Photos du mois de Septembre 2021

lundi 6 septembre 2021 par WOLF Didier (Bénévole)

Bruyère à quatre angles (Erica tetralix) L. : appelée aussi bruyère des marais, ce sous-arbrisseau de 20 à 30 cm en moyenne possède des tiges ligneuses pubescentes et des feuilles linéaires de 3 à 5 mm verticillées par 4 (le plus souvent) bordées de minuscules poils. L’inflorescence est composée de 10-12 fleurs roses en clochette regroupées à l’extrémité de la tige. La floraison s’étale de mai à septembre. C’est l’espèce la plus caractéristique de la lande humide tourbeuse, un habitat aujourd’hui en déclin. Cette bruyère affectionne aussi les landes mésohygrophiles, les tourbières bombées, et plus généralement les sols tourbeux acides. Cette espèce est fortement menacée par le boisement, les drainages et les enrésinements. Albert & Monique BRUN. Montrollet 18 08 2021

La Succise des prés (Succisa pratensis) Moench. : la Succise des prés (du latin "succidere" = raccourcir) doit son nom au fait que ses courtes racines semblent avoir été coupées, ce qui lui vaut également le nom de "Mors du Diable" (= morsure du Diable) car ce dernier se serait vengé des vertus prêtées à la plante en mordant ses racines.( Ancienne croyance répandue dans presque toute l’Europe, d’après la Flore de Paul Fournier). Cette plante vivace, poilue est d’aspect très variable, à souche courte et sans stolons. Elle porte des feuilles toutes entières ou dentées, les inférieures ovales ou oblongues, les supérieures lancéolées ; ses fleurs bleu-violet, rarement roses ou blanches, s’épanouissent de juillet à octobre. Cette plante à floraison estivale, appartenant à la famille des Caprifoliacées croît dans des prairies humides, en lisières ou en sous-bois clairs. Elle représente la plante-hôte du Damier de la succise, un papillon de jour qui bénéficie d’une protection nationale et figure à l’Annexe II (espèce strictement protégée) de la Convention de Berne relative à la conservation de la vie sauvage et des milieux naturels en Europe (19 sept. 1979). Les prairies à succises, bénéficiant d’une fauche tardive à hauteur de coupe épargnant la base des plantes, représentent les rares habitats « conservatoires » de ce papillon très menacé par les activités humaines. Albert & Monique BRUN. Champagnac- la -Rivière août 2021

Rossolis intermédiaire (Drosera intermedia) Haine : famille : Droséracées. Cette petite plante vivace (5 à 15 cm), carnivore, est composée d’une rosette de feuilles spatulées à long pétiole glabre d’où naissent latéralement les hampes florales de 3 à 7 fleurs égalant la hauteur des feuilles. Celles-ci sont recouvertes de poils rougeâtres glanduleux terminés par des gouttelettes visqueuses qui brillent au soleil comme des perles de rosée. D’où son nom français Rossolis qui vient du latin ros solis : « rosée du soleil ». Les poils glanduleux constituent des pièges très efficaces pour capturer de petits insectes qui sont ensuite "digérés" grâce à une enzyme secrétée par le Rossolis. Ce régime alimentaire particulier est adopté pour compenser le manque d’éléments nutritifs du milieu acide qui l’abrite. Le Rossolis intermédiaire fleurit de juin à septembre et croît en milieu tourbeux, sur les sables siliceux humides, les rives d’étangs à substrats acides et les rigoles des tourbières. Cette espèce est protégée et inscrite aux annexes I ou II de la liste des espèces protégées nationalement. Albert & Monique BRUN. Montrollet 18 08 2021

1 Ronciers : forment des fourrés impénétrables, en association avec la végétation du lieu. La Ronce commune (Rubus fruticosus - Rosacées) est un sous-abrisseau vivace capable par marcottage ou drageonnage de se densifier en quelques saisons. Les fleurs sont mellifères, attractives pour les abeilles et les papillons : ici, un Amaryllis, avec ses deux points blancs dans la cellule. Tout un monde de chenilles, larves et autres se nourrit spécifiquement de ses feuillages et ses fruits, les mûres, font le régal de quantité d’amateurs : ici une punaise commune, la Corée marginée. Faune et flore associées, plante-hôte et zone refuge, ses caractéristiques de plante envahissante lui valent une lutte sans merci, là où elle se retrouve en compétition avec les cultures. La Ronce commune, une espèce naturalisée un peu partout dans le monde ou plutôt un groupe d’espèces du genre Rubus, avec des hybrides, "un épouvantable maquis pour les botanistes" (Paul-Victor Fournier). Et, par endroits choisis, une expérience gustative pour le gourmand de passage, chaque "fruit" ayant son petit goût particulier, y compris de punaise ! Réjane Pâquereau.

