Photos du mois de Novembre 2017

samedi 4 novembre 2017 par WOLF Didier (Bénévole)

Molène Bouillon-blanc (Verbascum thapsus) : Une bisannuelle bien connue pour sa large rosette de feuilles duveteuses la 1ère année puis sa tige haute et robuste l’année suivante, terminée par un épi dense de fleurs jaunes riches en nectar. Celles-ci ne s’ouvrent que la durée d’une seule journée, quelques unes à la fois, et s’auto-pollinisent si elles n’ont pas été fécondées par des insectes (Halictides, Syrphes). Une Guêpe poliste (Polistes sp.) l’inspecte minutieusement, à la recherche de nourriture : larves, chenilles, petits insectes… Cette Scophulariacée est une des plus anciennes plantes médicinales déjà recommandée dans l’Antiquité contre les maladies pulmonaires (Pline l’Ancien, Dioscoride) ou pour conjurer les malédictions et les mauvais esprits. Elle devient Cierge de Notre-Dame lorsque sa hampe enduite de poix sert de torche. Elle est aujourd’hui largement disponible dans les herboristeries. Cependant sa réputation de mauvaise herbe la confine aux bords de route, talus et décombres d’autant plus que ses graines minuscules, si elles conservent longtemps leur pouvoir germinatif, ne prospèrent que si elles sont exposées à la lumière, dans un sol nu, libéré en surface, après un incendie par exemple ou comme ici suite à remblais sur l’esplanade d’un silo. Réjane Pâquereau.

Limoselle aquatique (Limosella aquatica L.) : Cette très petite espèce, dépourvue de tiges dont les feuilles et les pédicelles floraux partent de la base, pousse sur les vases des lacs et étangs. En automne, cette Scrophulariacée forme des gazons sur les grèves des lacs Mas-Chaban et Lavaud. Elle est liée strictement à l’exondation saisonnière de son habitat. Albert & Monique BRUN.

Néflier (Crataegus germanica (L.) Kuntze) : Est un arbuste de la famille des Rosacées, ne dépassant guère les 3 m de hauteur et poussant très lentement. Ses fleurs blanches à 5 pétales de 3 cm s’épanouissent de mai à juin. Ses fruits appelés nèfles restent sur l’arbre jusqu’en hiver. C’est après les premières gelées que les nèfles, alors devenues blettes, peuvent être consommées. Il pousse dans les chênaies-hêtraies à tendance acidophile et apprécie les sols frais, drainés, riches, en plein soleil ou à mi-ombre. On le trouve principalement dans les régions du nord-est de la France, de l’Alsace, en Belgique, en Angleterre et en Allemagne, d’où il tient son nom botanique. C’est un arbuste rustique qui peut résister jusqu’à -20°C. Il est surtout utilisé pour fabriquer des manches d’outils, ainsi que le célèbre bâton de marche basque, le Makila. Poussant souvent en bordure des chemins forestiers, il souffre du passage des engins de débardage et des élagages drastiques dont font l’objet les lisières. Albert & Monique BRUN.

Vesse de loup hérissée (Lycoperdon echinatum Pers. 1797) : Ce champignon, appartenant à la famille des Lycoperdacées, se rencontre d’octobre à novembre dans les bois de feuillus (chênes, hêtres, châtaigniers, etc…), plus rarement sous conifères. Son chapeau hémisphérique de 3 à 5 cm, est recouvert de petites épines plus ou moins longues le plus souvent regroupées par 3 ou 4 en leur sommet, de couleur crème à beige ou ocre clair devenant roussâtre en vieillissant. Il ne possède pas de lamelles. La chair est d’abord blanche puis brun jaunâtre, devenant plus foncée avec la maturité et les spores sont brunes. Il est considéré comme non comestible. La vesse de loup en forme de poire et la vesse de loup perlée sont aussi très communes. Albert & Monique BRUN.

Les Bourdons (Bombus sp.) : Butinent toutes les fleurs disponibles avec une préférence pour les bleues, ici la Succise des prés. Ce sont d’importants pollinisateurs qui, comme les abeilles, se nourrissent de nectar et récoltent le pollen pour leurs larves. Les mâles ne piquent pas, seules les femelles possèdent un dard qui sert à la fois d’organe de défense et de ponte pour la reine. Le Bourdon terrestre (Bombus terrestris) appartient au sous-genre Bombus sensu stricto qui rassemble des espèces parfois difficiles à distinguer visuellement. C’est le plus répandu en Europe. Il ne craint pas le froid, butine tôt le matin, tard en soirée, de mars-avril à octobre, presque par tous les temps. Ces bourdons forment des colonies annuelles qui peuvent abriter plusieurs centaines d’individus. Seules les jeunes femelles fécondées passeront l’hiver. Au printemps suivant, elles chercheront un emplacement favorable pour y faire leur nid, généralement au sol, dans un ancien terrier de petit rongeur. Des colonies de Bourdons terrestres sont utilisées pour polliniser les cultures sous serres (tomates, aubergines, fraises,…). En faisant vibrer leur abdomen contre les fleurs, ils libèrent le pollen, un "travail" qui en plein air est réalisé par le vent. Des pollinisateurs hélas menacés eux aussi par "le réchauffement climatique, les maladies et les pesticides". Réjane Pâquereau.

