Photos du mois d’Avril 2017

mercredi 5 avril 2017 par WOLF Didier (Bénévole)

Oreille-de-Judas (Auricularia auricula-judae) : En forme de petite coupe au début, puis "en oreille", brun-rouge, grossièrement ridée. Pas de pied, le champignon étant généralement fixé par le côté. Sa chair est gélatineuse, tenace, à saveur douce et odeur faible, voire agréable. On le trouve sur bois de feuillus, souvent sur Sureau comme ici. D’où son nom qui fait allusion à Judas qui se serait pendu à un de ces arbres après sa trahison. Comestible, il peut être consommé cru en salade (pour la couleur) ou cuit en accompagnement, dans les deux cas avec modération. C’est le "champignon noir" de certains plats asiatiques, une variété très proche, Auricularia polytricha, y étant cultivée de manière intensive. Réjane PAQUEREAU.

Tremelle (Tremella sp.) : Sa petite masse gélatineuse jaune d’or attire le regard. D’aspect plissé ondulé, "cérébriforme", elle apparaît fréquemment après les périodes de pluie sur le bois mort de feuillus. Tremelle orangée (Tremella aurantia) ou Trémelle mésentérique (Tremella mesenterica), le champignon est souvent le parasite d’un autre champignon, de la famille des Stéréacées, ou de son mycélium. Sa chair se racornit par temps sec, prenant une couleur plus orangée et une consistance cornée. L’humidité lui redonne son aspect normal, tremblotant. Comestible pour certains quoique médiocre, la Trémelle n’est pas classée dans la catégorie des toxiques. Réjane PAQUEREAU.

Limace léopard (Limax maximus) : Est une limace de grande taille, de 12-13 cm en moyenne, jusqu’à 20 cm en extension. De couleur grise ou brun pâle, le manteau moucheté de taches noires, avec deux ou trois bandes sombres parfois discontinues de chaque côté du corps. Une coloration tigrée qui la rend tout à fait reconnaissable. Sole blanchâtre et mucus incolore. C’est une espèce à activité nocturne, cachée le jour dans les endroits obscurs, sous des pierres, sous l’écorce de bois mort, dans les bacs de compostage. Omnivore, elle se nourrit surtout de débris végétaux, de feuilles mortes, de champignpns, de bois en décomposition, préférant même les cadavres d’autres congénères à la salade verte. Réjane PAQUEREAU.

Rainette méridionale (Hyla meridionalis) : A une ligne sombre de part et d’autre de l’oeil mais qui ne se prolonge pas sur les flancs, contrairement à la Rainette verte (Hyla arborea). Les Rainettes hibernent dans les trous du sol ou sous des racines d’arbres. Fin mars commence la saison des amours pendant laquelle les mâles chantent la nuit. Un coassement grave et sonore, "cra-a-ar", répété lentement, souvent en choeur. Les femelles pondent dans les eaux stagnantes peu profondes, ornières, fossés, mares, marais, par masses de 10-30 oeufs qui tombent au fond de l’eau ou restent accrochées dans la végétation aquatique. Arboricole, cette petite grenouille aux doigts munis de ventouses prend volontiers le soleil sur les feuilles ou les tiges des arbres et arbustes où elle passe inaperçue, sa couleur verte lui assurant un excellent camouflage. C’est une espèce à fortes affinités méditerranéennes qui se trouve dans notre région en limite Nord de son aire de répartition. Elle fait partie des amphibiens et reptiles protégés sur l’ensemble du territoire français, la dégradation des milieux de reproduction et l’utilisation des pesticides ayant entraîné leur raréfaction. Réjane PAQUEREAU.

Fritillaire pintade (Fritillaria meleagris) & Bourdon terrestre (Bombus terrestris) : Les premières chaleurs du printemps sont une période cruciale pour les bourdons puisqu’il leur faut rapidement reconstituer leurs forces avant de fonder une nouvelle colonie. La Fritillaire pintade est une fleur à la mesure du bourdon terrestre, l’un des plus gros bourdons de France. La reine mesure de 20 à 23 mm et les ouvrières de 11 à 17 mm. La Fritillaire pintade, de la famille des Liliacées, atteint une hauteur comprise entre 20 et 40 cm et est protégée dans de nombreuses régions. Fabrice CADILLON.

