourdons, les abeilles, les scarabées, les mouches et papillons. Sur cette photo, l’araignée-crabe est en affût devant sa proie potentielle. Albert & Monique BRUN.

Linaire fausse velvote (Kickxia spuria (L.) Dumort., 1827):Cette belle linaire annuelle passe souvent inaperçue ; même si elle n’a pas la taille de la plupart de nos linaires (Linaire commune, ou rampante par ex.), elle retient l’attention du botaniste ou du promeneur par ses tiges ramifiées dès la base et étalées, par ses feuilles alternes, ovales à base cordiforme, et surtout par ses fleurs délicates (10 à 15 mm) jaunes avec une lèvre supérieure pourpre-foncé, solitaires au bout de longs pédoncules naissant à l’aisselle des feuilles. Elle appartient désormais à la famille des Plantaginacées comme les plantains, les cymbalaires, les digitales, les véroniques, etc. Elle fréquente les terrains cultivés, les bords des cultures céréalières, et souvent les terrains sablonneux. Sa cousine, la linaire élatine qui fréquente souvent les mêmes milieux, s’en distingue par la forme de ses feuilles ovales, sagittées (en forme de fer de lance) et par ses fleurs jaunâtres à bleutées à lèvre supérieure violette. Albert & Monique BRUN.

Campanule agglomérée (Campanula glomerata) : Est une Campanulacée vivace velue et tapissante à floraison estivale bleue, que l’on rencontre assez communément. Elle pousse préférentiellement sur des sols frais et même humides, sans être engorgés, dans les prairies et les bois. La tige est robuste et anguleuse. Ses fleurs bleues sont disposées par grappes dressées. Ses feuilles sont ovales, en forme de coeur à la base. Didier WOLF

Molène noire (Verbascum nigrum) : Scrophulariacée vivace à feuilles vert moyen à foncé, à dessous duveteux avec de longs épis de fleurs jaunes à étamines pourpres, splendide. La plante contient beaucoup de saponines et de mucilages. Les fleurs renfermant des colorants jaunes (crozétine et xanthophylle) et ayant des propriétés émollientes, expectorantes et adoucissantes, entrent dans la composition de tisanes, décoctions et infusions. Récoltées à peine ouvertes, en juin-septembre, les fleurs sont séchées à l’abri de l’air et de la lumière. Utilisé dans la médecine antique contre les inflammations oculaires. Une infusion de feuilles est utilisée pour le traitement de divers problèmes respiratoires dont la toux, la bronchite, l’asthme et les irritations de la gorge. Affectionne les lieux incultes un peu frais, fleurit de Juillet à septembre. Didier WOLF.

Moro sphinx (Macroglossum stellatarum) : Appelé aussi sphinx colibri, son vol stationnaire au-dessus des fleurs et sa trompe démesurée lui permettent d’aspirer le nectar au plus profond des corolles. Classé en papillon de nuit visible également le jour. Il ressemblerait davantage à un gros bourdon qu’à un papillon. Danièle RAINAUD.

Sphinx gazé ou Sphinx du chèvrefeuille (Hemaris fuciformis) : Papillon dit nocturne comme le Moro-sphinx, le "Gazé" est également vif et mobile et il butine en vol stationnaire. Cependant ses pattes antérieures peuvent effleurer la fleur visitée sans s’y accrocher. Hôte des allées forestières, des jachères….mais aussi des jardins, ce papillon s’observe de Mai à aout. Nettement moins fréquent que le Moro-sphinx, le "Gazé" doit son nom commun à la transparence de ses ailes. Danièle RAINAUD.

Hespérie de l’alcée ou Grisette (Carchaodus alceae) : est un petit papillon d’une envergure de 25 mm à 34 mm qui présente un dessus marbré de marron, marron foncé et gris et la marge des ailes postérieures est dentelée. Le revers est plus clair et les antérieures des mâles n’ont pas de touffe de poils. Est polyvoltin, vole en trois à quatre générations entre avril et octobre. Hiverne au stade de chenille. Les plantes hôtes de sa chenille sont des Malva : surtout Malva sylvestris mais aussi Malva neglecta, Malva moschata, Malva pusilla. Se rencontre en plaine, dans les prairies, jardins et friches. Didier WOLF

Hespérie de la Houque ou Bande noire ou Thaumas (Thymelicus sylvestris) : Est commune dans les prairies fleuries et les collines jusqu’à 1800 m.A un vol rapide caractéristique des Hespéries, se pose souvent sur le sol, ailes postérieures ouvertes, ailes antérieures redressées. C’est un petit papillon d’une envergure de 26 mm à 30 mm aux ailes orange vif bordées de marron. Le mâle présente au recto de l’aile antérieure une grande ligne androcomiale noire. Les massues antennaires sont oranges contrairement à celles de l’Hespérie du dactyle qui sont noires. Vol : Mai à Septembre. Didier WOLF.