2 Caloptéryx hémorrhoïdal (Calopteryx haemorrhoidalis - Caloptérygidés)  : le mâle, corps rougeâtre et ailes brun-vineux sombre, est assez facile à différencier des autres Caloptéryx mâles. C’est plus délicat pour la femelle : la bande foncée qui traverse le haut des ailes postérieures - et n’atteint pas leur sommet - peut être plus ou moins nette, notamment chez les sujets un peu usés. De répartition ouest-méditerranéenne, nos deux Charentes constituent globalement la limite Nord de sa présence dans la région. Une espèce à rechercher "auprès des eaux courantes oxygénées, avec une végétation rivulaire fournie". Les ruisseaux, ruisselets et petites rivières lui sont favorables et pourtant… l’assèchement chronique des petits cours d’eau l’été ou simplement la disparition du courant compromettant la qualité des eaux, leur envahissement par la végétation aquatique ou bien le broyage drastique de leurs rives : autant d’éléments compliqués à gérer et qui contribuent à faire de cette Demoiselle méridionale une espèce classée Vulnérable dans la Liste Rouge du Poitou-Charentes. Se dire en se rendant sur une de ses stations connues : la reverrai-je cette année ? Réjane Pâquereau.

3 Phanéroptère liliacé (Tylopsis lilifolia - Tettigoniidés) : une sauterelle verte ou parfois beige, comme la Grande Sauterelle verte, mais plus petite et plus discrète. Son portrait : de très longues antennes blanchâtres ; des pattes, les postérieures, démesurées et grêles ; un oviscapte (organe de ponte) court et recourbé pour la femelle et, mâle ou femelle, des yeux si particuliers "couleur ivoire, striés de larmes sombres", étrangement verticaux. Le Phanéroptère liliacé, une élégante parmi les hautes herbes, dans les lieux chauds et secs, les pelouses préservées des coteaux calcaires. Un peu d’attention : seuls les mouvements des antennes trahissent parfois sa présence. Réjane Pâquereau.

4 Leptophye ponctuée (Leptophyes punctatissima - Tettigoniidés) : une autre sauterelle mais beaucoup plus petite que la Grande Sauterelle, verte également et entièrement ponctuée de très nombreux petits points sombres. Les élytres sont très réduits et laissent à découvert un abdomen plutôt "dodu". Deux cerques recourbés vers l’intérieur pour le mâle et un impressionnant organe de ponte pour la femelle, en forme de sabre et recourbé vers le haut. Après l’accouplement, la femelle pond ses oeufs sous l’écorce des arbres. L’espèce est commune, avec une préférence pour les endroits bien ensoleillés, les broussailles, les orties, les lisières forestières, cachée jusque dans les herbes de nos jardins. Une petite sauterelle ponctuée, mimétique, aussi discrète que ses grignotages. Réjane Pâquereau.

5 Papillons et prédation : maillon essentiel dans la chaîne alimentaire, comme pour beaucoup d’insectes, les papillons servent de nourriture à de nombreux prédateurs. Qu’ils soient dits "de jour" ou "de nuit", sous la forme d’oeufs, de chenilles, de chrysalides ou d’imagos (papillons adultes), ils sont des proies de choix pour certains oiseaux bien sûr mais aussi pour les batraciens, araignées, chauves-souris… Même si beaucoup sont passés maîtres dans l’art de la dissimulation ou du trompe-l’oeil, un coup de bec par-ci par-là n’est pas exclu. Ainsi pour ce Tabac d’Espagne aux ailes crénelées ou ce Silène à la voilure plus largement entamée. Ce Sphinx gazé, en fin de vie, n’a pas eu l’énergie nécessaire pour échapper au piège mortel d’une Thomise. Mais plus grave pour les populations de papillons, la perte de leur habitat naturel, avec les plantes-hôtes essentielles à leur cycle biologique. Les causes en sont multiples, surtout gravement cumulées ces dernières dizaines d’années et le déclin avéré. Papillons et même araignées, un plaidoyer pour la flore champêtre ! Réjane Pâquereau.

