Sortie mycologique à Médillac le 9 octobre 2011

mercredi 12 octobre 2011 par Marie CHEVALERIAS (Salariée) , Gaston HEUCLIN (Administrateur)

Comme l’an passé, Yves-Michel Foucaud nous fait découvrir une petite commune du Sud-Charente. Juste à la sortie de Chalais, nous voyons le panneau indiquant Médillac, nous faisons au moins cinq kilomètres avant de voir l’entrée de la commune et son église, mais point de mairie autour ; nous continuons à suivre une petite route et de temps à autre on voit le panneau mairie. Nous faisons bien trois kilomètres avant d’arriver. La mairie se situe dans un petit hameau. Le lieu-dit porte le nom étrange de Pont de corps. En effet, le 9 août 1587, lors de la bataille de Coutras, les troupes d’Henri de Navarre, après avoir battu celles d’Henri III commandées par le Duc de Joyeuse, firent des corps de leurs ennemis un pont pour traverser la Tude. En 1753, Médillac s’appelle Pont de Corps-Matignon.

Comme chaque année, nous sommes reçus par notre hôte, Yves-Michel Foucaud, avec le café et les petits gâteaux, juste le temps de se réchauffer un peu. Le temps est clément. Nous sommes 40 participants à rejoindre les bois qui se trouvent auprès de la mairie. A notre arrivée une femelle chevreuil s’enfuit à travers bois. Une bonne quantité d’espèces a été trouvée, nous avons pu faire une mini-exposition intéressante. Je laisse la plume à Gaston pour nous nommer ces trouvailles1.

L’année prochaine, nous nous retrouverons à Rioux-Martin, fief de notre ami Yves-Michel Foucaud que nous remercions chaleureusement de nous recevoir régulièrement autour de chez lui.

Marie CHEVALERIAS - Membre de la section "Mycologique"’

(1) L’activité des récolteurs a permis d’exposer 71 espèces, avec une prédominance de russules et de lactaires qui ont offert de la variété mais pas d’originalité. L’originalité, elle s’est manifestée ailleurs, dans une grosse espèce, Podoscypha (= Thelephora) multizonata. Elle a d’abord été prise pour la poule de bois (Grifola frondosa ou Dendropolyporus umbellatus). Elle en diffère par sa fructification en rosettes, alors que les poules de bois ont plutôt l’aspect d’un corail avec leurs nombreuses ramifications et sous-ramifications terminées par de petits chapeaux ressemblant à des feuilles ou formant des ombelles, d’où leurs noms. L’une et les autres ont en commun d’être des raretés, du moins dans nos régions, car si l’on en croit Georges Becker, en Franche-Comté la poule de bois est assez abondante. Un moyen très simple mais pas très pratique de différencier ces espèces que nous, Charentais, connaissons si mal, est… de les faire cuire : la poule de bois donne un plat très savoureux, Podoscypha multizonata est immangeable !.

Gaston HEUCLIN - Administrateur de Charente Nature, Responsable de la section "Mycologique"


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | Espace privé | visites : 912056

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ACTIVITES  Suivre la vie du site Activités naturalistes  Suivre la vie du site • Mycologie   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License