Terrains sédimentaires dans l’Ouest charentais

lundi 23 avril 2012 par Pierre-André CHARLET (Administrateur)

Le Cognacais : un mot qui évoque le Cognac cette « liqueur des Dieux » dixit Victor Hugo, les coteaux peignés de rangs de vigne, les hameaux serrés autour de l’église romane, les pierres blanches des maisons charentaises avec leur toit de tuiles roses sinon noires sur les chais d’eau-de-vie ou prolifère Torula compniacensis, ce champignon microscopique qui s’enivre de la « part des anges » et que mes amis mycologues n’osent sans doute pas mentionner dans la magnifique édition de champignon de Charente tant son exemple n’est pas à suivre !……….

Mais le Coniacien que vous évoque-t-il ? Rien peut-être ?

Stationnez alors votre véhicule comme l’ont fait les quelques courageux qui par ce temps pluvieux participaient à la sortie géologique de Charente Nature du 10 février 2007 sur les quais du château , remontez à pied en passant sous le pont vers le parc François Iier et longez la route direction Est qui suit l’affleurement naturel constituant le sous-sol du Parc. Là vous découvrirez un panneau guide qui vous ouvrira les portes d’un autre monde, un monde disparu sédimenté (les sédiments atteignent 25 à 30 mètres d’épaisseur par endroit), fossilisé et qui a duré environ un million d’années (entre moins 88 et 87 millions d’années à l’ère secondaire plus précisément au crétacé supérieur) et vous pourrez touchez :le Coniacien.

Echelle des temps géologiques-M.CHEVALERIAS-Charente Nature

A la fin du XIXeme siècle un charentais, géologue renommé Henri COQUAND (1811-1881) invente l’étage géologique le Coniacien (mais aussi le Santonien) et plus tard en 1909 la délimitation des crus du Cognac (grande champagne, petite champagne, fins bois…) se fera en application des études qu’il réalisa sur la nature des sols du cognaçais.

Cet affleurement discret, petit talus de roches anodines et pourtant si intéressantes pour qui jette un œil plus attentif a été choisi en 1857 par H.COQUAND comme référence mondiale du stratotype coniacien. A la base on peut observer une couche de calcaire dur blanc rubéfié par endroit. La surface supérieure de la couche apparaît irrégulière, usée oxydée (d’ou la couleur rouge du à l’oxyde de fer) et creusée de petites dépressions. On observe ici un « hard-ground »qui est l’indication d’une émersion. En effet au Turonien supérieur, age de cette couche, la mer s’est retirée de la région et le fond océanique émergé subit l’érosion, l’altération et l’oxydation atmosphérique , (oxydes de fer rouges), formant cette surface particulière.

Couche oxydée et creusée de petites dépressions-M.CHEVALERIAS-Charente Nature

Le coniacien (coniacien inférieur) débute par une invasion marine. La présence de sables verts glauconieux en stratifications entrecroisées prouve la présence de dunes sous-marines parcourues de courants violents. Puis au-dessus la stratification redevient horizontale. A cette époque la France est un océan d’où n’émergent que les massifs anciens Ardennes, Massif Armoricain, Vosges, Massif Central. Cette partie de la Charente installée sur les contreforts de celui-ci aurait été envahie par les eaux et le matériel détritique venant du Massif vendéen alors soumis à une érosion sous climat tropical. Les dinosaures se prélassent sur les terres émergées couvertes de conifères, écrasent les premiers mammifères.

Au coniacien moyen et supérieur le niveau de la mer augmente et on observe actuellement des bancs de calcaires durs, épais contenant des fossiles d’oursins, de brachiopodes, d’exogyre (huitres)…les ammonites voguent des jours heureux dans l’océan charentais.

Actuellement cet affleurement historique est concurrencé par un affleurement plus récent, plus vaste mis à jour par les travaux de mise à 4 voies de la RN141 à Veillard où nous nous stationnons près de la bretelle qui mène à Bourg-Charente. Le niveau des sables verts étant très meuble, des blaireaux futés ont creusés récemment un terrier profond qui semble très fréquenté si l’on se fie à la sente très visible qui y mène.

Comme les routes taillent à angle droit le sous-sol, nous pouvons voir le pendage (angle que fait la couche avec l’horizontale).Le plongement de quelques degrés des couches vers le sud montre que nous sommes sur le rebord nord du bassin aquitain et que le fleuve Charente venant du nord quand il se heurte à ce rebord change brutalement de direction à Angoulême et se hâte lentement direction Est vers Cognac. Posté sur le bas-côté de la bretelle et en observant l’affleurement direction nord on voit une bande inclinée de roches broyée : c’est une faille qui met au même niveau les sables et le calcaire, preuve d’un formidable mouvement tectonique postérieur au coniacien. Cherchez l’auteur d’un tel chambardement !

Pendant ce temps nous nous dirigeons vers les grottes dans Saint-Même-les-carrières pour admirer ces calcaires blancs graveleux, à facettes cristallines qui se succèdent en gros bancs compacts, peu fossilifères, très prisés dans le bâtiment et utilisés encore aujourd’hui. Nous ne pénétrerons pas dans les anciennes carrières, c’est interdit pour des raisons évidentes de sécurité (risque d’éboulement, crevasses).

Enfin nous ne résisterons pas à descendre, dans la vallée de la Charente et …dans les temps géologiques, là ou l’on exploite les sablières datant du dernier million d’années, en bas du village. En s’arrêtant sur une exploitation abandonnée, on peut étudier ces alluvions récents transportés et abandonnés là par le fleuve. Il constitue une terrasse (terrasse quaternaire) riche des éléments que le fleuve a arraché aux paysages qu’il a traversé : galet de quartz, de granite, de silex et aussi fossiles plus ou moins usés par les eaux : lamellibranches, gastropodes, fragment divers. Ne fouillons pas trop car ces sablières recèlent peut-être encore des trésors archéologiques comme cette défense de mammouth découverte récemment. Mais c’est une autre histoire qui nous emmènerait bien loin du coniacien cet étage géologique qui dort dans les soubassements du cognaçais. Chuttttttttttt…….

Pierre-André CHARLET - Administrateur de Charente Nature, Responsable de la section "Géologie"


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | Espace privé | visites : 854670

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ACTIVITES  Suivre la vie du site Activités naturalistes  Suivre la vie du site • Géologie   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License