Photos du mois de Mai 2016

mardi 3 mai 2016 par WOLF Didier (Bénévole)

Araignée coccinelle (Eresus kollari) : De la famille des Eresidae, cette araignée se rencontre dans les milieux secs et ensoleillés parfois dans les landes à bruyères. De petite taille, le mâle, à l’abdomen rouge à quatre points noirs, se remarque assez facilement. Il n’en est pas de même pour la femelle, pourtant plus grande (environ 16 mm), qui est noire unie avec seulement quelques soies rougeâtres à l’avant de la tête. L’araignée coccinelle vit dans un tube de soie caché dans le sol jusqu’à 10 cm de profondeur. Elle guette ses proies à l’entrée de son tube et capture des insectes mais aussi de gros coléoptères. Sources : M. Baehr, M. Bellmann "Quelle est cette araignée" Editions VIGOT. Albert & Monique BRUN

Aurore (Anthocharis cardamines) : De la famille des Pieridae et oeuf sur cardamine. C’est un papillon assez petit d’une envergure de de 35mm à 45 mm. Se caractérise par les tâches orangées qui occupent la moitié de l’aile antérieure chez le mâle. La femelle ne possède pas cette coloration. Chez les deux sexes le revers des ailes est blanc taché de verdâtre.Fréquente dès le début mars les zones boisées, les friches, les lisières de forêts mais surtout les prairies humides où poussent la cardamine des prés, sa plante-hôte. La chenille se nourrit des fleurs, des fruits, puis des feuilles de cette crucifère. Ce papillon annonciateur du printemps est une espèce commune en France. Sources : Bellmann, 2008. Quel est donc ce papillon ? Editions Nathan. Albert & Monique BRUN

Lézard vert (Lacerta bilineata) : Pouvant atteindre 40 cm, c’est le plus grand de nos lézards après le lézard ocellé. Si le mâle présente une coloration uniformément verte (sauf au moment de la reproduction où sa gorge devient bleu-turquoise), la femelle est plus contrastée et peut-être lignée de blanc ou de noir. En France, il est présent partout au sud de la Loire. Plus au nord, sa répartition est morcelée. On ne le rencontre pas en Lorraine, mais il est présent en Bretagne et gagne du terrain en Normandie. Une petite population est également présente en Alsace. Il fréquente les lisières chaudes, les friches, les arrières-dunes et au jardin il peut se dissimuler sous des pierres, dans des branchages ou dans le compost. Il consomme des coléoptères, des araignées, des sauterelles et des papillons mais aussi des fruits tombés au sol. Est protégé sur le territoire national, inscrit à l’annexe IV de la Directive " habitats " et à l’annexe II de la Convention de Berne. Albert & Monique BRUN

Méloé violet ou violacé (Meloe violaceus) : Un gros coléoptère aptère (incapable de voler), de la famille des Meloidae, parasite d’hyménoptères. Tête et pronotum à pontuation fine et éparse, corselet échancré à l’arrière, difficile à distinguer de Meloe proscarabaeus. Les articles intermédiaires des antennes sont renflés chez le mâle, l’abdomen hypertrophié chez la femelle. Sans défenses apparentes, lorsqu’il se sent menacé, l’insecte émet aux articulations un liquide jaunâtre et toxique - riche en cantharidide - destiné à repousser les prédateurs. D’où son nom d’"Enfle-boeuf" attribué par les anciens et qui viendrait du fait que les bovins qui en ingéraient un par mégarde étaient pris de gonflements parfois mortels ! En avril-mai, les femelles creusent des trous pour y pondre leurs oeufs, plusieurs milliers à quelques jours d’intervalle. Les larves de 1er stade appelées "triongulins" sortent en masse de terre, grimpent sur les fleurs alentour (ex. les pissenlits) et là attendent leur hôte, une abeille d’une espèce solitaire. Arrivées dans une cellule, elles dévorent l’oeuf dont elles prennent la place puis muent et se nourrissent du miel de la cellule usurpée. Le miel épuisé, nouvelle mue, nymphose (repos hivernal) puis imago au printemps suivant. Un parcours difficile (6 stades de développement) pour une espèce présente dans nos régions. Photos prises en sous-bois clair, d’abord un mâle aux antennes coudées, puis une femelle qui traverse rapidement le sentier puis une autre femelle dévorant une fleur de ficaire. Réjane PAQUEREAU

Bruant zizi (Emberiza cirrus) : Oiseau localement commun dans les zones agricoles avec des arbres et des grandes haies, fréquente également les boisements épars, les lisières des forêts et les clairières, les vergers, les vignobles et les grands jardins.Est sédentaire dans la plus grande partie de la France. "Sur les cinq espèces de bruants nicheurs en Poitou Charentes, seul le Bruant zizi est largement réparti et abondant et paraît se maintenir". Source : Les oiseaux du Poitou- Charente. Danièle RAINAUD