Amaryllis (Pyronia tithonus) : Ce Nymphalidae est reconnaissable à son recto roux orangé, avec chez le mâle des bandes brunes sombres qui correspondent à des taches androconiales, constituées d’écailles qui diffusent des molécules odorantes, avec une marge brune et un ocelle double sur l’aile antérieure. Le verso est d’une couleur similaire, mais les ailes postérieures ont un aspect plus marbré. Le mâle est plus petit que la femelle, plus vivement coloré et doté d’une bande d’écailles androconiale foncée sur chaque aile antérieure. Fréquente les haies et les lisières, de la plaine à la basse montagne. Vole quand les fleurs de ronces sont épanouies, et peut former des groupes nombreux qui butinent. Vol : Juillet-Août. Didier WOLF.

Mégère (Lasiommata megera) : Lasiommata signifie : qui a les yeux velus. Ce Nymphalidae de taille moyenne, au dessus brun fauve avec des motifs bruns foncés, et un ocelle dans l’angle de l’aile antérieure, a 4 ocelles à la marge de l’aile postérieure. Le mâle se distingue par une bande androconiale brun sombre oblique sur le dessus de l’aile antérieure. Fréquente les friches broussailleuses, les landes claires, les endroits rocailleux. Posée sur les chemins, elle apprécie de se réchauffer longuement au soleil. Vole en deux ou trois générations entre avril et novembre. Didier WOLF.

Mélitée des centaurées ou Grand Damier (Melitaea phoebe) : Ses ailes sont, d’un côté, brunes et orangées, de l’autre, à lunules blanches ou jaunes bordées de noir avec une ligne de points rouges sur l’avant-dernière bande. Les couleurs de la femelle sont légèrement moins vives. Elle pond bien évidemment ses oeufs sur les centaurées mais également sur les plantains. Son envergure moyenne est de 38 mm. Fréquente les prairies bien exposées et sèches, les prairies mésophiles, les bords de routes fleuris, les friches, les chemins forestiers. Deux générations annuelles, la première en mai/juin, la deuxième en juillet/septembre. Espèce déterminante pour le Poitou-Charentes, est en forte régression, est devenue peu commune et localisée. Didier WOLF.

Moyen nacré (Argynnis adippe) : Ce beau Nymphalidae aux ailes oranges avec de nombreuses taches noires. Le dessous des ailes postérieures jaune ochracé pâle, avec de nombreuses taches argentées ombrées de vert. Se rencontre dans les prairies fleuries, les clairières, aux abords des lisières. Par temps chaud, il aime parcourir son territoire d’un vol rapide, guère sociable, il tolère peu la présence d’un autre papillon sur sa fleur. Est une espèce mésophile qui fréquente les milieux ouverts proches des zones forestières, les clairières, les ourlets forestiers, les friches ou les prés-bois très fleuris. L’adulte préfère les chardons, mais visite également les ronciers. Espèce univoltine, apparaissant en une longue génération qui s’étale surtout de juin à août. Vole, selon les années, encore en septembre en altitude. S’observe un peu partout en France. Didier WOLF.

Sylvain azuré (Limenitis reducta) : Un superbe papillon de grande taille, au vol élégant car il possède la faculté de planer entre 1 ou 2 battements d’ailes, avec le dessus noir avec des reflets bleutés et des taches blanches. La face inférieure est brun-rouge, gris très clair à la base des ailes postérieures, et une rangée de points noirs près de la marge des ailes. Limenitis vient d’un mot latin qui signifie étang, marais. Fréquente les lisières de forêt ensoleillées, les clairières, les bords de cours d’eau. Vole de mai à septembre, il peut y avoir une à trois générations par an. Didier WOLF.

Tristan (Aphantopus hyperantus) : C’est un papillon tout brun, dessus et dessous, quelques ocelles noirs constituent toute sa décoration. La coloration de fond est brun foncé, mais avec de nombreux ocelles bruns cerclés de jaune avec au centre un point blanc. Les ocelles sont plus visibles chez les femelles. Le dessous des ailes est brun plus roux, avec également des ocelles cerclés de jaune, il y en a 5 sur les ailes postérieures et 2 à 4 sur les ailes antérieures. Cette espèce présente des variants dont les différences portent sur le nombre des ocelles. Se pose volontiers avec les ailes repliées, il les ouvre pour capter la chaleur solaire. Fréquente les milieux ouverts, lisières de forêt, prairies grasses. Vole de mi-juin au début du mois d’août. Didier WOLF.

