Photos du mois de Janvier 2017

samedi 3 décembre 2016 par WOLF Didier (Bénévole)

Xylaire du bois (Xylaria hypoxylon) : Est un champignon "ascomycète" de la famille des Xylariacées. En forme de petits rameaux dressés se ramifiant comme des bois de cervidés, noirs poudrés de blanc, l’espèce se développe sur les souches ou les morceaux de bois mort, parmi la mousse. Seules les formes noires produisent des spores, les autres comme celles-ci étant seulement destinées à la multiplication végétative. Très commune dans les régions tempérées, la Xylaire du bois pousse pratiquement toute l’année, notamment en fin d’automne. Comestible mais très coriace ! Réjane PAQUEREAU.

Cordyceps militaire (Cordyceps militaris) : Est aussi un champignon ascomycète, de la famille des Clavicipitacées. Dressé, "au garde-à-vous comme un militaire", avec un pied lisse bien séparé de la partie supérieure fertile, de couleur orange vif. Ces champignons du genre Cordyceps ont un mode de développement un peu particulier. "Leur mycélium colonise l’insecte vivant (ici sans doute une chenille ou une chrysalide enterrée de Lépidoptère) puis le momifie. Il conserve son hôte vivant juste assez longtemps pour générer la biomasse nécéssaire à la production du champignon. Puis il le digère pour s’installer à la place des tissus tout en se gardant d’attaquer le revêtement (le tégument) qui le protègera. Les insectes ainsi momifiés abritent le sclérote du champignon et, au moment de la fructification, le stroma (pédicelle surmonté de la tête fertile) apparaît entre les mousses pour, à maturité, répandre ses spores…" champyves.fr. La cordycépine, une substance tirée des Cordyceps, serait dotée de toutes sortes de propriétés, y compris anticancéreuses. Un champignon fréquent sous les pins du littoral, là où abondent les chenilles processionnaires. mycocharentes. Réjane PAQUEREAU.

Doradille à rachis épais (Asplenium trichomanes subsp pachyrachis) : Cette fougère, appartenant à la famille des Aspléniacées, croît sur les roches calcaires abritées. Dans ses formes typiques, ses frondes épousent la forme de la roche, ce qui la différencie de la doradille des murailles très commune, aux frondes pendantes. En France, cette fougère est présente dans les Causses et les Alpes calcaires, dans le Jura et en Bourgogne. Elle est disséminée ailleurs. Albert & Monique BRUN.

Ajonc d’Europe (Ulex europaeus) : Est un arbuste buissonnant aux branches hérissées de fortes épines, capable de former des fourrés impénétrables mais aux fleurs d’un si beau jaune d’or ! Celles-ci sont axillaires, solitaires et très nombreuses sur les rameaux, exhalant en plein soleil un parfum de "noix de coco". La floraison devient abondante au printemps même si des fleurs éparses sont produites du milieu de l’hiver à l’été, voire toute l’année. Cette Fabacée, indicatrice de terrains sableux, est originaire d’Europe occidentale et bien présente en France, surtout dans l’Ouest et le Centre. Elle a été largement introduite pour former des haies dans toutes les régions tempérées du monde où elle s’est naturalisée, quitte à devenir invasive. Réjane PAQUEREAU.

Nid de frelon asiatique (Vespa velutina) : Construit en zone boisée et datant sans doute d’une ou deux saisons passées. Les enveloppes extérieures protectrices ont disparu, ce qui permet de voir l’étagement des galettes, ainsi que les alvéoles qui ont abrité les larves. Larves gavées de boulettes carnées nutritives (insectes divers… dont beaucoup d’abeilles) servies prémâchées par une ribambelle d’ouvrières. Un fléau supplémentaire pour nos hyménoptères ! Les cellules ouvertes sont vides, ce qui laisse supposer que les nymphes sont arrivées à leur terme. Une telle colonie peut produire 2 à 3 000 individus (ouvrières stériles puis insectes sexués mâles et femelles) qui sévissent le temps d’une saison et disparaissent avec les premiers froids. Seules les femelles fécondées (les futures reines) vont individuellement rechercher une cachette pour réapparaître au printemps et fonder une nouvelle colonie. L’espèce est classée depuis 2012 comme "danger sanitaire" au titre du code rural et "espèce exotique envahissante" au titre du code de l’environnemet, un statut qui incite les collectivités à la plus gande vigilance et à l’intervention. diverses sources. Réjane PAQUEREAU.

