Photos du mois de Janvier 2018

jeudi 4 janvier 2018 par WOLF Didier (Bénévole)

Lépiste sordide (Lepista sordida) ou Petit pied-bleu : Gorgé d’eau, en troupe sur un tas de débris végétaux en bordure de bois, le champignon a retenu mon attention en passant. Lepista sordida variété aianthina, lilacea, umbonata… ma perplexité a grandi quand il s’est agi de l’identifier plus précisément. Une odeur envolée, à priori faible ou même agréable, un chapeau flexueux, gris-brun avec des reflets lilas, une chair fine vers la marge m’ont fait préférer Lepista sordida à Lepista nuda, le Pied-bleu, plus robuste, à lames bleu-lilas et à chair plus épaisse. A priori, "lorsqu’il n’a pas de teintes lilacines ou peu comme ici, on peut envisager la variété aianthina". mycocharentes.fr. C’est un comestible diversement apprécié, recherché par certains car l’espèce est tardive, visible d’octobre à décembre-janvier, supportant les 1ères gelées. Si Lepista vient du grec ancien signifiant "aiguière", on peut se demander si certains états du champignon n’y font pas penser, le chapeau retourné en forme de vase délicatement translucide. A moins que pour celui-ci il ne s’agisse d’une autre espèce, fort ressemblante, témoignage de l’extraordinaire diversité - et complexité - du monde des champignons. Réjane Pâquereau.

Fusain d’Europe (Euonymus europaeus) : Attire les regards à l’automne par ses fruits roses qui s’ouvrent sur 4 grosses graines orangées, des fruits qui rappellent par leur forme carrée et leur couleur rose-vif le traditionnel "Bonnet d’évêque", son surnom populaire. Bien que très toxiques voire mortelles, ses graines sont très appréciées des oiseaux - Rouge-gorge, Merle noir, Grives, ici une Fauvette à tête noire (femelle) - qui en assurent ainsi la dispersion à distance. Son feuillage, également toxique notamment pour les herbivores, s’en trouve ainsi protégé de la plupart des prédateurs. Seules les chenilles fileuses de certains petits papillons de nuit du genre Yponomeuta sont capables d’attaques spectaculaires, les arbustes concernés se retrouvant parfois complètement dépouillés de leurs feuilles et entoilés par les soies filées autour de leurs rameaux. L’espèce est commune dans les haies, en lisière, préférant les sols frais plutôt calcaires et riches en nitrates. Son bois jaune-clair, à grain fin, a servi autrefois à fabriquer les fuseaux que les femmes utilisaient pour tordre et enrouler le fil lorsqu’elles filaient la quenouille. Mais surtout, carbonisé en vase clos, "le fusain" devient un charbon de bois apprécié des dessinateurs et qui ne tache pas les doigts. Même si le fusain de saule est préféré actuellement (+ grande variété de diamètres), c’est tout de même prodigieux ce qu’un simple morceau de charbon peut donner quand on sait l’utiliser. Réjane Pâquereau.

Gui (Viscum album subsp. album) : "Toujours vert" en hiver, facilement repérable, ce Gui des feuillus forme de grosses boules vert-jaunâtre sur les branches des arbres-hôtes, principalement des peupliers et des pommiers, comme ici pour certains sujets âgés. Epiphyte, hémiparasite, la plante ne prélève que de la sève brute - eau et sels minéraux - car elle est capable de photosynthèse pour ses propres sucres et protéines. En principe, le Gui n’attaque pas les cellules de l’arbre parasité, il n’en décompose pas le bois mais en diminue la qualité ou la production fruitière. Toxiques à forte dose pour l’Homme, ses baies d’un blanc vitreux, à pulpe gluante, sont appréciées de certains oiseaux (Grives, Mésange bleue, Fauvette à tête noire, Sittelle..), à l’origine de la dispersion de ses graines à divers titres. Au Gui l’an neuf ! En Europe, le Gui, avec le houx, sert de décor pour les fêtes de Noël et du Nouvel An. Sa présence exeptionnelle sur les chênes explique l’importance que les Druides accordaient au Gui récolté sur les "Chênes à Gui", le 6ème jour de l’année celtique, avec une faucille d’or. Une plante alors sacrée aux multiples vertus médicinales et symboliques et qui pourrait contenir des substances intéressant la médecine et la biochimie. Réjane Pâquereau.

Blechnum en épi (Struthiopteris spicant) (L.) Weiss Syn. Blechnum spicant : Appartenant à la famille des Blechnacées, cette fougère à souche épaisse gazonnante présente des frondes stériles, au port étalé, lancéolées et persistantes, et des frondes fertiles, peu nombreuses, dressées au centre de la touffe à segments très étroits et écartés. Assez commune dans une grande partie de la France, mais rare par endroits, cette espèce recherche des sous-bois frais et ombragés, des bords de ruisseaux et des milieux tourbeux, toujours sur sol acide. En Charente, le Blechnum en épi est présent au nord-est, notamment en forêt de Brigueuil, dans quelques bois du Montbronnais, dans les landes du sud du département, et entre autres sur les bords de la Poussonne et du Palais. Albert & Monique BRUN. Novembre 2017

Roitelet à triple bandeau (Regulus ignicapilla) : Les roitelets sont les plus petits des oiseaux d’Europe. Aussi véloces que discrets, ils ne sont pas faciles à observer. Faibles bien qu’aigus, leurs chants et cris nécessitent une écoute attentive. S’il apprécie les conifères, il fréquente aisément les parcs et les jardins. Il se nourrit essentiellement de chenilles, araignées, pucerons…..Sources : Les oiseaux du Poitou-Charentes et les Passereaux d’Europe de Paul Géroudet. Danièle RAINAUD.