Pâquerette sauvage (Bellis sylvestris) : C’est une espèce vivace voisine de la Pâquerette commune (Bellis perennis) ; elle s’en différencie par ses feuilles en rosette plus allongées à limbe oblong - obovale, trinervé, par son involucre à folioles plus longues, par ses capitules plus grands et par ses ligules plus larges souvent teintées de pourpre en dessous. Source : COSTE H. (ABBE) - Flore descriptive et illustrée de la France de la Corse et contrées limitrophes. Cette pâquerette est présente essentiellement sur le pourtour méditerranéen ; dans notre région, notamment en Charente-Maritime et Charente, elle enrichit la liste déjà longue des espèces méditerranéennes affectionnant nos pelouses calcaires. Sa floraison a lieu en avril mai. Albert & Monique BRUN.

Cardamine à sept folioles (Cardamine heptaphylla) : Brassicaceae C’est une espèce vivace à rhizome écailleux. Sa tige de 30 à 60 cm, simple, glabre, porte des feuilles de cinq à neuf folioles, opposées, lancéolées et irrégulièrement dentées. Ses fleurs blanches, roses ou violacées, sont regroupées en grappes lâches ; elles donneront des siliques de 4 à 8 cm aplaties et dressées. Cette belle cardamine croît surtout en montagne dans les hêtraies, hêtraies-sapinières au-dessus de 700 m d’altitude. Elle se rencontre aussi dans les forêts de pentes, de ravins à tilleuls et érables, sur éboulis moussus et sur sols caillouteux calcaires en situation ombragée. En mars, le bois de pente qui l’accueille en région cognaçaise arbore les magnifiques tons de rose que dispense son abondante floraison. En Charente, cette montagnarde est protégée et inscrite sur la liste rouge de la flore menacée de notre région. Albert & Monique BRUN.

Populage des marais (Caltha palustris) : Cette Renonculacée est une plante vivace à tige charnue et ramifiée s’enracinant aux noeuds, glabre et basse : elle peut mesurer jusqu’à 60 cm de haut. Les feuilles radicales ont un limbe cordiforme et un long pétiole, alors que les feuilles culinaire sont sessiles et réniformes. les fleurs contiennent un grand nombre d’étamines. Elles sont de couleur jaune d’or très vif, au revers souvent verdâtre et apparaissent de mars à juin. Pousse le plus souvent dans les prairies humides à eau stagnante ou sur les rives des fossés et des étangs, où il peut former des peuplements caractéristiques. Espèce toxique de par sa concentration en alcaloïdes. Source : Les principaux végétaux aquatiques du Sud-Ouest de la France. Didier WOLF.

Pulmonaire officinale (Pulmonaria officinalis) : Aussi appelée Grande pulmonaire, Herbe aux poumons, Herbe au cœur, Coucou bleu, Sauge de Jérusalem, Herbe au lait de Notre-Dame. Cette Boraginacée est une plante vivace à souche épaisse, ou plutôt à tige souterraine, qui émet de nombreuses radicelles. Les tiges, de 15 à 30 cm, sont épaisses, dressées ou ascendantes, couvertes de poils rudes. Les feuilles, alternes, ovales, lancéolées, sont couvertes de taches blanches, d’où son nom de pulmonaire. Les fleurs, grandes, rouges, puis bleu violacé, groupées en grappes terminales, sont visibles d’avril à juillet. Le fruit, composé de quatre akènes, est entouré par un calice persistant. Est commune en Europe, dans les bois et les autres endroits humides. Une légende dit que la Vierge Marie, lors de sa fuite en Égypte, allaitant à la hâte Jésus, aurait perdu quelques gouttes de lait. Celles-ci seraient alors tombées sur une pulmonaire qui, en souvenir, en aurait gardé la marque au fil des siècles les feuilles tachetées de blanc. Didier WOLF.

Anémone couronnée (Anemone coronaria):Cette Renonculacée affectionne particulièrement les pelouses, les champs, les oliveraies et les vignes. Plante vivace à tubercule, atteint 20 à 30 centimètres de hauteur. Les feuilles caduques, basales et pétiolées sont très découpées et les fleurs hermaphrodites apparaissent de mars à mai. Parfois, peux refleurir à l’automne. Son inflorescence se résume en une fleur solitaire terminale à périanthe formé de 5 à 8 sépales de couleur variable (bleu, blanc, rouge, rose, violet) avec une tache de couleur différente à la base. La nuit referme ses pétales. Surnommée « fleur du vent » car ses graines plumeuses sont véhiculées sur de grandes distances par le souffle du vent. Dans la mythologie grecque, « Anémone » est une nymphe dont s’éprend « Zéphyr » dieu des vents. Par jalousie la femme de ce dernier, la transforma en fleur « Anemos » (vent). Inscrite sur la liste rouge des espèces menacées. Est protégée par l’arrêté du 20 janvier 1982, modifié par l’arrêté du 31 août 1995. En France, pousse à l’état sauvage en Provence, Languedoc, Charente maritime et Corse. Source : Regards croisés. Didier WOLF.