Mésange charbonnière (Parus major) : Cette mésange très commune, de la famille des Paridés, vit dans les forêts, les haies, les jardins, souvent près des habitations ; elle fréquente régulièrement les mangeoires en hiver avec les autres mésanges, les verdiers et chardonnerets, se nourrissant essentiellement de graines et de fruits. Au printemps et en été, elle recherche surtout chenilles et insectes destinés au nourrissage des jeunes. Elle utilise les cavités, les anfractuosités des arbres et des murs pour construire son nid mais peut se "loger" dans les boîtes aux lettres, les pots de fleurs, les ruches abandonnées et aussi les nichoirs artificiels. Source : Oiseaux.net. Albert & Monique BRUN.

Mésange charbonnière (Parus major) : Probablement la première espèce à venir fréquenter les mangeoires installées à la fin de l’automne. Peu craintives envers l’Homme, elles font souvent preuve de curiosité et parfois même d’imagination. Ainsi en Angleterre, du temps où les bouteilles de lait cru étaient livrées sur les pas de porte, certaines mésanges découpaient l’opercule de la bouteille afin de pouvoir se régaler de la crème située tout en haut des bouteilles ! Fabrice CADILLON.

Rougegorge familier (Erithacus rubecula) : Voici un oiseau capable d’entretenir beaucoup d’illusions à son sujet. Alors que son caractère familier et sa "bonne bouille" nous le font souvent qualifier de "trop mignon", c’est pourtant l’oiseau le plus combatif de nos jardins et il n’hésite pas à voler dans les plumes de congénères qui convoiteraient son territoire… ou sa parcelle de mangeoire ! Pour en savoir plus sur les illusions du rougegorge, voici un lien vers une "minute nature qui lui est consacrée" : https://www.youtube.com/watch?v=2Ti…. Fabrice CADILLON.

Accenteur mouchet (Prunella modularis) : Son plumage "façon camouflage" et son caractère discret le rendent difficile à observer. Surtout qu’il aime se déplacer dans des milieux buissonnants. Par chance, en hiver, ses refuges préférés se retrouvent quelque peu "déplumés" et il devient moins difficile à détecter. Pas facile pour autant car c’est oiseau assez mobile ! C’est toutefois une des espèces les plus retrouvées sous les mangeoires en hiver. Fabrice CADILLON.

Aigrette garzette (egretta garzetta) : L’HIVERNAGE DES AIGRETTES AU PONT DE MAGNAC. Au début du 20 ème siècle, les Aigrettes ont failli disparaître, persécutées notamment pour le commerce des plumes. En Poitou-Charente, il faut attendre 1970 pour voir les 1ers couples et l’année 1990 pour que soit notée leur observation annuelle. Au pont de Magnac, sur la Touvre, de 2001 à 2005 leur présence est occasionnelle (maximun 8 individus en janvier et février). L’effectif augmente à partir de janvier 2008 pour atteindre le nombre de 35 individus le 31 décembre 2016. Depuis l’année 2008, les Grandes Aigrettes (Ardea alba) sont observées régulièrement de novembre à fin mars. Source : Les oiseaux du Poitou-Charentes et le site "Faune Charente". Danièle RAINAUD.

Merle noir (turdus merula) : Vit dans divers milieux (zones boisées, cultures-parcs et jardins, zones urbaines….). Le mâle adulte est entièrement noir avec le bec et le cercle oculaire jaune orangés. La femelle est plus brune avec une gorge et une poitrine brun clair. Danièle RAINAUD.

Perdrix rouge (Alectoris rufa) : Ce Phasianidé vit d’habitude en bandes nommées compagnies formées de dix à quarante individus. Par temps froid, ce nombre peut atteindre la centaine. Elle recherche en priorité les zones basses, sèches et dégagées comme les landes, la garrigue ou certaines prairies. Ces différents types de milieux permettent tous à la perdrix de repérer aisément un danger et de s’enfuir si nécessaire. Dérangée, elle court se mettre à couvert plus qu’elle ne vole. Si elle est menacée par un rapace en vol, elle se contente de s’aplatir au sol et de demeurer immobile. Son plumage, par ses teintes et ses dessins, lui assure un excellent camouflage au cœur de la végétation basse. Se nourrit surtout de végétaux : graines semences, feuilles et racines. Elle quitte son dortoir chaque jour avant l’aube pour se rendre à un point d’eau. Elle passe ensuite la matinée à s’alimenter et se repose dans un endroit abrité durant les heures les plus chaudes du jour. Source : http://www.oiseaux.net/ Didier WOLF.