Noctuelle en deuil ou Funèbre ou Catéphie endeuillée (Tyta luctuosa) : Hétérocère aux ailes antérieures brun noirâtre avec une grande tache triangulaire blanche sur le bord costal. La zone proche de l’apex de l’aile est plus sombre et l’angle anal présente une tache un peu plus claire d’aspect moucheté. Les ailes postérieures sont noires avec une large bande blanche ainsi qu’une petite tache blanche proche de l’angle anal. Est active durant la nuit mais s’observe aussi les jours ensoleillés sur les fleurs. Elle est attirée par la lumière. Fréquente les terrains ouverts, sableux ou calcaires, les prairies, les friches, les dunes. Vole en 2 générations entre avril et juillet et août et septembre. Didier WOLF.

Ephippigère des vignes (Ephippiger diurnus diurnus) : Cet Orthoptère est une belle sauterelle qui ne peut pas voler, ses ailes sont vestigiales, elle compense en restant bien immobile et sa coloration la rend presque invisible. La femelle est dotée d’un organe de ponte spectaculaire. Le corps mesure 2 à 3 cm, et l’oviscapte 2 cm à 2,5 cm. Ephippiger signifie : qui porte une selle. La couleur dominante est le vert, avec des variantes vers le jaune ou le roux, le plus souvent assorti aux plantes sur lesquelles elle se trouve. L’abdomen est rayé vert clair et vert foncé, et l’arrière de la tête est noir. Elle est ainsi très discrète car elle reste immobile ou se déplace lentement. Les orthoptères sont des insectes sonores, l’éphippigère des vignes émet un cri avec deux notes : tsii – zi, et on l’appelle parfois « jeudi », ou tizi. Les mâles et les femelles stridulent. Source : www.quelestcetanimal.com Didier WOLF.

Phanéroptère méridional (Phaneroptera nana) : Cette élégante sauterelle, Tettigoniidé, généralement toute verte marqué de petites tâches rouille sur tout le corps et très effilée avec de longues pattes, est discrète : sa stridulation émise de nuit surtout, est quasi inaudible, très aiguë et brève. Elle est par contre facilement repérable avec un détecteur d’ultrasons pour les chiroptères. Ses antennes très longues peuvent atteindre 2 à 3 fois la longueur du corps. Chose peu fréquente chez les sauterelles, les ailes postérieures - très longues - dépassent les tegminas (ailes antérieures), donnant l’impression qu’elle porte un costume "queue-de-pie". Très active les nuits chaudes, elle est capable de voler sur de très longues distances et a manifesté ces dernières années une forte expansion vers le nord de la France suite aux étés chauds. Se rencontre dans tous les buissons, bosquets, ronciers, friches… Les haies et jardins, parcs publics, pour peu qu’il y ait des végétaux touffus, sont aussi de bons refuges. Adulte en août et est visible jusqu’en d’octobre. Didier WOLF.

Caloptène de Barbarie (Calliptamus barbarus barbarus) : Les Caloptènes sont de gros criquets aux ailes rougeâtres associés à des habitats xérothermophiles peu végétalisés. Ce besoin de chaleur explique également pourquoi les adultes ne sont visibles qu’en été, à partir du mois de juillet. Les derniers survivront jusqu’au mois d’octobre. Cette espèce présente un fort dimorphisme sexuel avec des mâles plus petits que les femelles. Sa coloration est blanche, grise et brune et la face intérieure de ses ailes est rouge. Pour distinguer l’italien du barbarie (ochracé), il est nécessaire de capturer un individu mâle et regarder l’édéage, c’est-à-dire le pénis du mâle. Il est gris, arrondi et émoussé ? Il s’agit du Caloptène de Barbarie. Les caloptènes sont répandus en Charente. Source : Charente Nature David NEAU. Didier WOLF.

Criquet des roseaux (Mecostethus parapleurus) : Se remarque par sa grande taille et sa couleur vert clair, fond sur lequel une barre noire qui part de l’œil, longe les lobes latéraux du pronotum et se termine vers le milieu des ailes (tegmina). Ces ailes sont brunâtres au-dessus de la ligne noire et vert clair au-dessous. Elles atteignent l’extrémité de l’abdomen. Mecostethus signifie : dont la poitrine est longue. Affectionne les zones humides, prairies, le plus souvent dans les herbes hautes. Se nourrit de végétaux. Visible de fin juillet à octobre pour les imagos. Source : www.quelestcetanimal.com Didier WOLF.