6 Carabe granuleux (Carabus granulatus - Carabidés) : entre deux averses, un rayon de soleil et phénomène peu observé, un carabe qui grimpe en haut d’un brin d’herbe et se tient immobile. Le temps d’une ou deux photos, voilà qu’il s’agit d’un Carabe granuleux, une espèce qui affectionne les zones humides, ici en vallée du Né. C’est un insectivore qui peut s’attaquer également à des vers de terre ou des limaces. Son activité est principalement nocturne et son exposition prolongée à la lumière à ce moment-là en dit long sur la surprise de la rencontre. Réjane Pâquereau.

7 Ambrette amphibie (Succinea putris - Succinéidés) : un début d’été frais et mouillé et dans les prairies humides inondables de la vallée du Né, les Ambrettes sont de sortie entre deux averses. Une coquille brun doré et translucide, le corps clair, ces ambrettes dites amphibies sont légion dans la végétation, parmi les hautes herbes. Une espèce proche, l’Ambrette élégante (Oxyloma elegans) peut fréquenter les mêmes milieux mais sa coquille est moins "bombée", elle a le corps plutôt sombre avec de nombreux poins noirs sur le dos. Autre indice : elle se tient de préférence sur les vases ou les boues humides, notamment dans les zones de marais ou sur le lit plus ou moins asséché des cours d’eau où elle se nourrit de végétaux décomposés et d’insectes morts. Cependant, la distinction entre les deux espèces reste complexe, avec une grande variabilité des individus en taille, couleur, anatomie.. ce qui rend la détermination à vue bien improbable. Réjane Pâquereau.

Bordure ensanglantée (Diacrisia sannio) : Eurasiatique. Toute l’Europe, sauf le sud des régions méditerranéennes, jusqu’en Asie orientale. En France, elle est répandue presque partout, y compris en Corse. On la rencontre en plaine, mais surtout en moyenne montagne jusqu’à 2000 m d’altitude dans tous les milieux herbeux. La chenille, polyphage, se nourrit sur diverses plantes basses. Le dimorphisme sexuel est accusé. Source : https://oreina.org Didier WOLF.

Cordon blanc (Ochropleura plecta) : Holarctique. Largement distribuée, elle se rencontre dans toute l’Europe et partout en France. Elle est proche de O. leucogaster, mais cette dernière est un peu plus grande, avec une réniforme réduite et elle possède des ailes postérieures très blanches (y compris la frange). La ligne noire qui traverse longitudinalement l’aile antérieure s’arrête au niveau de la réniforme chez O. plecta, alors qu’elle la dépasse chez O. leucogaster. Euryèce, elle fréquente tous types de milieux ouverts. La chenille, issue de la deuxième génération, hiverne. Polyphage, elle consomme de nombreuses plantes herbacées. Source : https://oreina.org Didier WOLF.

Ecureuil Staurope du Hêtre (Stauropus fagi) : Eurasiatique. Sa répartition s’étend du Japon à l’Europe. Presque partout en France jusqu’à environ 1500 m d’altitude. Sa présence est liée aux peuplements de feuillus les plus divers. La chenille, d’aspect atypique, se distingue par ses pattes thoraciques exceptionnellement longues, et par sa posture caractéristique, avec l’extrémité de l’abdomen relevée sur le reste du corps. Elle vit sur les Fagus, Betula, Corylus, Quercus, Alnus, Ulmus, Tilia, Carpinus, Malus, Prunus, Juglans et a été signalée également sur Rosa, Arbutus, Crataegus. Cocon assez léger tissé entre des feuilles.Source : https://oreina.org Didier WOLF.