Pouillot véloce (Phylloscopus collybita) : Est un oiseau remuant et assez peu farouche. Il volette sans arrêt dans les branchages. Habite toute l’Europe, et migre dans le bassin méditerranéen ; son aire de dispersion couvre également l’Afrique du Nord-Ouest et l’Asie jusqu’à la Sibérie Septentrionale. Migre vers le sud à la fin du mois de septembre, exceptionnellement même au début du mois de novembre. C’est un oiseau très commun en dehors de la campagne cultivée. Se nourrit d’insectes et d’araignées ramassées dans les branchages et sur les feuilles. Il peut aussi se nourrir de fruits. Source : http://www.oiseaux.net/ Didier WOLF.

Lierre et givre Tous les photographes contributeurs de cette rubrique vous souhaitent une très bonne année naturaliste : Albert & Monique BRUN, Fabrice & Sabine CADILLON, Cédric FERRAN, Réjane PAQUEREAU, Danièle RAINAUD, Didier WOLF.

Lune : De temps à autre il faut bien s’évader en rêvant au firmament, lever "le nez" réserve quelques surprises. Didier WOLF.


Portfolio

Xylaire du bois, 16_12_2016, Segonzac, Réjane Pâquereau Cordyceps militaire, 27_12_2016, Segonzac, Réjane Pâquereau Doradille à rachis épais, 28_12_2016, Soyaux, Albert & Monique (...) Doradille à rachis épais, 28_12_2016, Soyaux, Albert & Monique (...) Ajonc d'Europe, 27_12_2016, Mainxe, Réjane Pâquereau Frelon asiatique, 27_12_2016, Mainxe, Réjane Pâquereau Mésange charbonnière, 13_12_2016, Brie, Albert & Monique BRUN Mésange charbonnière, 28 12 2016, Péreuil, Fabrice CADILLON Rougegorge familier, 28 12 2016, Péreuil, Fabrice CADILLON Accenteur mouchet, 30_12_2016, Péreuil, Fabrice CADILLON Aigrette garzette, 31_12_2016, Magnac sur Touvre, Danièle RAINAUD Aigrette garzette, 31_12_2016, Magnac sur Touvre, Danièle RAINAUD Aigrette garzette, 21_12_2016, Magnac sur Touvre, Didier WOLF Aigrette garzette, 21_12_2016, Magnac sur Touvre, Didier WOLF Aigrette garzette, 21_12_2016, Magnac sur Touvre, Didier WOLF Aigrette garzette, 21_12_2016, Magnac sur Touvre, Didier WOLF Aigrette garzette, 31_12_2016, Magnac sur Touvre, Didier WOLF Aigrette garzette, 31_12_2016, Magnac sur Touvre, Didier WOLF Grande aigrette, 18_12_2016, Magnac sur Touvre, Danièle RAINAUD Grande aigrette, 18_12_2016, Magnac sur Touvre, Danièle RAINAUD Grande aigrette, 18_12_2016, Magnac sur Touvre, Danièle RAINAUD Grande aigrette, 13_12_2016, Magnac sur Touvre, Didier WOLF Grande aigrette, 13_12_2016, Magnac sur Touvre, Didier WOLF Grande aigrette, 13_12_2016, Magnac sur Touvre, Didier WOLF Grande aigrette, 13_12_2016, Magnac sur Touvre, Didier WOLF Grande aigrette, 13_12_2016, Magnac sur Touvre, Didier WOLF Merle noir, 27_12_2016, Magnac sur Touvre, Danièle RAINAUD Merle noir, 29_12_2016, Magnac sur Touvre, Danièle RAINAUD Perdrix rouge, 21_12_2016, Champniers, Didier WOLF Perdrix rouge, 21_12_2016, Champniers, Didier WOLF Perdrix rouge, 21_12_2016, Champniers, Didier WOLF Pouillot véloce, 21_12_2016, Magnac sur Touvre, Didier WOLF Lierre givré, 01_01_2017, Les Frauds, Albert et Monique BRUN Lune, 10_12_2016, Anais Puyfrançais, Didier WOLF
Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | Espace privé | visites : 877736

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Photos du mois   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License