Rougegorge familier (Erithacus rubecula) : Insectivore, il cherche sa nourriture à terre notamment parmi les feuilles mortes en hiver. Friand de coléoptères, chenilles, lombrics, les baies font également partie de son alimentation (fruits de sureau, de lierre, mures….). Très territorial. Paul Géroudet le décrit ainsi : "Le Rouge gorge est l’intolérance, l’insociabilité même et défend sa solitude de la voix et du geste contre tout oiseau de son espèce". Danièle RAINAUD.

Gimpereau des jardins (Certhia brachydactyla):Oiseau sédentaire, très commun, c’est le seul grimpereau présent en Poitou-Charentes. Il niche dans les massifs forestiers d’altitude de l’est de la France. Très discret, il grimpe avec agilité le long des troncs d’arbres. S’il s’installe parfois dans le bâtit, il construit sont nid sous les écorces décollées, entre deux et cinq centimètre du sol. Sources : Les oiseaux du Poitou-Charentes et les Passereaux d’ Europe de Paul Géroudet. Danièle RAINAUD.

Foulque macroule (Fulica atra) : Espèce typique des plans d’eau bordés de grandes plantes aquatiques, s’adapte aux modifications. En hivernage les rassemblements peuvent réunir plusieurs centaines d’individus. La Touvre en est un lieu de prédilection l’hiver. Didier WOLF.

Héron gardeboeufs (Bubulcus ibis) : Contrairement aux autres hérons, le garde-bœufs n’est pas forcément lié au milieu aquatique. Même si l’eau et les zones humides continuent à jouer un rôle important dans son mode de vie, on peut aussi bien le retrouver dans les steppes et les prairies. Il peut même séjourner assez longtemps en terrain sec et à proximité des agglomérations. Il s’alimente essentiellement de crustacés, d’insectes et de petits poissons sans valeur commerciale. Est nicheur dans les marais charentais depuis 1984. En 2011 l’on en dénombrait une cinquantaine en Charente. Cependant les vagues de froid peuvent lui être fatales. Il avait totalement disparu du Poitou-Charentes après la vague de froid de 1985 pour ne réapparaître qu’en 1994. La région accueille 5% de la population nationale. Le fortes tempêtes du mois de décembre ont vu les effectifs augmenter dans les terres éloignées du littoral. Sources : http://www.oiseaux.net/ & Les Oiseaux du poitou-Charentes. Didier WOLF.

Bonne année naturaliste 2018 : Tous les photographes de "La photo du mois" vous présentent leurs meilleurs voeux 2018, pour une nature toujours préservée et émerveillante. Albert & Monique BRUN, Fabrice & Sabine CADILLON, Cédric FERRAN, Réjane PâQUREAU, Danièle RAINAUD, Didier WOLF.


Portfolio

Lépiste sordide, 2017_12_14, Angeac-Charente, Réjane Pâquereau Lépiste sordide, 2017_12_14, Angeac-Charente, Réjane Pâquereau Fusain D'Europe, 2017_12_12, Houlette, Réjane Pâquereau Fusain D'Europe et Fauvette à tête noire, 2017_11_08, Salignac sur (...) Fusain D'Europe, 2017_12_12, Houlette, Réjane Pâquereau Fusain D'Europe, 2017_12_09, Saint-Sulpice, Réjane Pâquereau Gui, 2017_12_27, Ars, Réjane Pâquereau Gui, 2017_12_27, Ars, Réjane Pâquereau Gui, 2017_12_27, Ars, Réjane Pâquereau Gui sur pommier, 2017_12_27, Cognac Réjane Pâquereau Blechnum spicant, 12_08_2013, Albert & Monique BRUN Blechnum en épi fronde fertile, 26_07_2014, Albert & Monique (...) Roitelet à triple bandeau, 19_11_2017, Danièle RAINAUD Roitelet à triple bandeau, 19_12_2017, Magnac-sur-Touvre, Didier (...) Rougegorge familier, 06_12_2017, Danièle RAINAUD Rougegorge familier, 06_12_2017, Danièle RAINAUD Rougegorge familier, 28_12_2017, Magnac-sur-Touvre, Didier WOLF Grimpereau des jardins, 12_12_2017, Danièle RAINAUD Foulque macroule, 28_12_2017, Magnac-sur-Touvre, Didier WOLF Héron gardeboeufs, 28_12_2017, Anais, Didier WOLF Gouttes Voeux 2018, Albert & Monique BRUN Aeschne affine, Voeux 2018, Didier WOLF Cerf élaphe, Voeux 2018, Didier WOLF Faucon pèlerin, Voeux 2018, Didier WOLF Magnac-sur-Touvre Voeux, Danièle RAINAUD
Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | Espace privé | visites : 811065

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Photos du mois   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License