Tulipe de De l’Ecluse (Tulipa clusiana) : Appelée tulipe de Perse est une petite tulipe botanique appartenant à la famille des Liliacées. Affectionne les bordures de champs cultivés et les friches. Est présente Espagne, dans le Sud de la France et en Italie, de même qu’en Orient. Cette petite tulipe est rare et protégée. Tout dans cette tulipe est délicat et menu. Les feuilles sont étroites, les fines tiges florales sont hautes de 20 à 30 cm, et les boutons floraux rosés sont en cône très effilés. Chaque jour la fleur s’ouvre et se referme, passant du rouge au blanc. C’est pour cette raison que cette tulipe est aussi appelée tulipe radis. est classée par l’UICN(Fr) : En danger. Espèce encourrant un risque très élevé d’extinction dans la nature. Source : https://www.aujardin.info Didier WOLF.

Argus vert ou Thècle de la ronce (Callophrys rubi) : Ce petit argus appartenant à la famille des Lycaenidae, très caractéristique par sa couleur verte, est une espèce discrète fréquentant divers milieux comme les landes, les broussailles, les prairies bocagères et les pelouses calcaires. La chenille de cet argus se nourrit de toutes les fabacées, de ronces, de certaines bruyères, et aussi de cistes selon les régions. Sa période de vol est d’avril à juin en plaine et de juin à juillet en montagne, en une génération. En France, il est répandu et assez abondant. Source : Les papillons de jour de France, Belgique et Luxembourg et leurs chenilles Tristan Lafranchis. Albert & Monique BRUN.

Robert le Diable (Polygonia c-album) : La forme très découpée des ailes de ce papillon en fait l’un des papillons les plus faciles à identifier en Charente. Il vole de mars à septembre, en deux générations. La seconde génération hiverne et ressort dès le mois de mars suivant. Sa chenille se développe sur les orties (Urtica sp), houblons (Humulus sp) et ormes (Ulmus sp). Fabrice CADILLON.

Tircis (Pararge aegeria) : Papillon très commun et que l’on peut aisément observer de mars à octobre, presque toujours près d’un arbre. Le mâle est très territorial et n’hésite pas à lancer des assauts aériens sur d’autres mâles, voire sur d’autres espèces. Après l’affrontement victorieux, il regagne l’un des points avantageux convoités, tel qu’un rameau de feuillage ensoleillé (source : Papillons, Nature en poche, éd. Larousse). Fabrice CADILLON.

Azuré des Nerpruns (Celastrina argiolus) : Papillon de la famille des Lycaenidae, commun dans les jardins puisque ses chenilles se développent principalement sur des végétaux tels que le lierre, le houx et la ronce. Cet azuré se distingue par le fait qu’il vole souvent haut dans les arbres et qu’il préfère butiner le miellat (produit par les pucerons) sur les branches plutôt que le nectar des fleurs. Fabrice CADILLON.

Chardonneret élégant (Carduelis carduelis) : De la famille des Fringillidés : ce curieux chardonneret s’est présenté à la mangeoire la semaine passée même si celle-ci est presque vide en ce début de printemps. Cet élégant passereau au plumage presque blanc est atteint de leucisme, maladie proche de l’albinisme. Le leucisme est plus commun que l’albinisme ; il s’agit d’une modification variable de la carte de répartition génétique des pigments ayant pour conséquence un plumage plus clair ou avec des zones blanches (parfois entièrement blanches), mais sans les yeux rouges qui affectent les individus albinos. Source : Oiseaux leucistiques - albinos Aerien.ch. Ce chardonneret se comporte comme ses congénères à la mangeoire. Albert & Monique BRUN.

Cigogne blanche (Ciconia ciconia) : En Poitou-Charentes, elle ne fut pendant plus d’un siècle qu’un oiseau de passage lors de la migration. En 1962 un couple élève deux jeunes en Charente-maritime. C’est la première nidification réussie…. En 2015, 900 jeunes se sont envolés du littoral charentais. Source : Les oiseaux du Poitou-Charentes. Danièle RAINAUD.

Héron cendré (Ardea cinerea) : Est arboricole durant la période de reproduction. S’assemble en colonies, appelée héronnière, établie dans un boisement tranquille, souvent difficile d’accès (Magnac-sur-Touvre 35 nids). Situées à proximité de zones humides (marais, cours d’eau, étangs …) où il peut trouver de la nourriture. Ce peut être de l’eau douce, saumâtre ou salée, dormante ou courante, du moment quelle est peu profonde. Il chasse aussi dans les prairies amphibiens et micromammifères. Depuis quelques années, l’essentiel des proies capturées dans les marais charentais se compose d’Ecrevisses de Louisiane et de Poissons-chats, deux espèces exotiques envahissantes à fort impact environnemental. Considéré autrefois comme nuisible, est protégé depuis 1975. Source : Les oiseaux du Poitou-Charentes. Didier WOLF.

