Vous avez dit... Orthoptères ?

jeudi 27 mars 2014 par David NEAU (Salarié)

Bienvenue dans les pelouses sèches des vallées péri-angoumoisines, milieu d’apparence inhospitalière qui abrite un cortège faunistique et floristique d’une grande richesse. Parmi ces espèces, certaines décollent à notre passage comme jaillissant des entrailles de la terre pour s’accrocher au ciel. Peine perdue, la nature ne leur a pas donné des ailes pour tutoyer les nuages, sinon pour voler près du sol et peut-être même… aider les naturalistes à identifier ces drôles d’animaux !

Decticelle chagrinée©D.Neau Vous avez dit… orthoptères ?

Qu’on se le dise, même affublés de grands pieds et montés sur échasses, les orthoptères ne sont pas des clowns. Alors qui sont-ils ? Pour sûr, vous en connaissez au moins trois, et vous en avez probablement dans votre jardin. Un petit terrier creusé dans la pelouse, des stridulations estivales, le brin d’herbe pour le faire sortir de sa cachette… Le grillon fait effectivement parti des orthoptères, c’est-à-dire des insectes qui ont les ailes (du grec ancien pteron) droites (pour orthós). L’ordre des orthoptères ne comprend pas que les grillons mais plus généralement tous les insectes coureurs, marcheurs ou sauteurs qui ont les ailes droites, parallèles au corps. Soit près de 22000 espèces sur la planète dont 205 recensés en France. Les sauterelles, criquets et autres courtilières font également partie des orthoptères, même si l’évolution a privé plusieurs espèces de leurs ailes et qu’il ne leur reste plus que des moignons.

Des insectes mal connus

Chez les orthoptères, on passe du simple au triple et même plus… d’un petit criquet appelé tétrix dont un adulte mesure un centimètre jusqu’au quatre centimètres de la Grande sauterelle verte. Si cette dernière est relativement bien connue parce que bien visible, il n’en est pas de même pour d’autres espèces plus discrètes, de par leur taille ou leur comportement. Certaines sauterelles sont même exclusivement nocturnes. Cette discrétion, combinée aux menaces qui pèsent sur ces insectes, particulièrement l’utilisation de produits phytosanitaires (rappelons que la France est le premier pays européen consommateurs de pesticides !) et la destruction de leurs habitats, sont autant de contraintes qui ne nous permettent pas d’approfondir nos connaissances de terrain, d’estimer leur répartition régionale et de connaître leur degré de rareté, donc de sensibilité.

Il était temps de remédier à ce flou entomologique.

Criquet ensanglanté©D.Neau

La solution, un atlas

Ainsi naquit en 2012 le projet de création d’un atlas régional des criquets, sauterelles, grillons et courtilières, avec le soutien du Conseil Régional du Poitou-Charentes, de l’Etat et de l’Union Européenne. Porté par Poitou-Charentes Nature et coordonné en région par Nature-Environnement 17 (Olivier Roques). Un travail de longue haleine qui porte nos prospections de terrain et formations en salle jusqu’en 2017, année d’édition de ce projet.

A l’instar de l’atlas des papillons de jour, c’est un véritable recueil de données qui va permettre d’étudier la véritable répartition des espèces picto-charentaises, de comprendre leurs exigences écologiques pour une meilleure protection.

Actions, formations, sensibilisation ! Phanéroptère liliacé©D.Neau

Ces deux dernières années ont fait l’objet respectivement d’une formation interne entre salariés des associations coordinatrices, à savoir Vienne Nature, Charente Nature, Nature-Environnement 17 et Deux-Sèvres Nature Environnement, puis d’une autre formation auprès de nos bénévoles, afin d’apprendre à rechercher et à identifier un maximum d’espèces. 2013 a donc fait l’objet de trois sorties sur le terrain : en forêt de la Braconne, réservoir entomologique d’une grande richesse, dans les pelouses sèches de la Tourette (commune de La Couronne) ainsi qu’au Petit Fresquet. Munie de filets et des clés de détermination, une dizaine de personnes a accompagné les chargés d’études de Charente Nature à la découverte des insectes à longues pattes. Premières sorties et déjà, une première surprise avec l’observation d’une espèce de sauterelle signalée en Charente uniquement dans la littérature : le Phanéroptère liliacé. Elle s’ajoute à notre liste départementale qui compte désormais 57 espèces pour 77 espèces présentes en Poitou-Charentes, soit 74 % du cortège régional.

Les prospections de 2013 ont permis de découvrir une nouvelle espèce pour la Charente : le Phanérotère liliacé. Nous serions ravis de vous compter parmi les membres du groupe « ortho ». N’hésitez pas à contacter David Suarez ou David Neau, chargés d’études à Charente Nature, pour toute information complémentaire.









Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | Espace privé | visites : 760287

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ACTIVITES  Suivre la vie du site Activités naturalistes  Suivre la vie du site • Faune  Suivre la vie du site Entomologie   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License