« Un pesticide, c’est un médicament. Et aujourd’hui, on prend tous des médicaments ! ».

lundi 28 juin 2021 par charentenature

Communiqué du 17/06/2021 par le Dr Delarue Louis-Adrien, au nom des médecins charentais membres de Alerte Medecins Pesticides https://alerte-medecins-pesticides.fr/ 👇👇👇

« Un pesticide, c’est un médicament. Et aujourd’hui, on prend tous des médicaments ! ».

👉Ces propos sont-ils tenus par un lobbyiste de l’agrochimie ? Par un syndicat agricole favorable à une agriculture intensive perfusée aux pesticides ?

Non, cette sortie orale est tenue par un élu de la république. Et elle est signée Jérôme Sourisseau , actuel président divers droite du conseil départemental de Charente.

Dans le cadre d’un débat organisé par la Charente Libre et France Bleu La Rochelle, à quelques jours du premier tour du scrutin des élections départementales, M. Sourisseau a donc osé mettre sur le même pied d’égalité pesticides et médicaments (1).

En guise de réponse aux journalistes qui l’interpellent à juste titre sur cette analogie trompeuse, M. Sourisseau s’enfonce alors dans une explication aussi courte que hors-sujet : les résidus de médicaments polluent également les eaux potables des consommateurs !

Certes… mais quel rapport ? En quoi cette dernière affirmation pourrait valoir d’explication à l’affirmation qu’un pesticide est un médicament ?

👉 Nous, médecins membres de l’Alerte des Médecins Pesticides (AMLP) ne pouvons que condamner fermement de tels divagations et tenons à rappeler les faits et évidences suivants :

- le principe d’un médicament, dés lors que sa balance bénéfices risques est favorable dans une indication donnée, est de soigner, d’aider les gens à les soulager d’un état douloureux, de prévenir une maladie, parfois de les sauver d’une pathologie qui peut tuer ou handicaper. La prescription des médicaments, bien que pouvant être sources d’effets indésirables, a d’abord et avant tout un objectif d’amélioration de santé humaine ou animale. C’est le cas en particulier de chimiothérapies, destinées à lutter contre des cancers… dont ceux provoqués par les pesticides.

- Si les engrais ou les pesticides peuvent permettre à court terme l’accroissement de production d’un végétal particulier dans le cadre d’un objectif de rendement ou l’évitement d’une perte de récolte, il ne peut pas évidemment entrer dans la catégorie du soin de l’environnement végétal, animal ou humain. C’est même tout le contraire. Depuis les années 60, la littérature scientifique prouve, année après année, le désastre écologique, climatique, et sanitaire d’ une agriculture intensive à base d’intrants chimiques, qu’il s’agisse des engrais ou des pesticides (2,3). Les pesticides qui s’accumulent durablement dans les sols, l’air et l’eau, impactent le monde végétal, animal et humain avec des mécanismes de toxicité à long termes communs, parfois sur plusieurs générations. Nombreuses de ces molécules sont reconnues comme perturbatrices du système hormonal (perturbateurs endocriniens) et/ou sont cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques. Introduites dans l’environnement de façon massive depuis plusieurs décennies, elles s’additionnent et se potentialisent (effet cocktails) avec des effets transgénérationnels. Nous savons aujourd’hui que cette pollution chimique incontrôlée est source de nombreuses maladies humaines : diminution inquiétante de la fertilité, malformations congénitales, prématurités, dysthyroïdies, cancers du sang chez les adultes et les enfants, cancers de la prostate et du sein, troubles du neurodéveloppement chez l’enfant, et maladies neurologiques chez les adultes (4). Et les premières victimes sont les agriculteurs eux-mêmes et leur famille (en particulier leurs enfants) (5) Phyto Victimes . La maladie de Parkinson, certaines lymphomes ou leucémies sont d’ailleurs reconnus comme maladies professionnelles par la MSA chez les agriculteurs victimes des pesticides.

👉 Les techniques de fabrique du mensonge, de fabrique du doute, l’usage volontaire d’amalgames et de contre-vérités font partie de l’histoire des lobbies industriels qui ont intérêt à manipuler les concepts scientifiques pour asseoir leurs profits à tout prix (6).

Qu’un élu de la république se fasse le relais d’une telle escroquerie intellectuelle pour flatter et protéger des intérêts privés au détriment de la santé publique et de l’intérêt général, n’est pas entendable. Qu’on soit à la veille d’élections ou pas. Quel agriculteur ou quelle agricultrice atteint.e d’un cancer (ou d’un Parkinson) et reconnu.e comme malade des pesticides peut accepter de telles sornettes ?

Ce n’est pas acceptable, et en tant que médecins qui œuvrons au sein de l’AMLP pour sensibiliser les professionnels agricoles, les soignant.e.s mais aussi la population générale sur l’impact toxique des pesticides agricoles ou domestiques, nous n’aurons jamais de mots assez forts pour dénoncer des positions manipulatoires qui n’honorent pas les auteurs ou autrices de tels propos.

👉Sources : 1- https://www.charentelibre.fr/…/ca….

2- Carson Rachel. Silent Spring, 1962. Réédité en français sous le titre » Printemps Silencieux ».

3- Colborn Theo et al. Our stolen future, 1996. Edité en français sous le titre : « L’homme en voie de disparition ? »

4- Cancer incidence in the AGRICAN cohort study (2005-2011) », Clémentine Lemarchand et al., Cancer Epidemiology, n° 49, 2017, p. 175-185).

5- Pesticides : effets sur la santé, Inserm 2013 https://www.inserm.fr/…/exp…/pe…

6- Foucart Stéphane, Horel Stéphane, Laurens Sylvain. Les gardiens de la raison. Editions la découverte. https://www.editionsladecouverte.fr….


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | Espace privé | visites : 1090831

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ACTIVITES  Suivre la vie du site Activités environnementales  Suivre la vie du site • OGM   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License