Un nid de Guêpes polistes (Polistes sp.) : Constitué d’un seul rayon, il est fixé à son support par un pédoncule plus ou moins central. Orienté vers le bas, sans protection, celui-ci se compose d’un nombre important de cellules, pratiquement toutes vides en cette fin d’octobre. Trois femelles sont encore présentes sur ses marges et même si ces guêpes aux longues pattes ne sont pas agressives, il est recommandé de s’approcher doucement de leur nid à qui veut les observer. La détermination des Polistes est complexe. L’espèce Polistes dominula correspond actuellement au vrai "Poliste gaulois", le plus commun du genre. Joues jaunes, dessus des antennes noir jusqu’au 3e article puis jaune orangé, clypéus jaune avec ou sans point noir et dernier sternite jaune : si tout est conforme, alors il s’agit bien de notre Poliste gaulois ! Réjane Pâquereau.

Aeschne bleue (Aeshna cyanea) : Pendant la période de reproduction la femelle revient seule sur le site de ponte. Elle insère ses oeufs un à un à l’aide de son ovopositeur dans un support mou, qu’il s’agisse de terre nue, de mousse ou de bois mort. Erratique, elle recherche activement des points d’eau favorables, parfois très éloignés de son lieu de naissance. Source : Libellules du Poitou-Charentes, Poitou-Charentes Nature. Didier WOLF.

Leste vert (Lestes viridis) : Cette espèce occupe surtout les eaux stagnantes : mares, étangs, gravières, lacs et fossés. La présence sur les berges d’arbres et d’arbustes aux branches surplombant l’eau est indispensable. Cette végétation sert de support de ponte. La larve vit au milieu des débris végétaux, parfois dans la végétation aquatique, près des berges de rivière et de ruisseau. Source : Libellules du Poitou-Charentes, Poitou-Charentes Nature. Didier WOLF.

Ephippigère des vignes (Ephippiger diurnus diurnus) : Ressemble à une grosse sauterelle verte, avec de longues antennes, de longues pattes et des ailes atrophiées qui ne lui permettent pas de voler mais qui frottées l’une contre l’autre servent à la stridulation. Le thorax est recouvert par une sorte de selle (Ephippiger = qui porte une selle) et l’arrière de la tête est noir, ce qui la distingue de l’Ephippigère carénée (Uromenus rugosicollis). En photo une femelle repérable à son long organe de ponte, l’oviscapte ou tarière, en forme de sabre légèrement recourbé vers le haut… et ici en situation de ponte. Je n’avais jamais vu d’Ephippigère en train de pondre… L’insecte est discret, vert sur le vert des buissons, se déplaçant lentement. Son cri, sorte de "tsii-zi" ou "tsi- chipp" l’a fait surnommer Jeudi ou Tizi dans le Sud-Ouest ou en Bourgogne. Ses lieux de prédilection : des milieux chauds et secs, les vignobles (?), les landes et plus généralement les friches à buissons, se nourrissant de végétaux, feuilles de ronces, de pissenlit ainsi que de petits insectes. Cet orthoptère à caractère méridional est lui aussi menacé par les pesticides et la raréfaction des milieux qu’il fréquente. Réjane Pâquereau.

Bergeronnette des ruisseaux (Motacilla flava) : "sur les cailloux,une bergeronnette fuselée aussi légère qu’une ballerine sur ses pointes, trottine en balançant sa longue queue.Inlassable, elle picore de-ci de-là, saute d’une pierre à l’autre et ne craint pas de se mouiller les pieds en mirant dans l’eau son ventre jaune souffre." Paul GÉROUDET : Les Passereaux d’Europe - Edition Delachaux et Niestlé. Danièle RAINAUD.

Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes) : "Qu’il est amusant de l’observer ! Fureteur infatigable, le troglodyte explore tous les recoins, les crevasses, les trous. Il grimpe au bas du tronc en inspectant les fissures de l’écorce." Paul GÉROUDET : Les Passereaux d’ Europe - Edition Delachaux et Niestlé. Danièle RAINAUD.

Pipit spioncelle (Anthus spinoletta) : Présent que l’hiver en Poitou-Charentes, il se reproduit dans les prairies alpines. On l’observe autour des étangs, dans les marais ou les prairies inondées. Source : Les oiseaux du Poitou-Charentes. Danièle RAINAUD.