Tarier des prés (Saxicola rubetra) : Est l’hôte caractéristique des prairies exploitées de manière peu intensive, des marais exondés et des pâturages. Historiquement représenté en Poitou-Charentes il semble avoir disparu en tant que nicheur. Figure parmi les migrateurs observés mi mars dans la région. Source : Les oiseaux du Poitou-Charente. Danièle RAINAUD

Chrysomèle : Insecte appartenant à la famille des Chrysomelidae (il s’agit ici probablement de Chrysomela bankii). Ce coléoptère se distingue par son alimentation oligophage : se nourrit exclusivement d’une seule famille de plante, voire d’un seul genre ! Sédentaire, est particulièrement vulnérable à la prédation. Ses couleurs brillantes signalent sa toxicité. Entre autres moyens de défense, est capable de réaliser une saignée réflexe (ou auto-hémorragie) afin d’envoyer son fluide vital toxique vers un éventuel prédateur (source : Wikipedia). Fabrice CADILLON

Polypore luisant (Ganoderma lucidum) : De la familles des Ganodermatacées ce champignon est peu courant dans le nord car ayant des tendances thermophiles. Il se développe généralement isolément mais parfois en petites troupes de 2 ou 3 individus, sur des débris ligneux, des racines enterrées ou non, au pied des souches mais aussi des arbres vivants dans les bois de feuillus et parfois dans les vergers, plus rarement sous les conifères. De consistance coriace voire dure, il est considéré comme non comestible. Cultivé dans certains pays asiatiques, il y fait l’objet d’une commercialisation pseudo-médicale aux vertus douteuses. Didier WOLF

Fritillaire pintade (Fritillaria meleagris) : la saison de floraison touche à sa fin, quelques individus préservés sont encore en fleur pour le plus grand bonheur des pollinisateurs. Didier WOLF

Chevreuil (Capreolus capreolus) : Les champs reverdissent et devient appétissants, la disette se terminent et les incitent à sortir plus à découvert pour se régaler des poussent tendres et riches en nutriments. Didier WOLF

Orchidées indigènes de Charente : Les quelques journées chaudes du mois d’avril ont permis le démarrage de la floraison de nos chères orchidées sur les coteaux calcaires. Les Ophrys précoces se sont épanouies : Ophrys petite araignée (Ophrys araneola), Ophrys araignée (Ophrys aranifera), Ophrys des Lupercales (Ophrys lupercalis) avec l’hybride Ophrys pourteiniae (O.araneola x O.lupercalis), Ophrys jaune (Ophrys lutea). Didier WOLF

Empuse pennée (Empusa pennata) : Le diablotin, appelé le diable des prairies, a l’allure frêle du phasme, les armes d’une mante religieuse et une tête de monstre de science-fiction. Si la chance est avec nous, on le trouve dans les endroits secs et ensoleillés comme les garrigues en toute saison. C’est à la fin de l’été que naissent les empuses pennées, en sortant d’un petit cocon appelé oothèque en compagnie d’une douzaine de frères et soeurs. Dès sa naissance, l’insecte à l’allure de l’adulte à quelques détails près : sa petite taille, son abdomen courbé et l’absence d’ailes. À ce stade, on l’appelle diablotin et il le restera jusqu’à la fin de l’hiver. Autre surprise, son appétit hivernal. Son allure terrifiante, lorsqu’il est ainsi posté, fait croire à un redoutable et insatiable prédateur. En réalité, notre l’insecte peut rester des semaines sans manger et une petite mouche suffit à le rassasier. C’est presque sans manger que notre équilibriste arrive à passer l’épreuve de l’hiver, à l’abri les jours de grand froid et au soleil dès que les températures le permettent. À la sortie de l’hiver, lorsque la nourriture redevient abondante avec de nombreux insectes, les diablotins chassent beaucoup plus et vont rapidement grandir jusqu’à devenir adulte, ce sont alors des empuses. Les mâles se reconnaissent à leurs deux antennes qui ressemblent à des peignes alors que les femelles ont de simples filets. Source : http://animateur-nature.com/ . Didier WOLF

Lézard des murailles (Podarcis muralis) : Est répandu dans la plus grande partie de son aire de répartition, mais est localisé sur des sites à la fois abrités et ensoleillés. Généralement bon grimpeur, il est souvent observé dans les contextes rocheux. En général, cette espèce est très active, alerte et généralement plus aventureuse et opportuniste que les autres lézards. C’est le lézard le plus fréquent près des habitations. Le territoire d’un individu est situé dans un endroit pierreux bien ensoleillé lui fournissant des ressources alimentaires en quantité suffisante, avec la présence d’une couverture végétale suffisante pour héberger de nombreuses proies et des abris utilisés en cas de danger ou en cas de trop forte chaleur pendant la journée. Principalement des fissures et des cavités entre des pierres, mais aussi des trous de micromammifères ou des fentes dans le sol servant comme abris pour la nuit, les périodes de mauvais temps, d’hivernage et de sites de ponte adéquats. Se nourrit d’insectes (mouches, chenilles et papillons, orthoptères), d’araignées, de vers de terre, de criquets, de grillons, de teignes… L’ eau indispensable provient non seulement de la rosée, mais aussi de certaines feuilles ou fruits charnus. Statut : Amphibien et Reptile protégé (Article 1), Convention de Berne (Annexe 2), Directive Habitats Faune Flore (Annexe 4). Source : http://www.conservation-nature.fr/ . Didier WOLF