Méticuleuse (Phlogophora meticulosa) : Méditerranéo-asiatique. Occupe toute l’Europe, ainsi que toute la France. Peu exigeante écologiquement, on la rencontre aussi bien en milieu forestier que dans des zones plus ouvertes, jusqu’en milieu urbain. Bien que la chenille s’observe très facilement, l’adulte se rencontre finalement assez peu aux sources lumineuses. La chenille, polyphage, vit sur de nombreuses plantes herbacées.https://oreina.org Didier WOLF.

Sphinx du tilleul (Mimas tiliae) : Eurasiatique. En Europe jusqu’en Sibérie et en Asie Mineure, du nord de la Turquie au nord de l’Iran. Répandue dans toute la France continentale. La chenille se développe principalement sur Tilia, Ulmus, plus rarement sur Alnus, Betula, Quercus et Prunus. Le papillon s’observe jusqu’à environ 1200 m. La coloration des ailes antérieures varie fortement, présentant des formes verdâtres ou brunes.https://oreina.org Didier WOLF.

Hirondelle rustique (Hirundo rustica) : Un couple a choisi d’établir son nid dans un bâtiment d’une famille de nos fidèles adhérents et a mené 5 jeunes à l’envol. C’est une belle contribution à la protection de cette espèce dont les effectifs sont en constante diminution. Famille PRUD’HOMME.

Chevalier guignette (Actitis hypoleucos) : échassier est assez répandu, il se rencontre dans la majeure partie de l’Eurasie, ainsi qu’en Afrique lors de ses migrations. Le hochement de sa tête et de sa queue lorsqu’il se pose est l’une de ses principales caractéristiques.Son plumage est brun-gris barré de brun foncé sur le dessus qui contraste particulièrement avec le dessous blanc cassé. Le bec, long et rectiligne lui permet de sonder la vase en quête de nourriture. Les pattes sont gris verdâtre pâle. En vol, on perçoit assez nettement la bande blanche qui traverse les ailes. Il se nourrit de vers d’insectes (comme des odonates) et leurs larves, les araignées ou encore des crustacés. Danièle RAINAUD.

Grand-duc d’Europe (Bubo bubo) : est l’oiseau de proie nocturne le plus grand. Habite généralement aux abords de falaises et escarpements rocheux, dans des zones de montagne, mais parfois aussi dans des boisements moins élevées avec versants abrupts et en terrains steppiques. En hiver, fréquente des terrains plus plats. Il chasse principalement au début de la nuit et à l’aube. Les déchets de proies non digérés sont compressés en "pelotes", cylindres irréguliers ou de forme conique. Très souvent les couples sont unis pour la vie. Au moment de la reproduction, le grand-duc d’Europe mâle propose à la femelle divers endroits pour nicher, en grattant pour obtenir une dépression peu profonde, et en émettant des gloussements et des sons saccadés. Les endroits favoris pour nidifier sont à l’abri d’une paroi rocheuse, dans une crevasse entre les roches ou dans une excavation de la falaise. Ils peuvent aussi utiliser des nids abandonnés par d’autres grands oiseaux. Ils peuvent aussi nicher sur le sol entre les rochers, sous les arbres tombés, sous un buisson, ou à la base d’un tronc d’arbre. Aucun matériau n’est ajouté. C’est une espèce très sensible à la présence humaine. Menacée principalement par la chasse illégale et les prélèvements d’œufs. Depuis deux ans, Charente Nature participe à une enquête partenariale sur les oiseaux des carrières, en partenariat avec la Région et l’UNICEM (Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction). En 2021, les carrières de Charente ont hébergé au moins deux couples de grands-ducs d’Europe, dont un couple s’est reproduit avec deux jeunes à l’envol. Source : https://www.oiseaux.net Didier WOLF.