Héron pourpré (Ardea purpurea) : Plus petit que le Héron cendré, est strictement inféodé aux marais d’eau douce permanents régulièrement inondés et présentant de préférence de vastes roselières. Se reproduit au bord des lacs et des marécages avec des roselières étendues. En dehors de la saison nuptiale, il préfère les zones humides plus ouvertes bordées de végétation. Se nourrit dans les eaux douces peu profondes, attendant sans bouger qu’une proie passe, traquant lentement poissons et grenouilles, ou les transperçant avec son long bec pointu et puissant. Il reste dans les roselières plus que le Héron cendré. C’est un chasseur timide et solitaire, préférant la nuit et le petit matin pour chasser. Vole lentement avec le cou rétracté, et les longues pattes et doigts projetés vers l’arrière. Son vol est puissant et régulier, avec de lents battements d’ailes. Actuellement, la population communautaire est estimée de l’ordre de 2 855 couples nicheurs en 2007 et est en régression ces dernières années. Les causes en sont principalement la disparition et la modification des habitats dues à l’assèchement des zones humides et à l’utilisation des eaux, la chasse illégale, les biocides et les dérangements des colonies. Source : http://www.oiseaux.net/ Didier WOLF.


Portfolio

Oreille-de-Judas, 03_ 03_ 2017, Linars, Réjane PAQUEREAU Tremelle sp., 02_03_2017, Gimeux, Réjane PAQUEREAU Tremelle Limace léopard, 09_03_2017, Linars, Réjane PAQUEREAU Rainette méridionale, 16_03_2017,Mouthiers-sur-Boëme, Réjane PAQUEREAU Rainette méridionale, 16_03_2017,Mouthiers-sur-Boëme, Réjane PAQUEREAU Fritillaire pintade et bourdon terrestre, 13_03_2017, Péreuil, Fabrice (...) Pâquerette sauvage, 27_03_2017, Bourg-Charente, Albert & Monique (...) Pâquerette sauvage, 27_03_2017, Bourg-Charente, Albert & Monique (...) Pâquerette sauvage, 27_03_2017, Bourg-Charente, Albert & Monique (...) Cardamine à sept folioles, 27_03_2017, Bourg Charente, Albert & Monique (...) Cardamine à sept folioles, 27_03_2017, Bourg Charente, Albert & Monique (...) Populage des marais, 23_03_2017, Montbron, Vallée de La renaudie, Didier (...) Populage des marais, 23_03_2017, Montbron, Vallée de La renaudie, Didier (...) Pulmonaire officinale, 23_03_2017, Montbron, Vallée de La renaudie, Didier (...) Pulmonaire officinale, 23_03_2017, Montbron, Vallée de La renaudie, Didier (...) Anémone couronnée, 27_03_2017, Gironde, Didier WOLF Anémone couronnée, 27_03_2017, Gironde, Didier WOLF Tulipe de De l'Ecluse, 27_03_2017, Gironde, Didier WOLF Tulipe de DE l'Ecluse, 27_03_2017, Gironde, Didier WOLF Argus vert, Thécla de la ronce, 25_03_2017, Brie, Albert & Monique (...) Argus vert, Thécla de la ronce, 25_03_2017, Brie, Albert & Monique (...) Robert le Diable, 15_03_2017, Péreuil, Fabrice CADILLON Tircis, 10_03_2017, Péreuil, Fabrice CADILLON Azuré des Nerpruns, 26_03_2017, Péreuil, Fabrice CADILLON Chardonneret élégant leucique, Brie, Albert & Monique BRUN Chardonneret élégant leucique, Brie, Albert & Monique BRUN Cigogne blanche, 15_03_2017, Balzac, Gagne vin, Danièle RAINAUD Cigogne blanche, 15_03_2017, Balzac, Gagne vin, Danièle RAINAUD Héron cendré, 27_03_2017, Gironde, Didier WOLF Héron cendré, 27_03_2017, Gironde, Didier WOLF Héron cendré, 27_03_2017, Gironde, Didier WOLF Héron pourpré, 27_03_2017, Gironde, Didier WOLF Héron pourpré, 27_03_2017, Gironde, Didier WOLF Héron pourpré, 27_03_2017, Gironde, Didier WOLF Héron pourpré, 27_03_2017, Gironde, Didier WOLF
Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | Espace privé | visites : 810152

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Photos du mois   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License