Herbe-à-Robert (Geranium robertianum) : Appelé également géranium Robert, herbe rouge et aiguille Notre-Dame, fourchette du diable, bec de grue, épingles de la vierge, cerfeuil puant, bec de cigogne, géranion, pied de pigeon, pied de colombe, cerfeuil sauvage, herbe a l’esquinancie. Est une plante médicinale qui possède des qualités astringentes et antispasmodiques. Est le traitement thérapeutique des diarrhées et des hémorragies utérines. Il est préconisé en gargarisme contre l’angine, en lavage oculaires, et pour cicatriser les blessures. Didier WOLF

Pic noir (Dryocopus martius) : Après la période de tambourinage du début d’année, ils se sont établis dans l’arbre historique qu’ils occupent depuis des générations. Le couple est en pleine couvaison, le mâle assure cette mission et de temps à autre est relayé par la femelle pour qu’il puisse aller s’alimenter. Le mois de mai verra l’éclosion, et les jeunes, en général deux (mâle et femelle), pointeront le bec à l’ouverture de la loge pour admirer l’espace forestier, lorsqu’ils auront suffisamment grandi. Didier WOLF


Portfolio

Araignée coccinelle, 03_04_2016, Albert & Monique BRUN Araignée coccinelle, 03_04_2016, Albert & Monique BRUN Aurore_oeuf sur cardamine, 16_04_2015, Brillac, Albert & Monique (...) Lézard vert, 25_04_2016 ? Maumont, Albert & Monique BRUN Méloé mâle, 06_04_2016, Gondeville, Bois des Marceaux, Réjane PAQUEREAU Méloé femelle, 06_04_2016, Gondeville, Bois des Marceaux, Réjane (...) Méloé femelle, 06_04_2016, Gondeville, Bois des Marceaux, Réjane (...) Bruant zizi mâle, 24_04_2016, Danièle RAINAUD Tarier des prés, 17_04_2016, Vallée de Bandiat, Danièle RAINAUD Chrysomèle, 21_04_2016, Péreuil, Fabrice CADILLON Polypore luisant, 19_04_2016, Saint-Ciers-sur-Bonnieure, Didier (...) Fritillaire pintade,19_04_2016, Didier WOLF Fritillaire pintade,19_04_2016, Didier WOLF Chevreuil, 17_04_2016, Anais, Puyfrançais, Didier WOLF Chevreuil, 17_04_2016, Anais, Puyfrançais, Didier WOLF Chevreuil, 17_04_2016, Anais, Puyfrançais, Didier WOLF Ophrys petite araignée, 26_03_2016, Maumont, Didier WOLF Ophrys petite araignée, 03_04_2016, Maumont, Didier WOLF Ophrys petite araignée, 03_04_2016, Maumont, Didier WOLF Ophrys araignée, 03_04_2016, Rouhénac, Didier WOLF Ophrys araignée, 03_04_2016, Rouhénac, Didier WOLF Ophrys des Lupercales, 03_04_2016, Montmoreau Saint-Cybard, Didier (...) Ophrys des Lupercales, 03_04_2016, Montmoreau Saint-Cybard, Didier (...) Ophrys pourteiniae, 26_03_2016, Montmoreau Saint-Cybard, Didier (...) Ophrys pourteiniae, 26_03_2016, Montmoreau Saint-Cybard, Didier (...) Ophrys pourteiniae, 26_03_2016, Montmoreau Saint-Cybard, Didier (...) Ophrys jaune, 03_04_2016, Maumont, Didier WOLF Diablotin, 26_03_2016, Montmoreau Saint-Cybard, Didier WOLF Diablotin, 26_03_2016, Montmoreau Saint-Cybard, Didier WOLF Lézard des murailles, 26_03_2016, Montmoreau Saint-Cybard, Didier (...) Herbe-à-Robert, 19_04_2016, ANAIS, Puyfrançais, Didier WOLF Pic noir, 19_04_2016, Forêt de La Braconne, Didier WOLF Pic noir, 19_04_2016, Forêt de La Braconne, Didier WOLF Pic noir, 19_04_2016, Forêt de La Braconne, Didier WOLF Lézard vert, 25_04_2016 ? Maumont, Albert & Monique BRUN
Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | Espace privé | visites : 827505

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Photos du mois   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License