Grande Aigrette (Egretta alba) : Présente en hiver en Charente, elle se nourrit d’insectes et de vertébrés aquatiques ou terrestres. Elle marche lentement en agitant l’eau avec une patte afin de faire sortir ses proies. Source : Oiseaux Bird. Danièle RAINAUD.

Étourneau sansonnet (Sturnus vulgaris) : Oiseau au plumage noir brillant, avec des reflets verts ou violacés suivant les endroits. Il est très vocal toute l’année. Ceci est à mettre en relation avec son tempérament très grégaire, les individus d’un groupe gardant ainsi un contact permanent. Le répertoire est très vaste et presque intraduisible. Les cris différents sont nombreux, le plus classique étant un "tchrrrriiiiii" prolongé. Très terrestre quand il se nourrit, il recherche activement ses proies d’invertébrées au sol d’un pas rapide, fouillant la surface du bec. Est souvent proche de l’Homme. En inter-saison, il peut devenir une réelle nuisance à cause du bruit et des fientes sur les lieux de repos urbains. So vol est énergique, rapide et direct. Mais le plus spectaculaire, ce sont les vols groupés, en particulier les évolutions qui précèdent la descente au dortoir. Les groupes, qui peuvent comprendre plusieurs milliers d’oiseaux, évoluant dans le ciel en formant des nuages denses qui se déforment, louvoient, changent instantanément de direction, en arabesques fascinantes à voir. Grégaire, il passe la nuit en dortoirs inter-nuptiaux populeux, soit dans des ligneux (parcs urbains par exemple), soit fréquemment en phragmitaie en bordure de plans d’eau. Source : http://www.oiseaux.net/ Didier WOLF.

Grive musicienne (Turdus philomelos) : Est une espèce commune. Cependant, c’est un oiseau discret et furtif, très craintif la plupart du temps. Son observation rapprochée n’est pas facile car elle fuit à la moindre alerte. En migration et en hivernage, elle fréquente des milieux plus ouverts riches en petits fruits et en invertébrés, milieux agricoles avec haies, jardins et vergers, marais, bords de rivières et de plans d’eau, vignobles. Elle recherche sa nourriture au sol où elle progresse par petits bonds. Elle s’est fait une spécialité des petits escargots comme les Escargots des haies qu’elle extrait de leur coquille d’une manière qui lui est propre. Tenant le mollusque du bec, elle le frappe violemment contre une pierre ou un autre substrat solide formant enclume jusqu’à ce qu’il soit débarrassé de sa coquille, puis le consomme. Source : http://www.oiseaux.net/ Didier WOLF.


Portfolio

Molène Bouillon-blanc, 01_11_2017, Salignac sur Charente, Réjane (...) Molène Bouillon-blanc, 19_10_2017, Soubérac, Réjane Pâquereau Molène Bouillon-blanc, 25_10_2017, Barret, Réjane Pâquereau Limoselle aquatique, 31_10_2017, Lavaud, Albert & Monique (...) Néflier, 01_11_2011, La Braconne, Albert & Monique BRUN Néflier, 22_10_2017, La Braconne, Albert & Monique BRUN Vesse de loup hérissée, 29_10_2011_La Braconne, Albert & Monique (...) Vesse de loup hérissée, 29_10_2011_La Braconne, Albert & Monique (...) Bourdon terrestre, 23_10_2017, Bréville, Réjane Pâquereau Guêpes polistes, 25_10_2017, Barret, Réjane Pâquereau Aeschne bleue, 15_10_2017, Jauldes, Didier WOLF Aeschne bleue, 15_10_2017, Jauldes, Didier WOLF Aeschne bleue, 15_10_2017, Jauldes, Didier WOLF Aeschne bleue, 15_10_2017, Jauldes, Didier WOLF Leste vert, 18_10_2017, Jauldes, Didier WOLF Leste vert, 18_10_2017, Jauldes, Didier WOLF Leste vert, 18_10_2017, Jauldes, Didier WOLF Ephippigère des vignes, 09_10_2017, Fouquebrune, Réjane Pâquereau Ephippigère des vignes, 09_10_2017, Fouquebrune, Réjane Pâquereau Bergeronnette des ruisseaux, Danièle RAINAUD Bergeronnette des ruisseaux, Danièle RAINAUD Troglodyte mignon, 02_11_2017, Magnac-sur-Touvre, Danièle RAINAUD Pipit spioncelle, Danièle RAINAUD Grande Aigrette, Danièle RAINAUD Etourneau sansonnet, 21_10_2017, Le Breuil d'Anais, Didier (...) Etourneau sansonnet, 21_10_2017, Le Breuil d'Anais, Didier (...) Grive musicienne, 27_10_2017, Le Breuil d'Anais, Didier (...) Grive musicienne, 27_10_2017, Le Breuil d'Anais, Didier (...) Guêpes polistes, 25_10_2017, Barret, Réjane Pâquereau
Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | Espace privé | visites : 773117

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Photos du mois   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License