LA FAUNE SAUVAGE
EN CHARENTE

Les premiers documents qui décrivent la faune charentaise datent du XIXe siècle. Mais il faut attendre la fin du XXe siècle et l’arrivée de Charente Nature pour avoir, aujourd’hui, une vision assez précise de la diversité faunistique du territoire, de la dynamique des populations pour les différents groupes, et donc de leur évolution.

CHARENTE

300 espèces
d'oiseaux

AVIFAUNE CHARENTAISE

Les éléments les plus étudiés et les mieux connus sont les oiseaux. Près de 300 espèces ont été observées au cours des 50 dernières années, dont environ 140 espèces ont niché, régulièrement ou ponctuellement sur le territoire. C’est plus de la moitié de l’avifaune européenne. Parmi ces oiseaux, notons la disparition du râle des genêts, du blongios nain ou de la rousserolle turdoïde, qui montre la forte régression des zones humides, mais aussi la réapparition du faucon pèlerin ou du grand-duc d’Europe, grâce à l’arrêt de la persécution de ces espèces par l’homme.

Pie grièche : ©Didier Wolf – Charente Nature

Réservoir charentais

Mammifères
des espèces emblématiques

Les mammifères sont eux aussi maintenant assez bien connus, même si certaines espèces très discrètes restent encore assez mystérieuses pour nous. C’est le cas du très rare vison d’Europe, pour lequel la vallée de la Charente est l’un des principaux réservoirs de population en Europe. C’était aussi le cas de la plupart des chauves-souris jusqu’à une date récente. Aujourd’hui, les 23 espèces de chiroptères identifiées sur notre territoire sont bien suivies par les experts de Charente Nature et de l’Office français de la biodiversité (OFB).

Chauve-souris – ©Didier Wolf – Charente Nature

Sonneur
à ventre jaune

Reptiles et amphibiens

Ils font l’objet d’attentions particulières lors des différentes études et inventaires, en particulier le curieux Sonneur à ventre jaune, dont les populations charentaises se situent en limite sud de l’aire de répartition européenne.

Photo : © Élodie Boussiquault – Charente Nature

Réservoir charentais

Les insectes

La très grande variété de groupes et d’espèces, la relative difficulté d’identification et le peu de naturalistes compétents font que les connaissances ont été jusqu’à une date récente très fragmentaires. Aujourd’hui, les libellules, les papillons de jour, les sauterelles et les criquets sont assez bien connus, comme en font foi les ouvrages récemment publiés par Poitou-Charentes Nature, auxquels les naturalistes professionnels et amateurs de Charente Nature ont largement contribué.

Azuré du Serpolet ©Albert et Monique BRUN – Charente Nature

RENDEZ-VOUS

24h de la biodiversité

Toutes les observations et connaissances acquises par Charente Nature montrent la diminution des populations animales sauvages, la baisse globale de la biomasse, la fragmentation des chaînes alimentaires. Depuis 40 à 50 ans, la biodiversité charentaise s’appauvrit, avec une forte accélération du phénomène au cours des 20 dernières années.

➔ Santé publique

Le moustique tigre

Il est important d’anticiper certaines actions pour éviter la prolifération d’espèces habituellement étrangères à nos écosystèmes. Dans ce sens, Charente Nature rejoint la ville d’Angoulême sur les préconisations du Club des Citoyens Engagés pour la Nature.

Biodiversité

Faune et Flore

Eau

en Charente

Prévention déchets

Économie circulaire

Santé

Environnementale

Transition

Énergétique

Actions juridiques

pour l'environnement

Pollution

Causes, conséquences

Aménagement

des territoires

Haies et
espaces boisés

Gestion et protection

Coups de cœur

Livres, cinéma…

Transports

et mobilité

les enjeux
du climat

Impact en Charente