Hirondelle rustique (Hirundo rustica) : Les reflets métalliques de cet oiseau contrastent avec le dessous blanchâtre lavé de roux. Les "filets" de sa queue fourchue très échancrée sont très apparents. Historiquement l’hôte des étables et diverses granges, elle niche également dans les garages, caves et autres remises, toutes sortes de corniches, sous les ponts, parfois à l’intérieur des maisons, pourvu que le bâtiment possède une ouverture. Migratrice, elle part en Afrique à l’automne. Ses effectifs sont en déclin dans la majeure partie des pays d’Europe. Danièle RAINAUD.

Huppe fasciée (Upupa epops) : Espèce migratrice, son arrivée est précoce, enregistrée dès la fin février dans le Sud, en mars ou avril dans les régions plus septentrionales. Elle quitte ces latitudes dès qu’elle a terminé sa nidification, au mois d’août et plus rarement en septembre. Est une espèce en régression en Europe occidentale et méridionale. Elle bénéficie d’une protection totale sur le territoire français depuis 1981. Cependant elle est plus souvent capturée en Afrique du Nord, où certaines parties de son corps sont utilisées pour des pratiques médicales et "magiques". Didier WOLF


Portfolio

Phasme gaulois, 25_07_2017, Marcillac-Lanville, Réjane Pâquereau Clyte varié, 06_ 07_2017, Chadurie, Réjane Pâquereau Drap mortuaire, 20_07_2017, Linars, Réjane Pâquereau Cryptocéphale modeste, 30_07_2017, Jauldes, Didier WOLF Isodonte mexicaine, 17_07_2017, Linars, Réjane Pâquereau Punaise à pointes sombres, 25_07_2017, Jauldes, Didier WOLF Dectique à front blanc, 23_07_2017, Verteuil, Albert & Monique (...) Dectique à front blanc, 23_07_2017, Verteuil, Albert & Monique (...) Guimauve à feuilles de chanvre, 17_07_2017, Linars, Réjane Pâquereau Guimauve officinale, 29_07_2017, Barret, Réjane Pâquereau Scabieuse colombaire, 27_07_2017, Verteuil, Albert & Monique (...) Scabieuse colombaire, 27_07_2017, Verteuil, Albert & Monique (...) Linaire fausse-velvote_Kickxia spuria, 23_07_2017, Aigre, Albert & (...) Campanule agglomérée, 06_07_2017, Forêt de La Braconne, Didier (...) Molène noire, 14_07_2017, Anais Puyfrançais, Didier WOLF Molène noire, 14_07_2017, Anais Puyfrançais, Didier WOLF Moro sphinx, 31_07_2017, Danièle RAINAUD Sphinx gazé, 14_07_2017, Danièle RAINAUD Hespérie de l'alcée, 30_07_2017, Le Breuil d'Anais, Didier (...) Hespérie de la Houque, 24_07_2017, Agris, Didier WOLF Amaryllis, 28_07_2017, Anais, Didier WOLF Amaryllis, 25_07_2017, Anais, Didier WOLF Mégère, 06_07_2017, Anais, Didier WOLF Mégère, 05_07_2017, Anais, Didier WOLF Mélitée des centaurée, 30_07_2017, Jauldes, Didier WOLF Moyen nacré, 04_07_2017, Cellefrouin, Didier WOLF Moyen nacré, 06_07_2017, Brie Grande fosse, Didier WOLF Sylvain azuré, 04_07_2017, Cellefrouin, Didier WOLF Tristan, 06_07_2017, Brie Grande fosse, Didier WOLF Noctuelle en deuil, 30_07_2017, Le Breuil d'Anais, Didier (...) Ephippigère des vignes, 24_07_2017, Agris Rond point Limousin., Didier (...) Ephippigère des vignes, 24_07_2017, Agris Rond point Limousin., Didier (...) Phanéroptère méridional, 28_07_2017, Anais, Didier WOLF Caloptène de Barbarie, 25_07_2017, Anais Puyfrançais, Didier WOLF Criquet des roseaux, 03_07_2017, Anais Puyfrançais, Didier WOLF Hirondelle rustique, 01_07_2017, Danièle RAINAUD Hirondelle rustique, 01_07_2017, Danièle RAINAUD Huppe fasciée, 28_07_2017, Anais Puyfrançais, Didier WOLF
Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | Espace privé | visites : 780835

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Photos du mois   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License