Portfolio

Bruyère à quatre angles 1, 18_08_2021, Montrollet, Albert & Monique (...) Bruyère à quatre angles 2, 18_08_2021, Montrollet, Albert & Monique (...) Succise des prés 1, 08_2021, Champagnac- la -Rivière, Albert & Monique (...) Succise des prés 2, 08_2021, Champagnac- la -Rivière, Albert & Monique (...) Succise des prés 3, 08_2021, Champagnac- la -Rivière, Albert & Monique (...) Rossolis intermédiaire 1, 18_08_2021, Montrollet, Albert & Monique (...) Rossolis intermédiaire 2, 18_08_2021, Montrollet, Albert & Monique (...) Roncier 1a, 12 08 2021, St-Laurent de Cognac, Réjane Pâquereau Roncier + Amaryllis 1b,12 08 2021, Réjane Pâquereau Roncier 1c, 12 08 2021, St-Laurent de Cognac, Réjane Pâquereau Caloptéryx hémorrhoïdal m. 2a, 11 08 2021, Segonzac, Réjane Pâquereau Caloptéryx hémorrhoïdal f. 2b, 11 08 2021, Segonzac, Réjane Pâquereau Caloptéryx hémorrhoïdal f. 2c, 11 08 2021, Segonzac, Réjane Pâquereau Caloptéryx hémorrhoïdal f. 2d, 30 08 2021, Houlette, Réjane Pâquereau Caloptéryx hémorrhoïdal m. 2e, 30 08 2021, Houlette, Réjane Pâquereau Phanéroptère liliacé f. 3a, 12 08 2021, St-Laurent de Cognac, Réjane (...) Phanéroptère liliacé f. 3b, 12 08 2021, St-Laurent de Cognac, Réjane (...) Phanéroptère liliacé m. 3c, 12 08 2021, St-Laurent de Cognac, Réjane (...) Phanéroptère liliacé m. 3d, 12 08 2021, St-Laurent de Cognac, Réjane (...) Leptophye ponctuée m. 4a, 09 08 2021, Nonaville, Réjane Pâquereau Leptophye ponctuée f. 4b, 09 08 2021, Nonaville, Réjane Pâquereau Leptophye ponctuée f. 4c, 12 08 2021, St-Laurent de Cognac, Réjane (...) Tabac d'Espagne 5a, 22 08 2021, Voulgézac, Réjane Pâquereau Silène 5b, 11 08 2021, Segonzac, Réjane Pâquereau Sphinx gazé 5c, 11 08 2021, Segonzac, Réjane Pâquereau Sphinx gazé 5d, 11 08 2021, Segonzac, Réjane Pâquereau Carabe granuleux 6a, 04 08 2021, St-Fort sur le Né, Réjane Pâquereau Carabe granuleux 6b, 04 08 2021, St-Fort sur le Né, Réjane Pâquereau Ambrette amphibie 7a, 04 08 2021, St-Fort sur le Né, Réjane Pâquereau Ambrette amphibie 7b, 04 08 2021, St-Fort sur le Né, Réjane Pâquereau Ambrette élégante 7c, 17 04 2016, Nanteuillet, Réjane Pâquereau Ambrette élégante 7d, 24 05 2018, St-Pierre d'Amilly, Réjane (...) Bordure ensanglantée,12_08_2021, Anais, Didier WOLF Cordon blanc,12_08_2021, Anais, Didier WOLF Ecureuil, 21_08_2021, Anais, Didier WOLF Méticuleuse, 16_08_2021, Anais, Didier WOLF Méticuleuse, 16_08_2021, Anais, Didier WOLF Méticuleuse, 16_08_2021, Anais, Didier WOLF Sphinx du tilleul, 02_08_2021, Anais, Didier WOLF Sphinx du tilleul, 02_08_2021, Anais, Didier WOLF Sphinx du tilleul, 02_08_2021, Anais, Didier WOLF Hirondelle rustique, Mouthiers sur Boême, Famille Prud'homme Hirondelle rustique, Mouthiers sur Boême, Famille Prud'homme Chevalier guignette, 13_08_2021, Magnac sur Touvre, Danièle RAINAUD Chevalier guignette, 13_08_2021, Magnac sur Touvre, Danièle RAINAUD Grand-duc d'Europe, 06_08_2021, Didier WOLF Grand-duc d'Europe, 10_08_2021, Didier WOLF Grand-duc d'Europe, 07_08_2021, Didier WOLF Grand-duc d'Europe, 07_08_2021, Didier WOLF Grand-duc d'Europe, 11_08_2021, Didier WOLF 1d Roncier + Corée marginée, 27 08 2021, Réjane Pâquereau
Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | Espace privé | visites : 1092111

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Photos du mois   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License