Sortie mycologique à Saint Gourson le 16 octobre 2011

lundi 17 octobre 2011 par Marie CHEVALERIAS (Salariée) , Gaston HEUCLIN (Administrateur)

Après le Sud-Charente la semaine dernière, nous traversons le département pour nous retrouver à Saint-Gourson, près de Ruffec.. Petit village de cent trente habitants dont une bonne partie d’Anglais qui s’y sont installés. Nous sommes reçus par nos amis de l’Amicale de la Tiarde. La commune est arrosée par la rivière « La Tiarde » qui prend sa source dans la commune, traverse un joli lavoir et se jette dans le Son-Sonnette à Mouton. La terre de Saint-Gourson était la possession de la famille Desmiers de Chenon, vieille famille noble du Poitou, dont le château de Domezac est la résidence depuis des siècles. Nous sommes accueillis chaleureusement par Monsieur Yannick Trichet et Monsieur Jean-Marie Texier, organisateurs de cette sortie. Nous sommes 25 participants à rejoindre les voitures pour aller dans les bois des Arlins, à quelques pas du château. Le sol est sec, manque de pluie depuis plusieurs jours, et nous nous demandons ce que nous allons pouvoir trouver. Nous nous retrouvons deux heures plus tard, les uns avec quelques champignons, les autres avec des poches de châtaignes. Le proverbe ne dit-il pas « faute de grives on mange des merles » ? Eh bien aujourd’hui c’est « faute de champignons, on ramasse des châtaignes ». Nous passons au moment le plus important : le pique-nique assis au bord du lavoir, au soleil. Ensuite, nous préparons la mini-exposition dans la salle des fêtes. La récolte n’a pas été aussi mauvaise que l’on pouvait penser. Gaston va nous en faire l’inventaire1. Monsieur Trichet nous propose de visiter le bourg et c’est avec plaisir que nous le suivons. En premier, les fours à pain. Il n’y avait pas de fours communaux, chaque particulier avait son four à pain. L’église paroissiale Saint-Pierre contient une chaire en pierre sculptée au XIVème siècle, classée monument historique au titre d’objet depuis 1933. Nous remercions chaleureusement l’Amicale de la Tiarde pour leur accueuil. L’année prochaine, nous nous retrouverons à Saint-Georges, petite commune située à quelques kilomètres de Saint-Gourson.

Marie CHEVALERIAS - Membre de la section "Mycologique"

(1) La sécheresse sévit encore et si 55 champignons ont pu être présentés c’est grâce à des apports en provenance des Deux-Sèvres, qui ont constitué près du tiers des espèces exposées. Mais peut-être que, dans une exposition, plus que le nombre, ce qui importe c’est l’intérêt offert par certaines espèces rares ou spectaculaires. Dans la première catégorie figure l’amanite vireuse (Amanita virosa) dont la toxicité égale celle de la phalloïde, et comme elle a été récoltée sur place, les habitants de Saint-Gourson et des environs ont intérêt à être très prudents avec les champignons blancs, surtout si leur pied est enfermé dans une volve. Côté spectacle, on peut compter sur le gymnopile remarquable (Gymnopilus spectabilis) et le faux tricholome rutilant (Tricholomopsis rutilans) qui font toujours leur effet.

Gaston HEUCLIN - Administrateur de Charente Nature, Responsable de la section "Mycologique"


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | Espace privé | visites : 933128

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ACTIVITES  Suivre la vie du site Activités naturalistes  Suivre la vie du site • Mycologie   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License